Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 3 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // 8e de finale retour
  3. // PSG/Leverkusen

Comment rendre ce PSG-Leverkusen intéressant ?

Vainqueur 4 à 0 à Leverkusen, le PSG doit encore jouer 90 minutes pour définitivement valider son billet pour les quarts de finale de la Ligue des champions. Avec 4 buts d’avance au coup d’envoi, difficile de ressentir une certaine forme de pression. Pourtant, Laurent Blanc peut user de différents ressorts pour rendre ce match un poil plus excitant. Nos conseils.

Modififié
- Titulariser Nicolas Douchez

Le chat noir. À chaque fois que le gardien remplaçant officie, il prend au moins un but dans la musette. Ses qualités ne sont pas remises en question, mais les chiffres parlent d'eux-mêmes pour donner un peu plus de poids à cette théorie. En alignant l’ancien portier du Stade rennais, on aura l’assurance de voir des buts des deux côtés. Et puis Douchez est un boute-en-train, un homme qui écrase des œufs sur le crâne de Verratti devant les caméras de PSG TV après une soirée où il a fait le fan sur scène avec ses potes de Skip the Use. Bref, Douchez dans les bois, c’est l’orgie de buts assurée. Sauf à Lyon, l’an dernier, où Douchez garde sa cage inviolée. Le soir du titre. Quand ça compte vraiment, il sait être sérieux.

- Aligner une équipe 100% française

On a souvent reproché à Laurent Blanc et à QSI d’avoir aligné une équipe sans aucun joueur français au cœur de l’automne. Pour bien faire taire ses détracteurs, le Président pourrait faire exactement l’inverse et partir avec un onze « made in France » , histoire de plaire à Arnaud Montebourg. Sur le papier, ça pourrait donner : Douchez, Jallet, Camara, K. Traoré, Digne, Matuidi, Cabaye, Rabiot, Ménez, Ongenda, Coman.

- Faire mieux que le FC Barcelone

Il y a deux ans, au même stade de la compétition, le Bayer Leverkusen avait tiré le FC Barcelone. Défaits 3 buts à 1 en Allemagne, les Allemands avaient pris une volée au Nou Camp : 7-1. 10-2 sur l’ensemble des deux matchs. C’est violent. Les Parisiens peuvent avoir en tête cet objectif, faire mieux que les Catalans. Autant dire qu’il faut au moins passer un set de tennis aux coéquipiers d’Emir Spahić au Parc des Princes. Pas si simple que ça.

- Donner la possibilité à Zlatan Ibrahimović de faire tomber des records

Avec 10 buts, Ibra n’est plus qu’à 4 longueurs du record historique sur une campagne de C1. Un record qui appartient à Lionel Messi (2012) et José Altafini (1963 avec l’AC Milan). Mieux, avec 42 buts, il est le douzième meilleur buteur de l’histoire de la Ligue des champions. Un doublé et il rejoint Del Piero à la dixième place. On sait que le Suédois est un homme de défis. En début de semaine, lui et son équipementier Nike ont essayé de changer les règles de Twitter via une grosse campagne de publicité. Alors planter des buts un soir de Ligue des champions, c’est dans ses cordes.

- Faire marquer Marco Verratti

A priori, c’est un vrai challenge car l’Italien ne devrait pas jouer contre Leverkusen. Dommage, car Blanc avait là un vrai défi à relever. C’est simple, en 73 matchs au PSG, Verratti n’a jamais trouvé la cible. Blanc s’en était d’ailleurs étonné il y a peu : « Il peut jouer plus haut au milieu, c’est un garçon bourré de qualités, mais qui doit être plus discipliné. Il peut progresser, faire un peu plus que ce qu’il fait actuellement offensivement, car il a une bonne frappe de balle. Il doit avoir envie d’aller plus devant, ce n’est pas normal qu’il n’ait marqué aucun but. »

- Partir avec des gages


Dans sa belle histoire avec la Coupe d’Europe, le PSG a toujours su déféquer dans son assiette. Que ce soit l’histoire de la suspension de Laurent Fournier contre Bucarest avec le fax oublié au Camp des Loges, ou le match de Galatasaray interrompu à la mi-temps après d'énormes échauffourées entre les supporters turcs et le virage Auteuil, ou encore ce triste soir de match contre l’Hapoël Tel-Aviv avec la mort de Julien Quemener aux abords du Parc. Bref, quand il s’agit de se foutre une soirée européenne en l’air, les Parisiens savent très bien s’y prendre. Seule ombre au tableau, même avec une défaite sur tapis vert (3-0), le PSG est quand même qualifié.

- Aligner Virginie Caprice en pointe

Ancienne Miss FHM et mannequin à ses heures perdues, la jeune demoiselle à la poitrine avantageuse adore balancer ses pronostics d’avant-match via les réseaux sociaux. En général, ses seins servent de tableau d’affichage et elle ne cache pas une certaine passion pour Zlatan Ibrahimović. Entre les deux, le courant pourrait passer dans un 4-4-2 gourcuffien. Les deux ont déjà un point commun : ils sont très souples.

- Se la raconter

Le PSG peut-être excellent dans ce rôle. Prendre l’équipe adverse de haut, faire des gestes inutiles pour amuser la galerie, prendre un rouge débile au bout de 20 minutes. En théorie, si le PSG a toujours en lui cet ADN de loser, il est capable de se mettre en difficulté tout seul dans un match comme ça. C’est aussi un art, de savoir faire n’importe quoi.

Par Mathieu Faure
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



il y a 2 heures 470€ offerts EN CASH pour parier sans risque sur la Coupe du monde 2018
Podcast Football Recall Épisode 32 : La France gagne 11-0, le miracle suisse et notre interview de Thomas Meunier
Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Tsugi Podcast Football Recall MAILLOTS FOOT VINTAGE Olive & Tom
Podcast Football Recall Épisode 31: La France fait le boulot, le naufrage argentin et les votes WTF suisses jeudi 21 juin Pourquoi c’est largement mieux de regarder un match AuBureau plutôt qu’au bureau ? 1