Comment Parme a fait faillite

Fin de l'agonie ou plutôt de la farce. Après trois propriétaires et quatre présidents différents en six mois, le tribunal de Parme a décidé d'en finir. Le Parme Football club n'est plus. Pas de panique, vous pourrez peut-être le retrouver en Serie B la saison prochaine. Reste que le football italien et ses institutions ont une nouvelle fois fait pâle figure dans cette affaire. Voici les chroniques d'un désastre annoncé.

Modififié
440 13
18 mai dernier, Parme termine 6e du championnat, synonyme de qualification en Ligue Europa. Enfin le retour tant attendu en haut de l'affiche ! L'euphorie retombe vite : sa licence UEFA lui est refusée pour un ridicule impayé de 300 000 €. Au début, l'Italie entière prend alors la défense des Gialloblu et fustige le Torino qui récupère la qualif' européenne comme le plus assoiffé des vautours. 30 plaques ? Qu'est-ce que cela représente pour tous ces clubs pros endettés jusqu'au cou ? En fait, l'Europe n'avait fait qu'envoyer un premier signal à l'Italie. Il est arrivé à destination trop tard. Le président Ghirardi se pose en victime, claque la porte et jure sur son quadruple menton : « Vous ne me verrez plus dans le monde du foot » . Quelques mois plus tard, on apprend que Parme vivait au-dessus de ses moyens depuis des années, avec une dette totale estimée à plus de 200 millions d'euros. Une enquête est ouverte concernant Ghirardi pour banqueroute frauduleuse. L'intéressé est rentré chez lui, à Carpenedolo, la porte de son domicile est couverte de tags menaçants. Il s'enfonce dans un silence gênant et n'en ressort que pour rejeter la faute sur d'autres.

De Ghirardi à Taçi


Selon Ghirardi, c'est Rezart Taçi qui s'est planté. Il s'agit du pétrolier albanais à qui il a revendu le club début novembre, avec dans le package les salaires impayés des joueurs depuis juillet. Taçi, c'est un nom que l'on connaît en Italie pour avoir souvent été associé à celui du Milan qu'il voulait s'offrir. Ce sera finalement Parme. Pour l'acheter, il fonde la Dastraso Holdings Limited basée à Chypre et avec un capital de… 1000 €. En quelques semaines, pas moins de trois présidents se succèdent, d'abord son ami d'enfance et joaillier Pietro Doca, puis l'avocat italien Fabio Giordano, puis le jeune Ermir Kodra. Ce dernier se met - enfin - à étudier les bilans financiers de fond en comble et se rend alors compte que Taçi a mis les pieds dans un beau pétrin. Entre-temps, le roi du pétrole rencontre Paolo Signifredi, rapidement arrêté par la brigade antimafia, et Eugenio De Paolini Del Vecchio, ex-condamné à perpétuité dans les années 70 pour avoir assassiné son beau-père et deux cousins, coupables de lui reprocher de dilapider le patrimoine familial. Ces deux personnages sortis tout droit d'un Tarantino étaient chargés de convaincre Taçi d'investir définitivement dans le club.

De Taçi à Manenti


Le mercato d'hiver passé (avec peu de recrues et beaucoup de joueurs ayant mis les voiles), Taçi se débarrasse de Parme en le vendant à Giampietro Manenti, titulaire de la Mapi Grup, dont le siège est en Slovénie, avec un capital de 7500 €. Montant de la transaction ? 1 €. Motif officiel ? « Il n'était plus amoureux du foot » , selon Pietro Leonardi, le directeur général, qui posera d'ailleurs vite sa démission, suspecté lui aussi d'avoir participé à tout ce boxon. Mal rasé, mal habillé, Manenti promet de payer. Au fil des semaines, les doutes se multiplient sur son compte et sur ses comptes. Le maire de Parme, Federico Pizzarotti (du parti « 5 stelle » du comique Beppe Grillo), prend les choses en mains et opte pour la faillite afin d'opérer un vrai nettoyage. Un mois passe, durant lequel les huissiers effectuent plusieurs saisies, la cantine et la laverie du club ferment. Puis la nouvelle tombe mercredi dernier. Manenti est arrêté par la Guardia di Finanza avec 21 personnes dans le cadre d'une vaste opération. Les chefs d'accusation vont de cartes bleues clonées, piratage de comptes bancaires, à détournements de fonds, blanchissement d'argent et tout le toutim. Le président du club était visiblement le « finisseur » de ce système. Il est actuellement en cabane au sud de Milan. Étrange personnage qui ne payait pourtant pas de mine.

De Manenti à la faillite


Jeudi 19 mars devient alors le jour paradoxalement tant attendu. Le FC Parme a officiellement fait faillite et le tribunal confie deux missions à deux mandataires liquidateurs : finir la saison avec l'ouverture du bilan provisoire et les 5 millions d'euros que la Ligue de football a mis à disposition pour payer les différents frais et trouver un repreneur. La dette totale s'élève à 218 millions d'euros. Pour racheter le club, il faudra prendre en charge « seulement » les casseroles sportives, soit 74 millions, plus la valeur du club (ou ce qu'il en reste). Un bon 100 millions en tout. Parme a beau être un ex-grand d'Europe, pas sûr que le jeu en vaille la chandelle… mais il y aurait déjà des intéressés, voire des inconscients. En cas de rachat, ce sera la Serie B (désormais inévitable). Dans le cas contraire, la Serie D (4e niveau) avec un nouveau blaze. Quoi qu'il en soit, le club finira bien le championnat. C'est un classique en Italie. Bari a vécu la même situation l'an passé avant d'être racheté par un riche fonds d'investissements en l'espace de quelques semaines.

Jamais deux sans trois


En fait, Parme en est déjà à sa troisième faillite. La première fois, c'était à la toute fin des années 60. Le Parma FC disparaît et doit remercier l'AC Parmense qui rachète les droits du club six mois plus tard et devient l'AC Parma. Concrètement, le premier vrai Parme - qui n'était jamais allé bien haut - a déjà cessé d'exister en 1968. Cet AC Parma subira le même sort suite au célèbre crack financier de la Parmalat. Veron, Crespo, Chiesa, Ortega et les briques de lait, ça a un coût. C'était il y a 11 ans. Le club se maintient et vit une période de transition sous tutelle. C'est là tout l'intérêt de faire faillite en cours de saison. Reste une interrogation et pas des moindres : comment les institutions sportives italiennes ont-elles pu assister passivement à cette mascarade ? La Covisoc (équivalent de la DNCG) s'était contentée de tirer la sonnette d'alarme un peu mollement. Au prochain conseil fédéral, une modification des normes fédérales sur les changements de propriétaire va être proposée. Objectif : plus de transparence et de contrôle. Un bon timing à l'italienne. Mieux vaut guérir que prévenir. Mieux vaut Parme que jamais.


Par Valentin Pauluzzi
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

MarcusASR Niveau : DHR
Quel gâchis, franchement, et quelle honte pour le football italien, comme si on avait besoin de ça, on prends déjà cher toute l'année sur le niveau actuel de notre championnat et il faut qu'en plus des hommes d'affaires véreux coulent un club historique.
Oui Historique, car quoi qu'on dise Parme c'est quand même un joli palmarès européen, j'attends les habituelles réactions sur le "dopage" des joueurs de l'époque, messieurs à vos claviers !
JalovesbigTits Niveau : Ballon d'or
Bordel, la disparition d'un tel club est une catastrophe, l'un des plus beaux outsiders des années 90, fait chier!
Chatte Ayrton Niveau : CFA2
Pas une larme

c'est pour Patrick Blondeau, Cyril Domoraud et...Laurent Blanc
La Covisoc est une mascarade. Elle se contente d'essayer de sauver les meubles d'un championnat national en déliquescence, et absolument pas d'imposer des sanctions comme c'est le cas chez nous ou en Allemagne.
Triste de voir ce grand club disparaitre, car je ne vois pas qui irait injecter de l'argent là-dedans à part un énième businessman véreux. L'exemple des Rangers aurait eu de quoi inspirer, avec les supporters qui parviennent doucement à virer la chienlit de direction de leur club. J'ai pas l'impression qu'il y ait eu de mobilisation pour Parme, et quand je repense à l'équipe de dingue qu'ils avaient il y a 20 ans, c'est triste.
shamoidor Niveau : DHR
Thiriez a coter des chefs instances italiennes est remarquable
saddam_usain_bolt Niveau : CFA2
Triste de voir ce club en tel état, mais je ne me fais pas trop de souci pour leur avenir à moyen terme. La Fiorentina était descendue en 4e division il y a +/- 15 ans pour les mêmes raisons, et les voilà en 1/4 de finale de coupe d'Europe.
Message posté par Chatte Ayrton
Pas une larme

c'est pour Patrick Blondeau, Cyril Domoraud et...Laurent Blanc


Ca ne vous rendra pas la coupe UEFA de 1999 pour autant.

Puis de toute façon cette équipe était tellement supérieure à l'OM que le résultat et la victoire parmesane étaient tout à fait mérités (le champion de D1 Bordeaux en avait pris 6 face à eux, c'est dire). C'était tout sauf un vol, pas besoin d'avoir un esprit de revanche/vengeance.
TheDoctor Niveau : DHR
Non mais les gonzes de SoFoot allez-y cool sur la canette !!
Arrêtez vos conneries et racontez-nous ce qui s'est réellement passé, même Mr Coppola n'y croit pas
Jacquietmichelderzakarian Niveau : CFA2
Par contre je crois savoir que Parme à pas mal de joueur en copropriété. Du coup ça ne rentre pas dans les actifs? En Italie bcp en veulent à l'Inter par rapport à Belfodil etc..
Voilà si qqun peut m'éclairer. Bisous.
Alex_Magpie Niveau : CFA2
Parme a près de 250 joueurs sous contrats, prêtés, en copro, etc... Beaucoup d'entre eux n'ont d'ailleurs pas le niveau de Serie A et jouent dans des échelons inférieurs.
la berlinoise est douce en avril
Très heureux de leur malheur ça leur apprendra pour 99 les dopés.
Message posté par la berlinoise est douce en avril
Très heureux de leur malheur ça leur apprendra pour 99 les dopés.


C'est vrai que le dopage, dans le sport pro et dans l'élite, ça ne fonctionne que dans un sens...

Plus sérieusement, on avait déjà eu ça avec la Fio il y a 15 ans, on a eu ça avec les rangers pls récemment, et malgré tout, on assiste encore ça. C'est triste pour les supporters parmesans et le football en général...
Quand l'UEFA instaurera t'elle enfin une DNCG continentale pour éviter ce genre de conneries???
VIril mais correct Niveau : District
Gervais Martel. , mammadov , les lensois aiment cet article. .... Surtout la fin. : Ligue 2 si rachat ... d4 et nouveau blase sinon .....

A vivement le Fc Lens .
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
440 13