Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 29 Résultats Classements Options

Comment Obama est devenu fan de Darmstadt

L'ancien président des États-Unis n'est pas un fan de soccer reconnu. Son cœur vibre pourtant depuis quelques semaines pour un club allemand, le SV Darmstadt, lanterne rouge de la Bundesliga. Et la raison de cet amour peut surprendre.

Modififié
Le 15 février, le club de Darmstadt se réveille avec un sacré scoop et un bon boost pour le moral dans son opération maintien en Bundesliga, quatre jours après sa victoire à domicile contre Dortmund. Le petit club qui galère au fond du classement en Allemagne vient d'apprendre que l'ancien président des États-Unis ne suit sur Twitter qu'un seul club de football professionnel en Europe : eux. Dans les 631 000 comptes (tout de même) auquel Barack Obama s'est abonné, il n'y a pas de Real Madrid, pas de Manchester United, ni d'Olympique de Marseille et son proprio américain. Ni même le Bayern. Le club de choix s'appelle SV Darmstadt 98. Un choix audacieux, inattendu et incompréhensible. Ou presque.

Le bon coup de pub


Du côté du club, la nouvelle est d'abord prise comme il se doit : sans trop de sérieux, avec humour et décontraction. Tom Lucka, responsable des relations presse pour le club de la Hesse, admet que l'information a été donnée par un journaliste de la région, avant d'être vérifiée minutieusement en interne. Pas de soucis apparents, Darmstadt peut se vanter d'être seul au monde dans les petits papiers d'Obama. « C'est peu croyable hein ? » Dès lors, le service communication du club réfléchit à une réponse à donner à cette nouvelle et surfer sur une nouvelle aussi atypique. Ce sera finalement une invitation officielle, prononcée par le joueur américain du coin Terrence Boyd, sur Twitter. « Maintenant qu'il a moins à faire, on s'est dit que c'était une bonne idée, ajoute Tom Lucka. Mais nous attendons toujours une réponse. On a cru comprendre qu'il était parti en vacances en ce moment. On espère que ça viendra après et qu'il va venir. » Pour l'heure, Darmstadt en profite au moins pour accroître sa renommée dans le monde. « On constate qu'il y a quelques personnes qui ont commencé à nous suivre sur les réseaux sociaux, notamment des Américains. »


Terrence Boyd, le seul Américain du club, confie lui son plaisir à prendre part à l'opération de communication autour d'Obama. « Pour nous, avec Darmstadt 98, c'est une grande fierté que Barack Obama ne suive que nous sur Twitter comme club européen de football. Bien sûr, on aimerait qu'il vienne réellement jusqu'au Böllenfalltor pour nous voir. C'est quelqu'un de très inspirant. » Jusque-là, l'invitation est restée lettre morte et l'effet moribond. Darmstadt reste sur deux défaites qui semblent sceller le sort du club. De quoi remettre en cause l'intérêt véritable de l'ancien président pour le club de Marcel Heller et Sven Schipplock ?

D'un buzz à l'autre


Aujourd'hui encore, Tom Lucka ne le cache pas : les raisons du follow sont inconnues. «  On ne sait d'ailleurs toujours pas pourquoi nous-mêmes. Il y a plusieurs théories à ce sujet. » La première est purement sportive. C'est aussi la moins plausible. Quelques jours avant le clic historique, Terrence Boyd marque un but décisif pour donner l'espoir à Darmstadt d'un maintien incroyable en Bundesliga. Avec trois points pris contre Dortmund, les Lillien ont une nouvelle chance de rattraper Hambourg ou Brême jusqu'à la place de barragiste. De là à pousser un ancien président à s'intéresser au devenir d'un petit club allemand, cela paraît peu probable. Terrence Boyd ne s'en cache pas : « Je ne le connais pas personnellement. » Il y a toutefois d'autres Américains passés par l'Allemagne. Il faut alors regarder dans l'histoire de la ville. La présence américaine à Darmstadt ne remonte pas seulement aux dernières semaines et à un joueur avec un visa pour les USA.


Après la Seconde Guerre mondiale, la ville de Darmstadt se retrouve dans une zone contrôlée par les États-Unis et accueillait l'une des nombreuses casernes militaires américaines. À un peu plus d'un kilomètre du stade, la base n'est plus ce qu'elle était. Déjà sous l'influence de celle d'Heidelberg, elle n'accueille plus aucun corps militaire depuis 2008. Obama intronisé dans sa plus haute fonction début 2009, voici encore une piste qui ne mène nulle part. Le jumelage entre Darmstadt et San Antonio depuis 2016 n'est pas plus probant pour trouver un lien avec Obama. Mais une dernière théorie, plus belle et plus crédible, existe encore. Tout viendrait de Torsten Frings, coach des Lillien depuis l'hiver. Il faut alors revenir quelques semaines avant le clic célèbre de la mi-février.


Le 30 janvier, une émission allemande retrouve un extrait d'une convention de scénaristes de 2014. George Mastras, auteur pour Breaking Bad, fait alors une confidence improbable, mais qui passe inaperçue à l'époque : dans la série, Gustavo Fring a reçu son patronyme en l'honneur de la plus belle patte droite du Mondial 2006. Sans le s final, parce que la flemme. Grâce à Zeigler, la nouvelle reprend du poil de la bête, est reprise dans tous les médias... avant d'atteindre Barack Obama ? D'un buzz à l'autre, il ne faut pas grand-chose : une recherche internet. Et si Obama a dû suivre le club de Darmstadt à défaut de trouver le véritable Frings sur Twitter, il y a gagné une invitation. Tout comme Gus Fring. Pour réunir une bonne fois pour toute ce qui unit un ancien président des États-Unis à un club de football : Gus Fring, entre le doppelgänger et la nouvelle mascotte des Lillien.

Par Côme Tessier
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


Hier à 17:30 La Corse veut adhérer à la FIFA pour jouer la Coupe du monde 115
Partenaires
Podcast Football Recall Un autre t-shirt de foot est possible Tsugi Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur MAILLOTS FOOT VINTAGE Olive & Tom
À lire ensuite
L'aventure selon Wagner