En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 19 Résultats Classements Options
  1. // CM 2018
  2. // Qualifs
  3. //

Comment Mascherano ruine l’Argentine

Devenu défenseur central depuis qu’il a enfilé le maillot du Barça, Javier Mascherano est constamment aligné au milieu de terrain avec l’Argentine. Et c’est un problème.

Modififié
Avant sa prolongation de contrat au Barça, la presse espagnole affirmait que Mascherano avait imposé une condition à Luis Enrique : celle d’être plus souvent aligné au milieu de terrain. Mais depuis le début de saison, le Jefecito n’a jamais joué à son poste de formation. Celui qu’il occupe avec l’Argentine depuis sa première sélection. « Il est meilleur quand il joue au milieu de terrain, il est très intelligent et indispensable pour mon équipe » , déclarait Edgardo Bauza sur Fox Sports. Comme tous les sélectionneurs que Mascherano a connus, Bauza a donc décidé que le joueur formé à River Plate mène le jeu de son Argentine. Une nation en pleine crise qui risque de ne pas voir la Russie. Et l’entêtement de Bauza avec Mascherano y est peut-être pour quelque chose.

Julio Bascuñán, arbitre de la discorde

La solution Kranevitter, l’évidence Banega


Une chose est sûre, Mascherano est toujours un excellent milieu de terrain. Remettre en cause cela serait injuste tant il a brillé à ce poste. La meilleure version de Mascherano avec le maillot argentin reste celle de la Coupe du monde 2014 au Brésil, sous les ordres de Sabella. Mais dernièrement, ses performances à ce poste ont été mauvaises. Contre le Pérou, c’est lui qui commet l’erreur qui amène le penalty de l’égalisation. «  À cause de mon erreur on ne repart pas avec trois points » , avait-il reconnu au micro de TYC Sports après le match nul des Argentins.

Vidéo

Lors de la défaite à domicile contre le Paraguay (0-1), Mascherano a coulé, incapable d’amener l’équilibre voulu par Edgardo Bauza. « On était désorganisés, on a joué n’importe comment. Ça peut marcher une ou deux fois, mais pas toujours » , s’était-il emporté après cette horrible performance de l’Argentine. Depuis son premier match à la tête de la sélection, Bauza a aligné trois milieux de terrain différents en quatre rencontres. Face à l’Uruguay, Mascherano et Biglia étaient alignés. Résultat, une victoire 1-0 due au génie de Leo Messi, mais un manque énorme de créativité. Idem face au Venezuela. Kranevitter et Banega ont ensuite eu leur chance aux côtés du Jefecito. Sans succès. Si l’amour du doble cinco des Argentins ne changera pas, Bauza ferait bien de revoir sa formule, tant l’influence de Mascherano au milieu est faible. Surtout que les solutions existent. S’il ne s’est pas encore adapté au football européen, Matías Kranevitter semble avoir l’étoffe d’un titulaire à ce poste, mais n’a même pas été sélectionné par Bauza pour les deux rencontres à venir. Son association avec Banega ou même avec Biglia représente une alternative viable. Derrière, un joueur comme Leandro Paredes tape doucement à la porte d’une sélection nationale qui ressemble beaucoup trop à une équipe sans identité.

L’Argentine sans défense


Depuis quelque temps, Funes Mori et Otamendi se sont imposés en charnière centrale et ont livré quelques bonnes performances, notamment lors de la Copa América Centenario. Mais les deux ont été pointés du doigt après les contre-performances récentes. La solution de faire reculer Mascherano dans l’axe de la défense, presque inenvisageable pour Bauza, apparaît alors comme une évidence. Replacé par Pep Guardiola dès son arrivée à Barcelone, Mascherano apporterait une touche plus technique, une relance plus efficace, là où Funes Mori et Otamendi peinent. Dans le Guardian, Mascherano racontait son adaptation : « Il y a eu un avant et un après ce tacle. Après six mois à Barcelone, je ne me voyais pas rester longtemps : mes caractéristiques n'allaient pas dans le sens de la philosophie catalane. Si Bendtner avait contrôlé le ballon autrement, il m'aurait échappé. Mais cela s'est passé de cette manière et on a fini par gagner la Ligue des champions. » Même s'il affirme ne pas profiter du football lorsqu'il joue derrière, celui qui s'est fissuré l'anus sur un tacle est pourtant l'un des meilleurs à ce poste. Le replacement de Mascherano en défense serait donc presque logique. Une notion étrangère à la sélection argentine qui compte encore Lavezzi ou Demichelis dans ses rangs...


Vidéo

Le match Brésil-Argentine sera à suivre en direct sur SoFoot.com, cette nuit, à 00h45



Par Ruben Curiel
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié




Dans cet article


Partenaires
Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur
Hier à 09:00 Coentrão casse le banc des remplaçants 9 vendredi 19 janvier L2 : Les résultats de la 22e journée 4 vendredi 19 janvier Un club espagnol offre un maillot à tous les bébés nés en 2018 3
À lire ensuite
Trump 1, Hillary 0