1. // Coupe du monde 2014
  2. // Groupe F
  3. // Argentine/Bosnie

Comment les Argentins ont envahi Copacabana

Par souci d'économies, mais surtout par goût de l'aventure, des milliers de supporters argentins ont fait le voyage jusqu'au Brésil en mobilehome. Terminus Copacabana. Rencontre avec les parasites attachants de la baie de Rio.

Modififié
222 12
L'Argentin est chez lui partout. Y compris sur une minuscule aire de repos brésilienne surplombant la plage d'Ipanema. Comme beaucoup de leurs compatriotes, Ariel, Agustin et leurs six autres potes fans de River Plate ont bravé les routes d'Amérique du Sud pour profiter de la Coupe du monde chez leur plus grand rival footballistique. Après 2 600 kilomètres parcourus depuis la banlieue de Buenos Aires, le camping-car Mercedes acheté pour l'occasion peut enfin laisser reposer son vieux moteur. Leurs occupants, fatigués et torse nus, se sont collés au cul du mobile home pour manger du poulet et du riz dans une énorme marmite de taulards. Malgré le flot des voitures qui descendent jusqu'à la plage de Rio, et la présence des journalistes brésiliens intrigués par ce camping sauvage, les Argentins semblent ravis. Diego, garçon de café brésilien en charge du petit troquet du coin, aussi : « Ils dépensent beaucoup en alcool, c'est bon pour le business. Et puis, ils fument beaucoup de marijuana aussi. Ils font travailler un peu tout le monde depuis qu'ils sont arrivés. Même les dealers. » Interviewé par une journaliste brésilienne de Sport TV, Ariel, assis sur une chaise pliante, patine avec son Portunol. Les questions ne l'intéressent pas, mais la fille, oui : « Elle est vraiment bonne, la petite. » Plutôt que de se rincer l'œil comme son pote, Agustin préfère expliquer le voyage d'une vie : « Venir au Brésil en avion, c'était trop cher. On a tous mis de côté pour s'acheter le camion et le retaper. C'est moins cher et surtout plus sympa.  » Pendant leur périple, les Argentins se sont même débarrassés de certaines de leurs idées reçues. « La télévision argentine racontait que les supporters de la Selección ne seraient pas les bienvenus au Brésil, raconte Agustin en sirotant son Fernet Coca, mais sincèrement, les Brésiliens ont été super gentils avec nous. On a crevé trois fois et à chaque fois, ils nous ont aidés. Certains nous ont même proposé de nous héberger chez eux. »

Des bakchichs et une station service

En contrebas, d'autres camping-cars argentins ont transformé la promenade maritime qui s'étend d'Ipanema à Copacabana en véritable village de vacances. Perchés sur le toit de leur mobile-home chromé, des amis de Mendoza agitent un énorme drapeau sur les pare-brises des voitures qui passent. Un geste qui n'a rien d'anodin : « C'est notre manière à nous de dire aux Brésiliens qu'on les a envahis  » , sourit Samuel, tout heureux de faire le pitre sur Copacabana. Pour l'instant, les 50 000 reais (environ 15 000 euros) investis dans leur airstream ont plutôt porté leurs fruits. « Les gens nous posent beaucoup de questions sur notre voyage parce qu'ici au Brésil, les motor homes ça n'existe pas… Et ça aide avec les filles, d'ailleurs mon pote, là, a réussi à en choper une hier soir » , explique Samuel, qui est venu au Brésil sans aucun billet de match. Trop cher. À cinquante mètres de là, Agustin, son père Mario et leurs amis n'ont pas non plus de sésames pour les matchs de l'Albiceleste et se contentent de voir le foot sous le chapiteau de la Fan Fest. Faute d'avoir trouvé un camping en ville, le minibus jaune et ses occupants squattent une petite station-service sur la plage de Copacabana : « Quand tu vois l'état des routes qu'on a traversées, tu te dis que les Brésiliens n'avaient pas prévu que des spectateurs allaient emprunter la route pour venir assister au Mondial, explique le fils de Mario. Il n'y avait aucun camping dans la région capable de nous accueillir, mais au final, on est plutôt contents de notre emplacement. » Même les effluves d'essence ne gâchent pas le panorama. Et pour cause, les pompistes de la Petrobras n'ont pas fait un seul plein depuis qu'une demi-douzaine de minibus argentins sont venus faire du camping sauvage sur le terre-plein de la station. Comme ses autres compatriotes, Mario a lâché 200 reais de bakchich pour que le responsable de la station ferme les yeux. « Avec tous les Argentins qui lui ont donné du cash, il a bien arrondi sa fin de mois. Ça arrange tout le monde et puis si on avait dû payer un hôtel avec une telle vue, ça nous aurait de toute façon coûté 100 fois plus cher. »

« Le football, c'est une histoire d'hommes »

Pour Mario et les autres hommes de son clan, l'aventure a véritablement commencé il y a deux mois. « Venir ici, c'était une opportunité unique de pouvoir participer à une Coupe du monde.  » Peu importe que l'intérieur du minibus ressemble à une prison guatémaltèque… Malgré les fringues qui traînent partout, un évier débordant de vaisselle et des lits défaits, aucun des hommes de l'aventure ne regrette le manque de confort, ni l'absence des épouses. « Le football, c'est une histoire d'hommes, elles n'avaient pas leur place dans ce voyage » , lance Mario. À côté de lui, son pote, un sosie de Robert Chapatte, ne cache même pas ses envies d'infidélité : « En rentrant, on se contentera de faire un Notre Père et deux Avé maria pour se faire pardonner. » La caravane argentine du Mondial devrait reprendre la route après le match de l'Albiceleste contre la Bosnie-Herzégovine, cet après-midi. Direction Belo Horizonte, où les coéquipiers de Messi affronteront l'Iran pour leur deuxième match du Mondial. Pour l'heure, Copacabana est argentine et chante à l'unisson : « Pelé s'est dépucelé avec un garçon. » Tout simplement la première victoire argentine du Mondial.

Par Javier Prieto Santos, Maxime Marchon et Joachim Barbier, à Rio
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

JestroGoal008 Niveau : DHR
J'aurais kiffé une mini-série où on les aurait suivi pendant ce mondial.. y ont l'air sympa et c'est plus dépaysant que de parler des favelas et des culs à Ipanema!
Syr_Odanus Niveau : CFA
Les croates ont fait pareil :

Pas mal l'article. Ça donne envie d'y être.
Message posté par Syr_Odanus
Les croates ont fait pareil :



Ho putain tu m'as tué ! Sincèrement, merci !


Sinon j'adore l'article, sa change des interviews de ce connard de Clément d'Antibes à la TV depuis hier.
Le genre d'aventure vraiment funky entre pote. D'ailleurs la photo de l'intérieur du camping car, me fait un peu penser au dortoir que j'avais trouvé à Londres pour l'Emirates Cup en 2011 que Boca faisait. La hinchada de Boca avait choisit le même truc de crasseux pour se loger vu le prix imbattable en plein centre de Londres. Autant dire que j'étais aux anges ...

Dale Argentina !!!
Tu sais que tu es un hinchas de l Argentine quand .....

Tu es une référence dans tout les virages du monde
Pour toi le foot n est pas une question de vie ou de mort ...
C est beaucoup plus que ca
Tu sais que Maradona a un Pelé à chaque orteil
Tu kiffes les une/deux et les tirages de maillots
Tu bois du mathe
Tu hais tes adversaires
Tu as le soleil dans ton jeu, ton stade et ton drapeau
Tu as gagné la guerre des Maldives le 22 juin 1986 à la 55 eme minute
Tes chants sont les plus beaux et les plus long du monde
Tu meurs pour tes couleurs
Tu as les cheveux long peut importe Passarella
Tu détestes le fair play
Tu pleures quand tu perd
Tu pleures quand tu gagnes
Tu sais souffrir pour mieux apprécier la victoires
Tue es le seul à ne pas aimer le juga bunito
Tu as la grinta
Tu aimes la gagne mais tu aimes encore plus voir les tiens se mettre en quatre pour celle ci

Argentina Argentina Argentina !!!!!!!!
Tu sais que tu te la racontes argentin quand tu confonds maldives et malouines ....
Super Dupont Niveau : CFA2
Message posté par Gabsi

Tu sais que Maradona a un Pelé à chaque orteil



Un Pele a chaque orteil? C'est quoi ca, une maladie des pieds?
Ah ouais, les Maldives... Pas mal.
Maldives a la place de malouine c était chaud j avoue, mais j ai jamais dis j étais argentin.
Par contre toi t es sur d être parisien quand...
Tu critique l article
Tu critique le commentaire de l article
Tu critique le mec qu à fait le commentaire de l article
Tu critique ... Euh ... Tu critique tout en fait
Three-Eyed Frenchy Niveau : Ballon d'or
Donc t'es nul en géographie, en histoire ET en conjugaison?
Tu peux faire un "tu sais que tu n'as pas eu le brevet quand" ...
Mate, pas mathe......... et les Malouines (malvinas) merci
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
222 12