En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 15 Résultats Classements Options

Comment le PSG peut-il retenir Thiago Silva ?

Restera ? Restera pas ? Une chose est sûre : Thiago Silva est convoité. Le défenseur du PSG est sur les tablettes du Barça, qui rêve de le faire venir en Catalogne. Le PSG va devoir trouver les bons arguments pour le convaincre de rester. Voilà ce que les dirigeants parisiens pourraient tenter.

En proposant des nouveaux maillots au PSG

Le PSG a déjà dévoilé son maillot pour la saison prochaine. On l'a vu lors des dernières journées de championnat : un maillot avec plusieurs couleurs, qui rappelle étrangement le maillot de l'OL il y a quelques années. Du coup, déjà que Thiago Silva est dubitatif quant à son avenir à Paris, il l'est encore plus avec un maillot de Lyon sur les épaules. Mais les dirigeants parisiens ont trouvé la solution. Ils ont dessiné deux nouveaux maillots pour la saison 2012/13. Le premier, celui que le PSG pourra utiliser à domicile, est un maillot rouge à rayures noires. Pour ressembler à celui du Milan AC ? « Non, se défendent les designers parisiens. Le rouge a toujours été présent sur le maillot parisien, et le noir est un hommage aux Béruriers. » Le second, quant à lui, est bleu à rayures rouges. Pour ressembler à celui du Barça ? « Non, réaffirment encore les designers parisiens. Paris a été jumelé avec la ville de Bâle bien avant Barcelone. C'est donc le Barça qui a copié le PSG, pas l'inverse.  » Voilà. Comme ça, tout le monde est content. Surtout Thiago Silva, qui peut porter les tuniques du Milan AC, du Barça et du PSG en même temps. Pratique.

En augmentant son salaire et en lui faisant des cadeaux

Au PSG, Thiago Silva s'en met déjà plein les poches. Quelque 7,5 millions d'euros par an, ce qui en fait le deuxième défenseur central le mieux payé au monde, derrière Vincent Kompany, loin devant avec ses 10,4 millions de livres par an. Comment ça, le deuxième ? Thiago Silva l'a prouvé lors de la Coupe des confédérations : il est actuellement le central le plus solide de la planète. Du coup, il veut être le mieux payé. Les dirigeants parisiens, qui savent que leur capitaine pourrait partir, vont donc le satisfaire sur cet aspect-là. Au retour des vacances, Thiago Silva est invité par les dirigeants qataris à Disneyland, privatisé pour l'occasion. Même Space Moutain est rebaptisé Space Emirates pour la soirée. Au cours d'un colloque au milieu de la Cabane des Robinson, Nasser propose une augmentation de salaire à 13 millions d'euros par an, et une session privée dans un lieu secret de Frontierland avec Pocahontas. Thiago décline la dernière offre, mais accepte le chèque. Il reste parisien, une année de plus. Mais attention. Le Barça aurait l'intention de passer un accord avec le parc PortAventura. Gare à l'été prochain.

En achetant de nouveaux joueurs

Quand on a été habitué depuis quelques saisons à jouer avec Nesta, Zlatan ou Pastore, on finit par avoir des goûts de luxe. C'est ce qui arrive à Thiago Silva. Alors qu'il est tranquillement en vacances au Brésil, il envoie un fax à Leonardo. En français, s'il vous plaît. « Cher Leo, je veux bien accepter Laurent Blanc, si c'est Zlatan qui fait la tacticao. Mais si tu veux que je restao, il faut acheter d'autres stars. TS » . Un peu surpris, Leonardo est contraint de s'exécuter. Dans l'après-midi, il envoie des textos à tous les agents qu'il côtoie, et en remet une couche en envoyant des invitations Facebook aux joueurs qu'il connaît bien. Très vite, les réponses tombent. Pour Rooney et Cavani, c'est non. Pour Agüero et Lewandowski, peut-être. Dani Alves, lui, donne son accord. « Pas suffisao » , renvoie sèchement Thiago Silva. Leo met les bouchées doubles et réussit à trouver un accord avec Gündogan, Pirlo et Pedro. Satisfait, le défenseur brésilien se pointe au Camp des Loges tout sourire. Mais glisse tout de même un mot dans la poche du costard trois pièces de Leonardo : « En janvier, Falcao. » Exigeant, putain !

En délocalisant le Camp des Loges


Paris, c'est bien. Ville Lumière, ville romantique, Sacré-Cœur, bla bla bla. Mais bon. Au quotidien, Thiago Silva a fini par se rendre compte de la réalité : un temps de merde 300 jours dans l'année, des gens désagréables et des supporters qui sifflent un mec qui marque 30 buts en une saison. Milan lui manque, le Brésil aussi et ses vacances en Espagne lui donnent des envies d'ailleurs. Oui, Thiago veut du soleil, veut pouvoir se claquer un petit week-end à la mer de temps à autre, loin de Paris, loin de Saint-Germain-en-Laye. Le défenseur menace de partir. N'importe où loin de la grisaille et de l'ennui parisien. À Barcelone, mais aussi à Porto ou à Los Angeles, tiens. Mais les dirigeants parisiens trouvent une solution. Si le beau temps et les divertissements ne viennent pas à Paris, c'est Paris qui ira à eux. Les Qataris décident de transporter l'intégralité du Camp des Loges à Formentera, par le biais d'avions militaires. Le Parc des Princes, quant à lui, est reconstruit pierre par pierre sur une autre plage de l'île, et renommé «  la Plage des Princes » . Thiago est content, et accepte donc de rester au PSG. Mais rapidement, les déplacements à Lille ou à Lorient deviennent problématiques, car trop longs et trop fatigants. Pas grave. Les Qataris ont déjà une solution de rechange. Lorient délocalisé à Ibiza, et Lille à Majorque. Facile, non ?

En installant Skype partout

L'été dernier, Thiago Silva a accepté l'offre du PSG pour plusieurs raisons. Mais une raison par-dessus toutes les autres : Carlo Ancelotti. Une vraie relation père-fils s'est créée entre les deux, et le départ de Carlo au Real Madrid est un crève-cœur pour le défenseur brésilien. Thiago ne voit d'ailleurs qu'une seule solution : suivre son mentor à Madrid. Le Real Madrid est prêt à l'accueillir, sans aucun problème. Mais Paris ne veut pas laisser partir sa pépite. Il faut donc trouver une solution. Des aller-retour illimités entre Paris et Madrid ? Non. Lui promettre qu'il rejoindra Carlo la saison prochaine ? Non. Il y a mieux. Équiper l'intégralité de la capitale parisienne en wi-fi, et installer le logiciel Skype partout. Comme ça, à n'importe quel moment de la journée (ou de la nuit, si Thiago fait des gros cauchemars), le défenseur brésilien peut se connecter et taper la discute avec son ancien entraîneur. Et cela marche pour tout : pour lui raconter une blague, une peine de cœur, un secret, mais aussi pour lui demander des conseils tactiques à la mi-temps d'un PSG-Guingamp, où les Parisiens seront menés 1-0. Thiago Silva est satisfait par cette proposition innovante. Il reste. En attendant l'arrivée des lunettes Google, qui lui donneront la possibilité de voir Ancelotti en 3D, comme s'il se trouvait en direct dans la même pièce. La saison prochaine, peut-être.

Eric Maggiori
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.


il y a 2 heures Euro Millions spécial : 174 Millions d'€ + 25 Millionnaires garantis ! il y a 5 heures Football Recall, ép. 7: PSG - OM, Guardiola, la forme des joueurs
Hier à 17:06 Henry calme le jeu après ses propos sur Neymar 87
Partenaires
Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur
Hier à 12:16 Ranieri ne dirait pas non à l'Italie 20 Hier à 08:27 267€ à gagner avec Shakhtar - Roma & CSKA Moscou 1 Hier à 07:44 BONUS ÉDITION LIMITÉE : 200€ offerts pour miser sur Séville - Manchester 1 mardi 20 février Lamine Sané signe à Orlando 8