Comment le Borussia Dortmund s'est relancé

Avant-dernier de Bundesliga à la trêve la saison passée, le Borussia aura remonté la pente de façon spectaculaire en 2015. Oui mais comment ?

Modififié
915 5

En faisant le deuil de Jürgen Klopp

Il faisait partie des meubles, et le peuple de Dortmund l’aimait comme un père. Mais à la fin de l’hiver, après quelques saisons plus compliquées que prévu, Jürgen Klopp a annoncé son départ du club qui a fait de lui une star. Un départ inévitable, triste, mais surtout salvateur. Klopp avait créé une superbe machine, mais lui-même n’arrivait plus à la contrôler. Et si le talent était toujours présent au sein de l’équipe, le système de jeu exigeant prôné par l'ancien de Mayence avait eu raison de la santé physique, mais aussi mentale de nombreux joueurs. En partant vers d’autres horizons, « JK » a permis au Borussia de passer à autre chose et de ne plus penser aux titres de 2011 et 2012. Sans oublier de faire également le deuil de cette finale de Ligue des champions perdue dans les dernières minutes face au Bayern, le deuil du départ de son prodige et de celui de son buteur magique. Le Borussia Dortmund et Jürgen Klopp se retrouveront sans doute dans 5, 10 ou 15 ans, qui sait ? Pour le moment, les deux parties vivent très bien l’une sans l’autre. Sans s’oublier.

En gardant ses stars

Ces dernières saisons, le Borussia avait pris l’habitude de voir sa progéniture se faire happer par les plus grands clubs européens - enfin surtout par le Bayern. Un phénomène autant lié à la puissance financière des autres clubs qu’à une certaine apathie émanant des dirigeants du Borussia. Heureusement, en 2015, Hans-Joachim Watzke et ses copains ont enfin arrêté de pleurnicher et ont changé de méthode. Dès février, le club a annoncé la prolongation de contrat de Marco Reus. Et même si depuis, l’enfant du pays peine à retrouver un niveau de forme constant, sa prolongation a envoyé un signal fort aux autres clubs. En juin, c’est Mats Hummels, capitaine depuis un an, qui énonce le souhait de rester dans la Ruhr une saison de plus. Enfin, durant l’été, İlkay Gündoğan - dont les prétentions salariales étaient visiblement trop élevées pour les autres grands clubs européens - se décide à prolonger son contrat d’un an. Résultat, en 2015, le BvB n’aura perdu aucun joueur majeur de son effectif. Comme quoi, quand on essaye, c’est possible.

En recrutant intelligemment

Parce qu’il vend des canards en plastique et des gamelles à chien siglés BvB à tous les beaufs d’Allemagne, le Borussia s’assure chaque année des revenus conséquents. Pour autant, le club fait rarement n’importe quoi lors du mercato – si on excepte l’épisode Ciro Immobile. Cet été, Gonzalo Castro est arrivé de Leverkusen pour une somme conséquente (environ 11 millions d'euros) mais l'Allemand a largement rentabilisé son transfert en étant bien utile lors de la fin de la phase aller quand tout le monde était cramé. Les deux autres très bons coups effectués par le Borussia sont bien évidemment les arrivées de Roman Bürki et de Julian Weigl, ce dernier étant LA révélation de la fin d'année 2015 outre-Rhin. Quand on sait qu'à eux deux ils n'ont pas coûté plus de 6 millions d'euros...


En relançant certains joueurs

Après le départ de Klopp, l’avenir de certains joueurs était quelque peu en suspens. Non pas parce qu’ils étaient indissociables du technicien (loin de là), mais plutôt parce qu'ils n’avaient pas fait leurs preuves sous ses ordres. Matthias Ginter et Henrikh Mkhitaryan faisaient partie de ces mecs-là. Annoncés partants lors du mercato estival, Thomas Tuchel a finalement choisi de les conserver. Grand bien lui en a pris. En replaçant le Weltmeister au poste de latéral droit, et en laissant l'Arménien bien plus libre de ses mouvements, l'ancien entraîneur de Mayence a fait de ces deux joueurs complètement paumés l'an passé deux de ses pièces maîtresses. Et presque plus important, on sait maintenant à quoi ressemble le sourire de ces deux gars-là.

En se prenant une taule face au Bayern

Après un début de saison 2015/2016 complètement fou, le Borussia semblait être un des rares clubs à pouvoir battre le Bayern. Oui mais voilà, lors de leur première confrontation de la saison, le Rekordmeister a littéralement écrasé le BvB. En leur faisant passer cinq buts dans le gosier, le Bayern a rappelé avec fracas qui était le patron et surtout qui l'avait (presque) toujours été. Cette piqûre de rappel aurait pu plonger le Borussia dans le désarroi et stopper net leurs ambitions. Mais finalement, cette défaite aura permis à Tuchel et tous les autres de mesurer l'écart qui existait encore cette saison entre les deux clubs. Il fallait bien ça pour arrêter de fanfaronner.


En ayant PEA

Par Sophie Serbini
Modifié

Dans cet article

Ce club transpire la sympathie, de part ses sups, son stade, son histoire. J espere que Reus reviendra a son niveau, ce gars pue le football. Puis Hummels, coeur avec les doigts, plus jeune j avais Nesta, Cannavaro, Puyol, Maldini, Samuel, Cordoba, Couto, Stam etc comme modele, maintenant c est toi! Oui, je raconte ma vie.
Perso moi je trouve que lui et Klopp ont un peu la même philosophie. Je vois pas trop de différence entre le BVB de Klopp et celui de Tuchel.
Il profite surtout du retour de Gundogan qui emmène dans son sillage Weigl.
J'aime bcp aussi Ginter car je trouve Schmelzer et Pisczek sur la pente descendante.
Hummels n'a pas encore retrouvé son niveau. Le fait d'avoir été laisser sur le banc au profit de Bender (quel joueur il me fait penser à Gabi, joueur exemplaire) lui a donné un coup de boost et l'a semble t'il remotive. A voir sur le long terme.
PEA j'y croyais pas mais mea culpa putain qu'est ce qu'il est bon ce con.
Bon le crack de cette equipe reste Marco Reus. Si il retrouve son niveau, le BVB est à ranger dans la catégorie des équipes capables de faire l'exploit (Juve, Athletico, jsp si je mets le PSG mdr) sinon bah ça restera l'étage en dessous et éternel second de Bundesliga.
Ils jouent sans C1, donc à voir pour la saison pro. Quoi qu'il en soit, ca reste l'équipe que tu ne peux pas détester ...
C'est tellement bon de revoir mon BVB au top comme ça, ça faisait mal pour la dernière de Jogi de les voir galeré autant, mais les moments difficiles rendent plus beaux ces retours au premier plan et aussi, je vais passer pour un rageux, mais ça permet un écrémage de certains pseudos supporters footix qui connaissaient le BVB depuis 2013 seulement, enfin bref bravo à Tuchel d'avoir bien négocier ce virage en apportant ses idées tout en s'appuyant sur le travail de Klopp, c'est vraiment un plaisir de les voir jouer encore plus au Wesfalenstadion devant les meilleurs supporters d'Europe, du bonheur pur !
Ah pour moi y'a une énorme différence entre Tuchel et Klopp. Les similitudes se voient parce que Tuchel bosse sur les bases de Klopp, mais Tuchel a apporté la possession, les passes courtes à l'approche de la surface. Dortmund est passé du jeu direct de Klopp a un jeu plus posé, moins rapide. Ca va toujours aussi vite dans la récupération mais en attaque c'est plus posé. D'où la complémentarité Weigl-Gündogan, entre Weigl qui joue très simple voire parfois trop simple (passes latérales courtes, en retrait) et Gündogan qui joue risqué et se projette. Bref, je pense vraiment qu'il y a une différence, mais Tuchel a su profiter du travail de Klopp et Klopp a su s'en aller à temps si ce n'est au bon moment.
Quelques trouvailles comme Ginter en latéral, Bender qui retrouve son niveau. Castro assure, Shinji revient à son très bon niveau. Bürki fait le travail. Côté déceptions Hummels, qui je pense doit partir pour son bien à lui, Reus qui me donne l'impression d'avoir peur depuis sa blessure. Le BvB passe l'hiver 2015-2016 en meilleure posture que l'année d'avant.
Oui mais tu conviendras qu'il n'y a pas eu non plus de révolution

Le Kiosque SO PRESS

Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
915 5