Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 24 Résultats Classements Options
  1. // Joueurs frisson
  2. // Épisode 1

Comment je suis tombé amoureux de...

Parfois, il suffit d'une action pour tomber amoureux d'un joueur. En voilà trois qui nous ont tapé dans l'œil en septembre.

Modififié

Milot Rashica (Vitesse Arnhem)


L'action qui nous a fait succomber : Lors du match de Ligue Europa entre le Vitesse et la Lazio, Milot Rashica a déjà délivré deux passes décisives lorsqu'il imagine une action folle. Il rentre avec autorité dans la surface et, au moment de centrer, invente une incroyable talonnade pour Bruns pour débouler au point de penalty, mais ne cadre pas sa frappe. Cela aurait fait 3-1 pour le Vitesse, et trois passes dé pour Rashica. Frissons.



Pourquoi il est si excitant : Parce qu'il sent le foot. Face à la Lazio, en C3, il a dévoré les latéraux romains, délivrant, sur deux débordements identiques, des passes décisives à Matavž et Linssen. Il est extrêmement rapide et facile balle aux pieds, et n'est pas seulement un « tout-droit » ou un tricoteur. C'est un véritable ailier à l'ancienne, le genre de joueur que l'on verrait parfaitement sur le front de l'attaque du Napoli, par exemple.

Et, il vient d'où ? Originaire du Kosovo, il fait ses grands débuts en équipe d'Albanie en mars 2016, face au Luxembourg. « C'est un joueur extraordinaire, à la technique hors du commun. Il est à surveiller pour l'avenir » , assure alors le sélectionneur albanais, Gianni De Biasi. Mais après deux capes, il choisit de rejoindre la nouvelle sélection du Kosovo, avec laquelle il a depuis disputé huit matchs de qualification à la Coupe du monde, dont sept en tant que titulaire. Formé au Kosova Vushtrri, il rejoint le Vitesse en 2015 pour 300 000 euros. Pour sa première saison en Eredivisie, il brille déjà en inscrivant huit buts, dont un doublé face à Twente. Tout ça à 19 ans, et pour le plus grand bonheur de son coach de l'époque, Rob Maas : « C'est facile à voir, sur le terrain il va toujours droit au but. Tout ce qu'il fait est positif, et c'est un bon gars. J'adore le voir jouer. » En juin 2016, Henk Fraser remplace Maas et fait de Rashica un titulaire indéboulonnable. À tel point que plusieurs clubs européens (dont l'AC Milan) ont gratté son nom dans leur petit carnet Moleskine.



Rafik Guitane (Le Havre)


L'action qui a transformé notre cœur en guimauve : Le lundi n'a pas le monopole du soleil. Voilà pourquoi ce mardi 19 septembre, sur les coups de 22h45, Rafik Guitane décide d'éclairer le Stade Océane. Comment ? En transformant sa première apparition en Ligue 2 en aubaine pour YouTube. Entré à la 87e minute histoire de permettre à Ebenezer Assifuah de se reposer et au HAC, qui mène 1-0 face à Sochaux, de gagner du temps, Guitane régale dès sa première prise de balle (90e) : touche sochalienne, interception de Guitane. Sept touches de balle (toutes du gauche) et trois adversaires hypnotisées plus tard, le meneur de jeu voit son coéquipier Nathaël Julan vendanger son caviar. Moins de deux minutes plus tard, il récidive : double contact, trois joueurs dans le vent et une faute doubiste pour arrêter la tornade. Trop tard, les frissons sont là.


Pourquoi il est si délicieux : Parce que c'est un n°10, un vrai, un pur. Un type qui n'est pas (que) là pour tricoter, mais sur qui il faut compter pour donner la dernière passe ou envoyer la sauce de vingt mètres. Le petit magicien haut-normand aurait pu ne jamais se remettre de la rupture des ligaments croisés subie en janvier dernier. Mais puisque c'est un dur à cuire, il s'est relevé. Et puis il faut comprendre pourquoi, aujourd'hui, les supporters du HAC n'ont que Rafik Guitane à la bouche. Depuis Paul Pogba, tous les cracks sortis du Havre sont gauchers : Benjamin Mendy, Ryad Mahrez, Ferland Mendy...



Et il vient d'où ? Pour le savoir, il suffit de regarder dans son dos. Son n°27 fait référence au département de l'Eure, où il est né et auquel il est très attaché. En toute logique, Guitane a ensuite passé un cap dans sa préformation à Évreux. Comme Steve Mandanda, comme Ousmane Dembélé et comme Christophe Cocard. De là à dire qu'il est prédestiné à finir avec un maillot tricolore sur le dos...

Dimitri Oberlin (FC Bâle)


L'action qui nous a fait chavirer : Dimitri Oberlin a fêté ses 20 ans le 27 septembre dernier. Et clairement, l'instant où il a soufflé ses bougies et celui où il a déballé ses cadeaux passent très loin derrière le pic de sa journée, survenue à 21h05. Pour la première titularisation de sa carrière en Ligue des champions, il voit son FC Bâle mener déjà 1-0 face au Benfica Lisbonne lorsque les Portugais obtiennent un corner. À sa réception, Oberlin, dans ses six mètres, envoie une tête monstrueuse que tout le monde assimile à un dégagement en catastrophe. Tout le monde sauf son coéquipier Renato Steffen, qui récupère le ballon et comprend en fait qu'Oberlin sollicite le plus grand une-deux du monde. Bilan : une relance de la tête, 11 secondes pour traverser le terrain et un face-à-face négocié sans trembler avec Júlio César. Il y a du Marc Raquil chez ce petit bonhomme. Sauf que Marc Raquil n'aurait jamais eu assez de souffle pour récupérer de cet effort et claquer un doublé en seconde période.

Vidéo

Pourquoi il va casser des gueules : Parce que ce joueur appartient au Red Bull Salzbourg (Bâle dispose toutefois d'une option d'achat), une écurie pas vraiment habituée à se tromper quant à ses jeunes. Et puis parce que la Suisse n'a jamais vraiment trouvé d'héritier à Stéphane Chapuisat.

Et il vient d'où ? Quelque part entre le Hertha Berlin et Gabriel Obertan, il y a Dimitri Oberlin. Bon, l'attaquant de Bâle vient en fait d'ailleurs. De Yaoundé, où il est né et est resté jusqu'à ses 9 ans, avant de quitter le Cameroun avec son frère pour rejoindre sa mère et son beau-père en Suisse, à Moudon, 6 000 habitants. « Oberlin » est d'ailleurs le nom de son beau-père. Le nom complet du nouveau phénomène du football suisse est Dimitri Joseph Oberlin Mfomo, initiales « DJ OM » . Il ne faudra pas s'étonner si un jour, cet homme-là passe des disques au stade Vélodrome.

Par Éric Maggiori et Matthieu Pécot
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


il y a 3 heures Tony Chapron : « La VAR n’est pas juste » 101 Hier à 16:41 Ligue des champions : des matchs le week-end dès 2024 ? 50
Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Un autre t-shirt de foot est possible MAILLOTS FOOT VINTAGE Olive & Tom Tsugi
Hier à 12:40 Rooney à la Maison-Blanche 22