Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Paris Saint-Germain

Comment faire sans Zlatan Ibrahimovic ?

Blessé contre Bastia, le Suédois souffre d'une blessure musculaire à l'abdomen et sa durée d'indisponibilité n'a pas encore été communiquée (on parle d'au moins quatre semaines, voire huit). Quoi qu'il en soit, il va falloir se débrouiller sans lui en attendant son rétablissement. Comment Laurent Blanc peut-il faire sans le MVP du championnat ?

Modififié
  • Redonner confiance à Edinson Cavani

    Comment remplacer un mec qui pèse 58 buts et 18 passes décisives en 69 matchs de Ligue 1 ? C'est un peu le problème actuel de Laurent Blanc. Il y a deux saisons, le remplaçant naturel du Suédois s'appelait Kevin Gameiro. C'était franchouillard. Actuellement, le Président a la chance d'avoir dans sa manche un autre CV au poste d'avant-centre : Edinson Cavani. 64 millions d'euros, une centaine de pions en Serie A et 16 caramels en Ligue 1 l'année dernière tout en jouant sur un côté. Depuis janvier, l'Uruguayen a le cœur tiraillé par son divorce et peine à exister dans l'ombre d'Ibrahimović. Lors de la première blessure du Z, au cœur du printemps européen, le Matador avait ouvert sa bouche dans la presse. Il voulait l'axe de l'attaque. Il l'a eu. Il s'est planté. Depuis, pas mal d'observateurs franciliens n'ont plus foi en lui, oubliant ses six premiers mois extraordinaires. Cette fois, la donne semble différente. Le PSG ne compte absolument pas s'en séparer alors que son nom avait circulé du côté de MUFC, Liverpool ou Arsenal et, surtout, le numéro 9 semble mieux dans sa tête, comme en témoigne son délicieux but contre Bastia, samedi. Avoir Cavani en « back up » d'Ibrahimović, c'est tout sauf un choix par défaut. Si le joueur est bien servi, il va enfiler les ficelles. Et quand on joue devant Pastore, Verratti, Cabaye ou Thiago Motta, on a de quoi se poser tranquillement dans la surface et attendre les offrandes. Bah mon cochon…

  • Jouer avec un numéro 10

    Edinson Cavani l'avait évoqué avant de partir en vacances, à savoir un changement de système de Laurent Blanc sur certains matchs. En gros, abandonner le 4-3-3 et passer à un 4-3-1-2 ou un 4-4-2 avec un numéro 10. Actuellement, c'est ce système qui conviendrait sans doute mieux au PSG, compte tenu de la forme affichée par Javier Pastore. Blanc pourrait partir avec son fameux milieu à trois Motta-Verratti-Matuidi et placer Pastore ou Cabaye en numéro 10. Devant eux, Cavani ferait alors office de pointe avec un Lucas ou un Lavezzi pour gambader autour de lui et prendre la profondeur. Chouette. En réalité, ce système est surtout un changement d'animation offensive, car Ibrahimović avait tendance à beaucoup décrocher pour jouer en vrai meneur de jeu. Sans lui, un autre lascar devra prendre la mène à son compte. Dans ce secteur, Blanc a des cartouches. Et peu de balles à blanc.

  • Croire en Jean-Cristophe Bahebeck

    Meilleur buteur (meilleur joueur ?) de la préparation du PSG, Jean-Christophe Bahebeck devrait faire toute la saison au PSG, surtout avec le probable départ de Hervin Ongenda en prêt à Bastia. Dans les faits, le champion du monde U20 remplacera numériquement Jérémy Ménez dans la rotation. Formé au club, le natif de Saint-Denis a donc une belle carte à jouer. Il est là pour apprendre et progresser. À Troyes et Valenciennes, lors des deux dernières saisons, il s'est raté. Dans le 4-3-3 de Laurent Blanc, il peut évoluer sur les trois postes offensifs et proposer des solutions en tant que joker. Après tout, le gamin n'a que 21 ans et des jambes de feu. Suffit de croire en lui. Un peu.

  • Recruter un joker médical

    La pratique est courante dans le rugby, alors pourquoi ne pas l'envisager au football. Le PSG pourrait ainsi faire appel à un « joker » durant le temps de l'absence d'Ibrahimović. Les clubs anglais ont souvent fait appel à des mecs du championnat US pendant leur trêve (Henry à Arsenal, Dempsey, Donovan, Lampard à City jusqu'en décembre, etc). On se souvient aussi du CDD de 2 mois de Henrik Larsson à MUFC lorsqu'il évoluait en Suède sur la fin de sa carrière. Ce genre de contrat est bénéfique pour tous. Actuellement, les Parisiens pourraient faire appel à David Villa – sous contrat avec New York City – et dont le championnat n'a pas encore repris. L'Espagnol viendrait six à huit semaines dans la capitale, planterait des banderilles et repartirait à NY en héros. À méditer.


  • Rappeler un ancien de la maison

    Sans club depuis la fin sa pige de six mois à Bordeaux, Guillaume Hoarau s'entretient actuellement sur Paris. Il connaît la maison puisqu'il a joué au PSG de 2008 à 2012. Mieux, il est gratuit. Cela dit, le Réunionnais est sur les tablettes de Bastia en cas de départ de Brandão. Mais un autre ancien Parisien pourrait être rapatrié au bercail pour compenser la blessure du Suédois. Il est gaucher, joue avec les narines écartées et s'ennuie à Doha où il gaspille son talent. Son nom ? Nene. Meilleur buteur parisien avant l'arrivée du Suédois, le gaucher en a encore sous la semelle pour coller quelques lunettes. Sinon, reste toujours Jean-Eudes Maurice.

  • Ronaldinho par exemple ?

    Le Brésilien se doit de revenir à Paris. Même s'il n'a rien gagné en deux saisons dans la capitale, il a fait vibrer toute une foule. Sans club, il peut venir à Paname en héros. Joueur, directeur sportif, guest star, ambianceur de soirée, cuisinier, on s'en fout. Le Parc des Princes façon QSI ne peut avoir meilleur amabssadeur que le Brésilien. Et sa venue occulterait complètement la médiatisation de la blessure de Zlatan. Le meilleur paratonnerre du monde. Avec des grandes dents blanches. Et des culs stringés partout sur Instagram. « Lalalalala.... Lalalalala.... Ronnie.... Paris.... Ronnie... tututu... tututu... »

    Mathieu Faure
    Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
  • Modifié



    Hier à 15:57 Quand Bryan Mélisse plante ses pieds dans un adversaire 20
    Partenaires
    Podcast Football Recall Un autre t-shirt de foot est possible Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom MAILLOTS FOOT VINTAGE Tsugi
    À lire ensuite
    Top 10 : Les coups de boule