Comment faire pour réformer la Ligue 1 ?

Comment redynamiser et rendre plus compétitive la Ligue 1 ? Au vu de la dégringolade de l'indice UEFA, la question a de quoi être posée. Un championnat à 18 clubs ou la création d'une ligue fermée font partie des pistes. Mais est-ce vraiment envisageable ?

Modififié
4 41
Bien coincée entre la Russie et l'Ukraine, la France pointe désormais à la septième place du classement UEFA, loin, très loin derrière l'Italie et le Portugal. Ajoutez à cela le triste niveau de certaines rencontres de Ligue 1, et cela suffit à comprendre pourquoi les observateurs ont plus de matière qu'il n'en faut pour cracher sur le bon vieux championnat de France. Oui, mais après, que faut-il faire pour résoudre une telle situation ? «  Une Ligue 1 à 18 clubs fait partie des étapes incontournables. Il n'y a manifestement aujourd'hui pas assez d'argent généré en France pour que tous les clubs professionnels produisent une performance de haut niveau » , lance Frédéric Paquet, directeur général adjoint du LOSC dans une interview à News Tank. Un avis que partage Jean-Claude Plessis, président de Sochaux de 1999 à 2008 : « C'est ce que je préconise aussi, car c'est dans l'intérêt du football. Il faut des affiches. Il y a trop de matchs aujourd'hui. Beaucoup de bons joueurs partent et on a du mal à en avoir suffisamment pour être attractif en Ligue 1. Et plus on dilue les joueurs dans les équipes, moins il y a d'affiches. Moi, je ferais même moins, avec 16 clubs. Ce que je vais dire va choquer, mais il faut des grands clubs dans les métropoles, avec des grands stades, il faut professionnaliser tout ça. »

Nancy et la descente en Ligue 2


Sur le sujet, le président de Saint-Étienne, Bernard Caiazzo, se montre volubile et pédagogue, mais plus nuancé que son ancien homologue doubiste : « Pour moi, tout est dans le "comment". En fonction du comment, on peut être amené à dire oui ou non. Si on passe brutalement de 20 à 18 sans changer les paramètres d'aides aux clubs, on dira non. Si on trouve des solutions intelligentes pour qu'aucun club ne soit lésé, on dira oui. » Mais le point de vue du boss des Verts rejoint quelque peu celui de Frédéric Paquet : « Les pays où ça marche le mieux, l'Angleterre et l'Allemagne, sont les pays où il y a une concertation entre clubs pour maintenir un modèle économique viable  » , indique le Nordiste.

« Si c'est pour passer à 18 clubs et provoquer des accidents industriels avec des clubs qui descendent en Ligue 2 et qui périclitent, ce n'est pas une bonne idée, complète l'homme du Forez. Les Anglais, eux, accompagnent pendant deux saisons les clubs qui descendent en leur donnant deux années de droits TV équivalents à la dernière de L1. Un club qui descend sait que pendant deux saisons, il aura 10-15 millions de droits TV. Ça donne la possibilité de se reconstruire et d'espérer remonter en Ligue 1. » L'écart est en effet abyssal entre L1 et L2 concernant la répartition des droits TV. En 2012/2013, Nancy a touché 15 millions d'euros. Une descente en Ligue 2 plus tard, le montant de ses droits TV ne s'élevait plus qu'à 4,7 millions d'euros. Mieux vaut avoir prévu son coup et avoir les reins solides.

Comment réformer ?


Mais concrètement, comment faire pour diminuer le nombre de clubs et ainsi rendre plus attractive la Ligue 1 ? « Pour changer le format du championnat, il faut qu'il y ait une majorité de clubs qui soient d'accord, donc il faut un consensus pour qu'aucun club ne soit lésé. Cela ne se fait pas, car il n'y a pas de consensus » , indique Bernard Caïazzo. « Dans les clubs, chacun défend sa chapelle » , corrobore Jean-Claude Plessis. Et le Stéphanois rappelle un détail important : « On ne pourra rien faire avant les nouveaux droits TV. Ils sont passés de 660 millions à 840 millions d'euros pour la période 2016 à 2020. Pour pouvoir changer quelque chose, il faut disposer de moyens plus importants. Un club qui a un train de vie, vous ne pouvez pas le lui diminuer. Par contre, en fonction de l'augmentation des droits, on pourra mieux indemniser les clubs qui descendent. On peut aussi imaginer des primes pour les clubs qui jouent l'Europe » , indique-t-il à l'instar de son homologue lyonnais Jean-Michel Aulas. En cas de refonte, les modalités de descentes et de montées seraient également à débattre. «  Si, sur une saison, vous en faites descendre quatre et monter deux, ce n'est pas une bonne idée. Il vaut mieux en faire descendre 3 une année et pareil l'année d'après. Chez les Allemands, le système de play offs est très intéressant aussi » , estime Caïazzo.

Vers une ligue fermée ?


En vue de redynamiser le foot français, une autre solution semble envisageable pour Frédéric Paquet : un système de ligue fermée, comme aux États-Unis. Un championnat sans relégation ni promotion donc. « Je ne veux pas passer pour le pro-américain, mais après avoir beaucoup voyagé, beaucoup vu, je dis que le seul système qui permette aux clubs de gagner de l'argent, de faire du spectacle et d'attirer du monde, c'est plutôt celui-là » , explique-t-il. Mais un tel système pourrait-il être appliqué en France ? Pour Jean-Claude Plessis, « c'est sans doute nécessaire, mais c'est une chose à laquelle il faut réfléchir, car on n'est pas prêts pour ça, en France et en Europe. C'est culturel et on estime que celui qui a mérité sa montée doit monter. Il faudrait réformer le système. » Le récent exemple de Luzenac et du formidable soutien reçu de toute part par le club vient illustrer cette vision d'un sport méritocratique auquel les Français sont attachés.

Jean-Baptiste Guegan, professeur en géopolitique du sport à Paris, appuie cette idée : « L'idée d'une ligue fermée contrevient au modèle même du sport à l'européenne et à l'idée méritocratique des montées et descentes sportives. » Pour lui, d'autres obstacles, notamment techniques, s'opposent à la mise en place d'une ligue fermée dans le football français actuel : « Cette organisation oblige à une "draft" des talents et à un "salary cap". J'imagine mal les clubs formateurs français faire ça quand on sait que les produits de la formation française font de notre pays le deuxième exportateur mondial de joueurs dans le monde et en Europe. » Le modèle américain reste en effet très éloigné du nôtre, et donc difficile à appliquer dans les faits, à moins d'une refonte totale du système français. Jean-Baptiste Guegan souligne toutefois que « dans les faits, on a déjà une ligue plus ou moins fermée. Sauf exception, les clubs solidement installés en Ligue 1 y restent. » Pour lui, un compromis pourrait être « un système mixte à 18 ou 16 clubs avec une montée et une descente seulement » , où « la Ligue 2 serait alors l'antichambre de la Ligue 1 » , accompagné d'une redistribution des droits TV au profit de la Ligue 2. Mais a priori, on n'en est pas encore là.

Morgane Carlier, Antoine Beneytou et Aurélien Renault
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

nasser aimkelesfill
faire en sorte que les entraineurs arrêtent de parler de bloc bien en palce peut être, ou de faire en sorte d'arrêter de penser qu'un point a l exterieur equivaut a 3 points!
Donc en gros, que l'on passe à 18 clubs ou que l'on attende les nouveaux droits TV, leur seule et unique solution est d'avoir plus de sous ?

Avant la taxe à 75% et la suppression du DIC, on avait beau offrir de plus gros salaires, les clubs français n'étaient pas pour autant plus performant sur la scène européenne. Et quand bien même, ils font comment les clubs portugais ?

Ils feraient mieux de se remettre en question plutôt que toujours ramener le problème de la compétitivité du foot français à une question de moyens.

Je dis ça comme ça, mais si on commençait par se professionnaliser au niveau de la préparation, du "scouting" et de la formation, ça pourrait être un bon début ?
Nous sommes un vieux pays conservateur attaché à nos hiérarchies (lire Ph d'Iribarne, "La logique de l'honneur", très instructif sur notre mentalité). Dans toute notre histoire, la seule où les choses ont changé furent soit l'oeuvre d'un monarque puissant et légitime, soit l'oeuvre d'une "catastrophe" sociale.

Je suis très sceptique sur la capacité des dirigeants du foot français à se concerter, surtout quand on voit qui est leur chef.

Mais bon, peut-être que le business leur fera prendre conscience de l'intérêt de réformer ce système.
Note : 11
Non aux ligues fermées ! Oui pour une L1 à 18 clubs avec 2 descente. Et suprrimons la Coupe de la ligue d'ailleurs.

De plus pour changer le niveau ça passera par une réglementation de l'UEFA, depuis l'arret bosman le championnat se dégrade notre football a surfé sur le titre de 98 mais la L1 non. Je suis entièrement partisan pour l'instauration à l'échelle européenne d'un fair play finnancier digne de son nom et femre ( pas les mesurettes de Platoche), un salary cap pour éviter l'accumulation dans les grandes équipes et l'instrauration d'un seuil maximum de joueurs "étrangers"( c'est à dire non selectionnables pour l'équipe nationale dans le pays qu'il joue), d'ailleurs la FA a instauré une mesure dans ce sens en premier league pour favoriser les jeunes joueurs anglais. En gros cela permettra une meilleure répartition des "talents", plus d'équité et les joueurs nationaux qui resteront plus dans leur pays cela développera mieux le football national.
la L1 à 18 clubs, ce sont surtout les "gros" qui seront pour: allègement du calendrier, droits TV en hausse.
Les petits clubs, surtout après l'affaire Luzenac, risquent de ne pas être très chauds
Bayer Leverkusec Niveau : DHR


Nantes, Lens, Monaco, Auxerre, ... ça commence à faire beaucoup d'exceptions là. Sinon,pour les droits, il est clair que la carotte européenne doit être mise en place (finalement, on paye bien les joueurs quand ils en EdF, pourquoi ne pas rémunérer les clubs qui représentent proprement la France en Europe).
Le principe de play-off soit aussi être considéré. Ça donne un peu de piment aux fins de saison.
Enfin, les droits TV pour les clubs relégués comme en Angleterre, je n'étais pas au courant, mais c'est une manière de créer une ligue fermée. 3 fois plus de revenus sur 2 ans, c'est compliqué à contrer quand même.
Mehmet Scholl Niveau : CFA
Plusieurs choses :

1 - La fiscalité

En l'état, le championnat français est à sa place actuellement, récemment dépassé par la Russie, dont la fiscalité est bien plus avantageuse que dans l'hexagone.
Il ne faut pas se leurrer, il s'agit la de la principale raison de la médiocrité de la Ligue 1.

Hormis le facteur historique qui fait qu'un OM est moins glamour qu'un Milan, Totthenam, Roma ( je compare volontairement a des clubs étrangers pas au top de leur championnat ), moins titré, mois reconnu, je suis persuadé qu'a fiscalité équivalente dans toute l'Europe, pas mal de joueurs préfèreraient venir en France plutôt qu'ailleurs, ne serait ce que pour le cadre.

A salaire équivalent, on me fera pas croire qu'un mec préfère signer à Newcastle plutôt qu'a Marseille ( No offense pour les toons hein )

Or actuellement, prenez le cas d'un joueur étranger au hasard, le mec à 2 propositions de contrat d'un niveau de rémunération brut équivalent, d'un coté il touchera a peu près la somme conclue, de l'autre il paiera + de 40% d'impots sur son brut auquel il faut ajouter la taxe à 75% si son revenu dépasse 1 millions à l'année

Mais comment voulez vous que le mec choisisse le club français ??

Scenario identique avec les joueurs évoluant dans l'hexagone ( français ou non )

A partir de la, il est facile de comprendre pourquoi les meilleurs joueurs se barrent et pourquoi on enregistre aucune arrivée significative ( Hors PSG hein, eux c'est une exception )

Bon je fais court, je pourrai encore développer mais je vais emmerder tout le monde. Voila donc pour moi le facteur number one

2 - Le professionnalisme en France :

Il est de notoriété publique que le foot français n'est pas reconnu comme étant un modèle de professionnalisme.
Les joueurs étrangers trouvent qu'on bosse pas assez en France
Les joueurs français sont montrés du doigts quand ils arrivent à l'étranger, notamment sur leur investissement etc etc ( par chance, beaucoup s'adaptent et changent leur mentalité )

Les clubs sont gérés n'importe comment, le sportif et l'exécutif ne sont pas séparés, bien souvent un président n'a que cure des divers retours que peut lui faire son coach, directeur sportif ou autre, ce qui importe c'est de ne pas perdre ( et j'ai pas dit gagner hein, juste pas perdre ) et essayer de tirer un maximum de profit sur les joueurs, considérés comme de la vulgaire marchandise...

Je pense que le point 2 peut s'améliorer mais pas tant que le point 1 sera en l'état et ca... on est pas près de le voir changer un jour !

Pour moi, la principale gangrène, c'est la fiscalité, tout part de là
Bald&bearded Niveau : CFA2
Le nerf de la guerre est fiscal.
badaboumtiti Niveau : District
Peut être qu'on est tout simplement à notre place. Il ne faut pas se leurrer, nous ne sommes pas un pays passionné par le sport en général.

Le football, beaucoup de gens en sont indifférents. Je sais pas si c'est parce que je vis dans un endroit paumé (quoique la Guyane lol) mais je connais des tas de gens qui ne connaissent même pas Messi !!
Quand tu vois qu'en Angleterre, c'est beaucoup plus populaire, même pour les demoiselles.

Donc cela impacte déjà sur la mentalité.
anteouane Niveau : DHR
Je trouve l'avis de Plessis ultra-intéressant parce que le mec ne prêche pas vraiment pour sa paroisse. Président de Sochaux pendant 10 ans, il préconise 16 clubs en L1 (pas beaucoup pour que Sochaux ait la certitude d'y évoluer) et souhaite que les métropoles y soient bien représentées!

Si la descente en L2 est brutale et incite peu de clubs et jouer la remontée immédiate, le remontée en 3,4 ou 5ans est la norme (sauf pour Caen qui ne s'abonne que 2 ans à une division). Les clubs avec des bases solides encaissent la 1ère année, puis reconstruisent pour remonter.

Enfin, la chose qui me parait simple et sans histoires d'argent à faire. C'est de changer les horaires des matchs en hiver. Jouer à 20h en hiver en Ligue1 et en Ligue2 dans les 9/10èmes Nord de la France est stupide. Et expliquer à Moustache qu'en hiver, les matchs des amateurs sont reportés et donc qu'il y aura quand même du public pour remplir les stades.
CaribbeanWolfy Niveau : District
Message posté par badaboumtiti
Peut être qu'on est tout simplement à notre place. Il ne faut pas se leurrer, nous ne sommes pas un pays passionné par le sport en général.

Le football, beaucoup de gens en sont indifférents. Je sais pas si c'est parce que je vis dans un endroit paumé (quoique la Guyane lol) mais je connais des tas de gens qui ne connaissent même pas Messi !!
Quand tu vois qu'en Angleterre, c'est beaucoup plus populaire, même pour les demoiselles.

Donc cela impacte déjà sur la mentalité.


Franchement je ne suis pas du tout d'accord avec toi ... que ce soit en métropole ou maintenant en gwada, je trouve que le sport est omniprésent dans notre société française, à différents niveaux.

Après cela dépend forcement de notre entourage social, professionnel etc... mais dire que notre pays n'est pas passionné par le sport en général, c'est une bêtise à mon humble avis.
Le professionnalisme, qui doit être étendu à tout les intervenants de ce sport, y compris ceux qui le commentent. Par exemple éviter d'écrire en gros "Comme faire pour redynamiser la ligue 1" pour lui préférer "Comment faire pour redynamiser la ligue 1".
Mettre le match gagné a 4pts
ou même a 5 pts a l'exterieur
La seule bonne chose a faire dans cet article c'est l'aide apporté aux clubs qui descendent!
Quand on voit ce qui est arrivé à Strasbourg, au Mans, à Grenoble, ce qui a faillit arrivé à Auxerre ou à Lens, c'est aberrant.
Lens par exemple quand ils sont descendu en 2008, ils possédaient un budget de 45 millions et étaient en L1 un équipe de haut de tableau avec 20 millions de droits TV. L'année suivante en L2, ils ont reçu 5 millions. Honnêtement, comment voulez vous qu'un club puisse s'en sortir en perdant 15 millions d'euros de recette et qu'après une saison décevante le club n'arrivait pas à vendre ses joueurs! A cela s'ajoute la baisse des ventes de places à bollaert (Oui parce que recevoir Châteauroux n'attire malgrès tout pas autant que l'OM ou PSG)et que le prix des places baisse également! Et même le sponsoring en prend un coup. C'est ce qui a fait que le club est passé cette saison là à un gros déficit qui malheureusement se ressent encore aujourd'hui!
AirForceOne Niveau : CFA2
Avoir plus de coachs comme Garcia et Sagnol et moins comme Gillot.
Ne pas négliger les coupes d'Europe
Inciter les clubs a garder leurs joueurs formes
Menacer François Pinault avec un flingue pour qu'il investisse
Inciter les grands patrons français (ceux du CAC 40) a investir dans le foot et dans le sport français en déduction d'avantages financiers et sociaux
Appeler tous les cousins de Nasser et du Prince
Offrir de l'auto bronzant a Donald Trump et Vince Mcmahon
Plusieurs mesures s'imposent à mes yeux. Voici une liste non exhaustive:

- une L1 à 18 et une L2 a 18. On a besoin de créer une élite professionel, ça passe par une moins grande dilution des droits TV. En espérant qu'il n'en fasse pas n'importe quoi après mais ça, c'est un autre problème.
- Play-off pour l'accession est L1 et L2: c'est le chemin le plus acceptable entre le modèle d'aujourd'hui et une ligue fermée (qui est complètement inacceptable culturellement). Ça fait duspectacle jusqu'au bout. Y a toujours de la méritocratie et ça me permettra de voir un match de L2 par an.
- une possible accession des équipes réserves pro jusqu'au national avec l'obligation de n'avoir que des joueurs formés au club: ça c'est pour la formation.
steven.mugiwara Niveau : DHR
Déjà, relire et corriger le titre ..
el santino Niveau : DHR
On reste à 20 clubs en L1 et L2
les champions montent et les 20èmes descendent, sec.

pour les 2 et 3ème de L2 et les 18 et 19ème de L1, on joue la montée/maintien aux barrages.

ça pourra "sécuriser" un peu plus les clubs de L1 sans pour autant supprimer la montée au mérite.

bon c'est une idée comme ça, à creuser, les playoffs/playdown, ça peut être une solution
La fiscalité, les salaires, blablabla, pourquoi ne parler que d'argent ?
C'est les billets qui font qu'on va assisté à un 0-0 de merde ou a un match engagé avec du jeu ?

En Argentine y a pas une thune dans la plupart des clubs, et pourtant je prends toujours autant de plaisir à voir un match, et je dois pas être le seul vu comment le gouvernement paye cher pour continuer de diffuser la Primera sur une chaine public et donc de pouvoir diffuser pendant les mi-temps des spots faisant la promotion des actions du gouvernement ...
Bref ce n'est pas un problème d'argent. L'argent ne sert qu'ensuite à pouvoir garder plus ou moins de temps les grands joueurs au sein du championnat.

C'est quoi cette formation de merde sérieux ? "2ème pays exportateur de joueur ..." Ha ouai et on exporte quoi en majorité ? Que du gardien, défenseur, et milieu def bien physique. Quand je vois que des mecs comme Giuly ou Griezmann n'ont faillit pas pouvoir faire carrière en France à cause de la taille et du physique non mais on marche sur la tête sérieux !

Tiens même à mon petit niveau, quand j'avais 16 piges, j'ai passé des tests au Racing 92 (la branche foot du Racing Métro, à Colombes, et qui jouait en National à l'époque), bref je passe les tests pour jouer en -18, en parallèle d'un sport étude, bon ma performance restera à jamais dégueulasse là n'est pas le problème. Mais ce jour là ils ont retenu que 3 mecs, les 3 grands blacks les plus grand et stocks qui jouaient en défense. Pourtant y avait un petit 10 reubeu ultra technique et avec une pure vision de jeu, un autre ailier archi rapide à la Robben, ba non, même pas retenu pour un 2ème tour ... Bon 2 mois après la DGNC a envoyé le club mourir en amateur et ils ont fermé le centre de formation, mais en gros sa donne une idée ...
Quand je vois comment les mecs s'émerveillent sur les quelques joueurs qui viennent du futsal parce que le mec joue un peu plus avec sa technique ... c'est triste ...
Message posté par Niko Pathe
Donc en gros, que l'on passe à 18 clubs ou que l'on attende les nouveaux droits TV, leur seule et unique solution est d'avoir plus de sous ?

Avant la taxe à 75% et la suppression du DIC, on avait beau offrir de plus gros salaires, les clubs français n'étaient pas pour autant plus performant sur la scène européenne. Et quand bien même, ils font comment les clubs portugais ?

Ils feraient mieux de se remettre en question plutôt que toujours ramener le problème de la compétitivité du foot français à une question de moyens.

Je dis ça comme ça, mais si on commençait par se professionnaliser au niveau de la préparation, du "scouting" et de la formation, ça pourrait être un bon début ?


Comment font les Portugais? Ils ont un championnat élite à seulement 16 clubs.
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
4 41