Comment débrider une Kawasaki...

Si vous aimez le suspense, il fallait regarder la J-League ce week-end. Dimanche soir, lors de la treizième journée de la seconde phase du championnat, Kawasaki Frontale et Yokohamas F Marinos ont fait durer le plaisir dix minutes au-delà du temps réglementaire. Avec trois buts et deux retournements de situation dans les arrêts de jeu. Séquence émotion.

Modififié
120 22
Arsenal a fracassé Chelsea samedi pour le derby de Londres. Dimanche, le Japon a répondu à l'Angleteterre avec son « derby de Kanagawa » , préfecture au sud de Tokyo. Au stade d'athlétisme Todoroki – le fief de Frontale quand les Marinos jouent, eux, au « Nissan » qui a accueilli la finale du Mondial 2002 – ils étaient 25 000 spectateurs entassés dans ce que la presse nippone appelait ce lundi un « théâtre » . Car les acteurs du match ont offert des montagnes russes émotionnelles au public : à la fin du temps réglementaire, les locaux menaient 2-0 contre leurs illustres rivaux. Et avaient conservé leur avance intacte cinq minutes plus tard, à un moment où n'importe quel match lambda serait arrivé à son terme. Sauf que ce Frontale-Marinos ne l'était pas : dans la sixième minute du temps additionnel, les Violets – leur tunique away – ont réduit le score avant d'égaliser deux minutes plus tard... De quoi faire rager le coach de Kawasaki ? Pas forcément vu que le match s'est étiré sur plus de dix minutes d'arrêts de jeu, et que ses hommes, aux couleurs du mythique club brésilien du Grêmio Porto Alegre, ont arraché la victoire au bout du bout du temps additionnel. Complètement fou.

Frontale vise la finale


Pourtant, tout avait commencé comme un match classique. Au quart d'heure de jeu, un marquage laxiste et une absence de pressing défensif permet au latéral droit de Frontale d'ajuster un centre à l'entrée des six mètres. Le péroxydé Kenta Kano ne se fait pas prier pour crucifier le gardien adverse d'une belle tête piquée décroisée. Face à un adversaire qui manque parfois d'engagement dans les duels, les locaux sont même tout proches de creuser l'écart au début de la seconde période avec une récupération dans le camp des Marinos conclue par une belle frappe juste au-dessus du cadre de Yu Kobayashi. Une petite victoire tranquille se dessine pour Frontale, qui pourrait ainsi sécuriser sa place sur le podium et valider sa qualification pour la grande finale de la J-League. Chose a priori entérinée quand Yusuke Takada trouve d'une passe lumineuse son attaquant Koji Myoshi entre les deux centraux de Yokohama, et que le buteur conclut d'un subtil piqué. On est à la 85e minute, il y a 2-0, et on peut penser que le match est plié. Sauf qu'au cours du deuxième acte, Shota Arai, gardien de Frontale, s'est blessé et son évacuation du terrain a pris un certain temps. Ce qui pousse l'arbitre, Masaaki Iemoto, à annoncer jusqu'à dix minutes de plus.

Trois buts en quatre minutes


Alors quand Kosuke Nakamachi, en bon renard de surface, vient pousser le ballon au fond après une première parade du gardien de Frontale, forcément, il ne fait pas plus que sauver l'honneur. On en est à la 96e... Sauf qu'une semaine plus tôt, le 17 septembre, Kawasaki s'est déjà fait dessus dans un contexte similaire : menant 2-1 sur la pelouse d'Omiya Ardija, les Bleu et Noir sont finalement repartis à la maison avec une défaite 3-2. Mais deux minutes après le but de Nakamachi, un milieu de Frontale foire totalement sa passe en retrait et envoie Manabu Saito au but, tout le stade crie d'effroi. L'attaquant de Marinos joue bien le coup : il contourne le gardien avant de centrer en retrait pour Sho Ito qui envoie le ballon du gauche en lucarne. 98e minute, et Marinos vient d'arracher le nul. Enfin, c'est ce qu'aurait voulu la logique. Mais deux minutes plus tard, la logique a totalement déserté le stade quand, suite à un corner trop long, Yusuke Takada récupère côté gauche et dépose le ballon sur la tête de Yu Kobayashi, qui décroise et trouve le petit filet gauche de Tetsuya Enomoto, le gardien des Marinos. On en est à la 100e minute du match, et les visiteurs ne pourront faire mieux, cette fois, que de se porter aux abords de la surface adverse sans tirer au but. Kawasaki Frontale a sûrement achevé tous ses fans souffrant d'insuffisance cardiaque, mais l'essentiel est ailleurs : l'équipe va disputer le Championship Stage avec les deux autres meilleures équipes de la saison. Avec un tel sens de la dramaturgie, ils méritent déjà le titre.

Par Nicolas Jucha
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Dans cet article

Attaque-Defonce Niveau : CFA
 //  18:13  //  Hooligan de la France
Note : -1
Ce titre je sais pas. Je loue le panache, je conchie le manque d'originalité.

Bon courage pour le procès.

Du coup, prochain article : quel TIG pour Nicolas Jucha ?
Funky_samurai Niveau : CFA2
Une petite vue sur les championnats méconnus, merci beaucoup. Là je ne peux pas critiquer.
Comment parler des Marinos sans évoquer Erick Mombaerts qui coache la bas (avec un succès tout relatif, hem). M'enfin bref cet article sur la J-League m'a supris, héhé
Chatperché Niveau : DHR
Y sont pas mal les Kawasaki. Ils ont même battu les Urawa red diamonds.
un article en lien avec le Japon ou un japonais sur n'importe quel site de foot, c'est une moto; nippon ni mauvais, sushi, une vidéo sur Nakata; bridé-débridé, etc. Et ça durera encore des années. Sic.
Zimedine Zimdane Niveau : CFA2
Comment choisir un titre raciste
Y a pas de résumé Youtube au Japon ou c'est comment ?
GalateaTêtenjoy Niveau : CFA
Message posté par Attaque-Defonce
Ce titre je sais pas. Je loue le panache, je conchie le manque d'originalité.

Bon courage pour le procès.

Du coup, prochain article : quel TIG pour Nicolas Jucha ?


Je n'ai pas lu l'article, mais le titre m'a tout l'air d'être juste une mauvaise blague sur fond de racisme ordinaire.
Coïncidence, un article sur Jamy vardy le raciste juste en dessous. Ce sera la ligne de défense de SoFoot au procès à mon avis
gabifesse Niveau : DHR
Ouais mais le racisme, quand ça touche les asiats, c'est permis.
Titre de merde.
Titre malhabile au mieux inquiétant ds tous les cas. L'article est vraiment cool lui ! Y'a un site de dispo pour suivre le football japonais si jamais y'a des suiveurs parmi vous ? Merci d'avance
Message posté par Luther
Y'a un site de dispo pour suivre le football japonais si jamais y'a des suiveurs parmi vous ? Merci d'avance


http://www.nippon-ganbare.com/ est un site francophone dédié au foot japonais avec un forum assez actif lui aussi.
Message posté par Sadakiyo
http://www.nippon-ganbare.com/ est un site francophone dédié au foot japonais avec un forum assez actif lui aussi.


Merci bcp !
On m'explique le racisme ? parce que l'article utilise juste le faits que des errements defensifs de la parts de Marinos ont emballés le match en faveurs l'équipe des Kawasaki Frontale (les ont débridés/déchaînés) en faisant un jeu de mots sur la marques de 2 roues du même nom et le fait que les débridés augmente leurs performances...

Ouais non j'ai compris, les mecs ont vu débridés et direct se sont dit "ah on parle de bridés et d'asiatiques, quel raciste" sans faire un rapprochement avec le sens premier du mot débridé et le débridage mécanique qui a servi pour faire un jeu de mots pour décrire la partie...
Pour le coup c'est un jeu de mot qui n'aurait pas été relevé si on parlait de plombier polonais de macaroni ou de rosebeef donc bon... faut ici voir l'intention de l'auteur qui n'est pas raciste ici.

Et pourtant je suis le premier a gueuler quand on utilise le terme rital sans connaitre sa provenance...
Le raté du siècle Niveau : DHR
Le club est japonais, il s'appelle Kawasaki, l'auteur utilise le mot "débridée"... Y en a vraiment qui sont capables de voir du racisme la dedans? Donc une mauvaise intention de la part de l'auteur?
Ou c'est juste le risque éventuel qu'un lecteur japonais puisse être choqué (et c'est pas gagné) par le titre qui vous pousse à vous insurger?
Triste époque où le procès d'intention se banalise totalement, où les gens disent n'importe quoi juste pour paraitre progressiste, où la réflexion a été remplacée par la victimisation
Perso je n'y vois pas du tout de racisme. C'est n'importe quoi de soutenir le contraire. Simplement les mêmes jeux de mots pourris sur les Japs. Juste pas drôle et pas recherché.
Zimedine Zimdane Niveau : CFA2
Message posté par Le raté du siècle
Le club est japonais, il s'appelle Kawasaki, l'auteur utilise le mot "débridée"... Y en a vraiment qui sont capables de voir du racisme la dedans? Donc une mauvaise intention de la part de l'auteur?
Ou c'est juste le risque éventuel qu'un lecteur japonais puisse être choqué (et c'est pas gagné) par le titre qui vous pousse à vous insurger?
Triste époque où le procès d'intention se banalise totalement, où les gens disent n'importe quoi juste pour paraitre progressiste, où la réflexion a été remplacée par la victimisation


c'est vrai que "débridée" dans un article qui parle du japon c'est pas raciste
Message posté par Zimedine Zimdane
c'est vrai que "débridée" dans un article qui parle du japon c'est pas raciste


C une blague lourde mais c pas du racisme faut se détendre. On est sur So foot, pas sur fdesouche.
Le raté du siècle Niveau : DHR
Message posté par Zimedine Zimdane
c'est vrai que "débridée" dans un article qui parle du japon c'est pas raciste


Non, c'est de l'humour et ça ne fait de mal à personne.

Imaginons un article américain qui fait un jeu de mot entre les français et leur goût pour les fromages qui puent, qui va crier au racisme? Faut arrêter de voir le diable partout.
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
120 22