1. //
  2. // Le guide des villes hôtes

Comment bien suivre l’Euro à Marseille ?

Parce que le cours d'Estienne d'Orves est magnifique quand il n'est pas un champ de bataille et que la France ne serait pas la France sans l'OM, il faut suivre l'Euro à Marseille.

Modififié
0 0

Les 5 moments forts du foot marseillais


1936-37 : C’est le premier championnat remporté par l’OM et c’est aussi le premier qui s’est joué au goal average. Marseille et Sochaux ont fini avec le même nombre de points, mais les Phocéens ont pu compter sur une meilleure attaque et une meilleure défense et déjà, le goût de se faire peur.

26 mai 1993 : On joue la 44e minute et Abédi Pelé va offrir, sur corner, le plus beau cadeau de l’histoire de l’Olympique de Marseille à Basile Boli. Sebastiano Rossi est sur le cul et l’OM sur le toit de l’Europe, deux ans après avoir déjà trébuché sur la dernière marche contre l’Étoile rouge de Belgrade.

Comment bien suivre l'Euro à Lille

1994-96 : Un an après l’affaire VA-OM, le club du Sud est rétrogradé en Ligue 2. Quelques joueurs partent, mais d’autres comme Barthez, Dib, Germain, De Wolf ou encore Cascarino et permettent au club de retrouver l’élite deux ans plus tard.

19 mai 2004 : Après avoir réalisé une saison dingue, faites de crochets et de slaloms divins, Didier Drogba et ses coéquipiers se prennent les pieds face à Valence. Le carton rouge de Barthez reste encore en travers de pas mal de gorges sur le Vieux-Port. Surtout que cinq ans plus tôt, Marseille connaissait le même sort face à Parme.


5 mai 2010 : La traversée du désert aura duré 17 ans. Mais au bout, il y a un doublé championnat et Coupe de la Ligue. Des retrouvailles avec le succès orchestrées par Didier Deschamps et ses soldats Souleymane Diawara, Taye Taiwo, Benoît Cheyrou, Lucho, Mathieu Valbuena ou encore Mamadou Niang.

Les gloires locales


- Roger Scotti
- Éric Cantona
- Rolland Courbis
- Jean-Luc Ettori
- Marcel Dib
- Gérard Gili
- Zinédine Zidane
- Frank Lebœuf
- Mathieu Flamini
- Peter Luccin
- Samir Nasri (à ne pas confondre avec Samy Nacéri)
- Louisa Nécib

Le supporter emblématique : René Malleville


Pas tout le monde ne se reconnaît en lui, mais il a au moins le mérite de nous divertir. La minute de René, qui ne dure absolument pas une minute, publiée après chaque match sur le site du Phocéen est bien souvent un moyen pour les supporters d’éponger toute leur frustration, leur stress, leurs malheurs quotidiens. Rouge comme le poisson, la voix grasse d’un fumeur de très, très longue date et le verbe aiguisé, cet ancien chauffeur de bus de la RTM, conseiller municipal du maire socialiste Gaston Deferre, puis délégué aux sports de Jean-Noël Guérini, gérant de bar et vice-président des Yankees est devenu célèbre ici, surtout parce que « bon client » pour les médias.

Les bars qu'il faut connaître


Le Queen Victoria : situé quai de rive neuve, sur le port et particulièrement apprécié des supporters anglais.

La Civette : un bar autant réputé pour son emplacement, en plein sur la route du virage nord, que pour son pastis savamment dosé.

Le Petit Plat : au rond-point du Prado, restaurant et bar, c’est surtout vers là que les supporters s’enquillent avant d’entrer au Vélodrome.

Le Baloo bar : quand le cours d'Estienne d'Orves n’est pas transformé en champ de bataille, c’est un bel endroit pour profiter d’un match en terrasses.

Le Bar du Marché : à deux pas du Cours Jullien, il y a absolument tout à proximité pour être heureux et immergé dans l’ambiance marseillaise.

Retrouvez SO FOOT à Marseille



Par Ugo Bocchi et Arthur Jeanne
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Aucun commentaire sur cet article.
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
Article suivant
Mal au crâne
0 0