1. //
  2. // Le guide des villes hôtes

Comment bien suivre l'Euro à Lens

Une petite ville de moins de 40 000 habitants et quatre matchs de l'Euro dont un huitième de finale. Une ville où les gens se déplacent en auto-stop et qui a vu jouer l'immense génération Sikora-Vairelles. Lens et son Bollaert, uniques en France.

Modififié
0 0

Les moments forts du foot lensois


L'Angleterre-Pays de Galles du 16 juin 2016 restera dans les annales de Bollaert-Delelis. Pour les quantités de bière ingérées par les supporters britanniques, mais aussi pour l'ambiance qu'ils ont offerte au stade artésien. En 1984, l'enceinte avec déjà accueilli le championnat d'Europe, mais son vrai grand moment de football international reste le huitième de finale étouffant entre la France et le Paraguay, en 1998. Une année à marquer d'une pierre bleue, sang et or pour Lens puisque, quelques semaines plus tôt, le Racing braquait l'unique titre de champion de son histoire. S'ensuivent les années glorieuses du Racing, avec des victoires à domicile contre l'AC Milan ou le Deportivo la Corogne en Ligue des champions, une demi de coupe de l'UEFA contre Arsenal et Titi Henry en 2000, et même une Coupe de la Ligue 1999. La génération dorée des Tonygoal, Cap'tain Siko, Gus Warmuz et autres Mika Debève. Mika, l'homme de l'exploit qu'aucun Lensois n'a oublié : une première victoire française à Wembley, face à Arsenal, en 1998.

Comment bien suivre l'Euro à Lille

Youtube

Ils sont nés à Lens (ou pas loin)


Lens, son Racing, son Bollaert, Les Corons à la mi-temps... Une ville pouponnière de talents pour un club enraciné dans sa région ? Oui, mais aussi une petite cité de moins de 40 000 habitants. Les vrais purs produits lensois sont donc rares. Ils s'appellent Ludovic Batelli – aujourd'hui entraîneur des U18 français –, Cédric Anselin – quelques minutes en finale de Ligue Europa 1996 avec Bordeaux – et surtout Chérif Oudjani. Fils d'Ahmed, meilleur buteur de l'histoire du Racing, Chérif Oudjani est aussi le seul international de football, avec l'Algérie, né dans la ville. Il faut pousser une trentaine de kilomètres, à Auchel, pour retrouver un international français en la personne de Pierre Laigle. La légende Éric Sikora, capitaine puis entraîneur du Racing, est née à Courrières, 12 km de Bollaert. En revanche, pour revenir sur les traces de Jean-Guy Wallemme ou du Druide Daniel Leclercq, il faut plutôt chercher vers Maubeuge et Valenciennes.

Le supporter emblématique : FDL aka Fred de Liévin


C'est un truc qu'on a tous fait : on n'a pas encore le permis, toujours pas un rond, mais des envies de voir du pays. Alors on se fout sur le bord de la route et on lève le pouce. La première fois de Fred, c'était en 1997 et pour feu le stade Jules-Deschaseaux du Havre, où son Racing allait jouer. Sauf que là où d'autres hésitent ensuite entre le confort de l'auto et le bordel du bus, lui a continué à bouffer le bitume sur le pouce. Résultat, le Red Tiger chiffre aujourd'hui dans les 400 déplacements en stop. Forcément, il a quelques histoires à raconter : l'hébergement par les ultras de Porto, le bateau-stop pour la Corse, la rencontre avec un flingue en Allemagne, la chambre d'hôtel payée par Gervais à Vigo... En 2013, pour fêter sa 300e, il a été invité par le club à lancer le clapping lensois depuis la pelouse. En levant bien haut ses dix doigts.

Les bars incontournables (avant de passer aux autres)


« Des bars cools à Lens ? Y en a pas ! » A priori, Dimitri des Red Tigers n'a pas toujours un souvenir très clair de ses soirées lensoises. Mais la brume se dissipe et quelques oasis apparaissent : « Notre bar, c'est la Loco. C'est pas terrible mais c'est juste bien placé, en face de la gare. » Ce qui en fait une première étape de votre pèlerinage. Ensuite, direction le terroir et Chez Muriel, « un petit troquet du Pas-de-Calais, à l'ancienne. » Le temps d'un Picon ou d'une Suze, et la faim appelle. Pour la combler, c'est O'déjeuner, ex-Sensas, place du Cantin. C'est là que tout a commencé pour les friteries Sensas, là où dirigeants et joueurs venaient grailler après les matchs, dans les années 90. Le match, justement, appelle : passage par l'Espace Bollaert, à côté du stade, parce qu'il y a de la place et que « tu peux boire et chanter. » Toujours important, les vocalises. En sortant du stade et pour se rafraichir les cordes, le Mc Ewans et son gros choix de pressions fera bien l'affaire. Et si, sur la route, la Brigand vous a appris la différence entre une Carlsberg et une bière, mais vous a fait oublier tout ceci, demandez juste le Boulevard Basly, ça coule aussi dans le coin.

Retrouvez SO FOOT à Lens


50 photos de l'exposition FOOT SENTIMENTAL sont réparties dans les Clubs SNCF de différentes gares, dont celle de Lens. Et quitte à être à la gare, prenez le train pour l'exposition ANTHOLOGIE DE LA PAROLE FOOTBALLISTIQUE à la Maison Folie Wazemmes, dans le cadre de la biennale « Sport et culture » , L'entorse, à Lille.




Par Nicolas Jucha et Eric Carpentier
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Aucun commentaire sur cet article.
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
0 0