1. //
  2. // 8es
  3. // Bayern-Arsenal

Coman, la Juve est déjà loin

Installé dans la capitale bavaroise depuis la fin de l'été 2015, l'ancien Turinois est en train de réaliser des débuts tonitruants dans son nouveau club. Au point d'avoir tapé dans l'œil de Didier Deschamps et de donner des regrets aux tifosi bianconeri, qu'il semble avoir définitivement oubliés.

Modififié
2k 31
Loin des yeux, loin du cœur. Pour le jeune Kingsley Coman, le célèbre proverbe est véritablement en train de se vérifier en Bavière. Barré par Carlos Tévez et Álvaro Morata sur le front de l'attaque turinoise l'an passé, puis par des piliers comme Pogba, Vidal ou Marchisio au milieu, le Français n'a jamais trouvé sa place dans les rangs bianconeri. La faute à un manque criant d'expérience (Kingsley est tout juste majeur quand il signe à la Juve), mais aussi à des titulaires littéralement imbougeables. Car même si son temps de jeu a été multiplié par douze par rapport à sa saison précédente à Paris (passant de 52 à 640 minutes), le petit en voulait plus et a donc décidé, contre toute attente, de rejoindre l'immense Bayern l'été dernier. Prêté deux saisons chez l'ogre bavarois, Coman s'expose à une concurrence encore plus rude qu'à Turin. Beaucoup le voient échouer, l'imaginant croupir dans la réserve du champion teuton, lui s'en moque et préfère suivre son instinct. « C'est un rêve qui devient réalité » , déclarait-il à la presse peu après sa signature. Sept mois plus tard, non seulement le rêve du Français s'est réalisé, mais le pari, son pari, est remporté haut la main.

La revanche de Mario

Kingsley l'opportuniste


Ligue 1, Trophée des champions, Scudetto, Coupe d'Italie, Supercoupe d'Italie. Voici, pêle-mêle, la liste des récompenses décrochées par Kingsley Coman lors des deux dernières saisons. Liste à laquelle il faudra peut-être ajouter une Bundesliga, une Coupe d'Allemagne et une Ligue des champions prochainement. Le tout à 19 ans, et quasiment sans jouer – du moins au PSG et à la Juve. Quand certains évoqueront son flair ou sa malice, d'autres préféreront parler d'opportunisme. Ce qui est sûr, c'est que Coman sait se faire désirer. Du PSG au Bayern en passant par la Juventus et l'équipe de France, le petit Parisien a réussi à amadouer à la fois joueurs, entraîneurs et dirigeants. Quand il quitte Paris à l'été 2014, le président Al-Khelaïfi vient de lui faire une proposition difficilement refusable : un contrat pro assorti d'une paie à 25 000 euros par mois. Pourtant, Kingsley refuse et part rejoindre Pogba et Tonton Pat' à Turin, avec trois trophées dans la musette et 55 minutes chez les pros dans les jambes. Malgré des qualités plus qu'évidentes, le pari est osé côté italien. Coman n'a encore rien prouvé ? Pas grave. Allegri croit tellement en lui qu'il l'aligne dès la première journée aux côtés de Carlos Tévez. Mais de l'espoir va rapidement naître la déception. Cantonné au banc de touche, le gamin sort déçu de cette saison passée à grappiller des bouts de matchs. Persuadé que l'herbe sera plus verte ailleurs, il file en prêt au Bayern avec la ferme intention d'y trouver enfin son bonheur. En prenant soin d'emporter avec lui Scudetto, Coupe et Supercoupe d'Italie.

Kingsley l'ambitieux


« On est jeunes et ambitieux / Parfois vicieux / Faut qu'tu te dises que / Tu peux être le prince de la ville si tu veux / Où tu veux / Quand tu veux » , rappait le 113 en 1999. Dix-sept ans plus tard, force est d'avouer que ces paroles collent à la peau du jeune Kingsley. Car, s'il n'est pas encore le prince de Munich, l'ancien Turinois peut se targuer d'être devenu l'un des chouchous de Guardiola. À voir la confiance que lui octroie l'Espagnol et, surtout, son rendement sur le pré, difficile de lui reprocher son ambition et sa persévérance. Alors que beaucoup auraient choisi d'être prêté dans une équipe inférieure après une année quasi blanche à la Juve, lui a suivi son instinct, persuadé qu'il pouvait faire mieux malgré son jeune âge. Et aussi improbable que cela puisse paraître, Coman a trouvé sa place dans l'effectif gargantuesque du triple champion d'Allemagne. « Je suis obligé de constater que je suis en avance. Mais je ne me sens pas comme un surdoué. Je me sens plus mûr sur certains points, moins sur d'autres, comme la patience. Je ne me considère pas comme un joueur de dix-sept ou dix-huit ans qui a des choses à envier à des gars de vingt et un ans » , lâchait-il au journal L'Équipe mi-juillet. Curieux de voir comme une déclaration si prétentieuse peut s'avérer aussi réaliste huit mois plus tard.

Kingsley le bienheureux


Avec les longues blessures de Robben, Ribéry et Götze, Pep Guardiola a été contraint de revoir ses plans. Et, donc, de lancer rapidement Coman dans le grand bain. Titularisé à droite de l'attaque dès la cinquième journée, le Français ne met qu'une petite heure avant de percer les cages de Darmstadt. Un mois après son arrivée en Bavière, Kingsley a déjà mis deux buts, délivré quatre passes décisives et joué autant que lors de ses sept premiers mois à la Juve. Et comme tout roule en championnat, Guardiola n'hésite pas à l'envoyer au casse-pipe en C1 où le minot multiplie les offrandes : cinq en quatre matchs pour des collègues qu'il ne cesse de surprendre. Samedi encore, Coman a disputé l'intégralité de la rencontre face au Werder en offrant un doublé à Thiago Alcántara et un troisième but à Müller pour une victoire 5-0 du Bayern. Trois ans après sa toute première apparition en Ligue 1 avec Paris, le chemin parcouru par le petit gars du 77 est bluffant. Après des débuts timides dans les travées du Parc et du Juventus Stadium, Kingsley Coman, à 19 ans et neuf mois, est en train de donner une sacrée leçon d'insolence aux supporters allemands. Mais aussi à Didier Deschamps que l'on imagine mal se passer du King cet été s'il continue à ce rythme.



Par Morgan Henry
Modifié

Dans cet article

Note : 1
C'est vrai qu'il a été impressionant ce week-end. Il aurait tout à fait sa place dans la liste pour l'Euro. Il serait parfait en joker pour débloquer les rencontres fermées.
Note : 1
Comment se fait-il que le PSG ère QSI ait laissé partir un jeune joueur qui évolue maintenant au Bayern Munich ?
Note : 2
Message posté par Presidente
Comment se fait-il que le PSG ère QSI ait laissé partir un jeune joueur qui évolue maintenant au Bayern Munich ?


Parce que Cavani, Lucas et Lavezzi ont coûté trop cher pour s'asseoir sur le banc, derrière ce gamin, ce, indépendamment du talent.

Le léger avantage pour Rabiot, c'est qu'il y avait une place de plus au milieu dans la rotation.
Très très stylé ce joueur.
Evidemment en tant que parisien, je me les bouffe qu'on l'ait laissé filer.
Même s'il n'avait que peu joué, il faut avouer que la proposition de contrat de Nasser était étonnement basse.
Pour info, le jardinier du PSG est payé 10K par mois…
Donc je pense que la direction ne croyait pas vraiment en lui, ou ne le voyait pas si fort.
En tout cas c'est dommage, parce qu'on kifferait sortir enfin un vrai crack offensif du centre de formation du PSG. (les deux derniers succès de cette usine à champions étant Sakho et Rabiot). Et qu'on ne me parle pas de Bahebeck, Ogenda et autre Augustin, ils sont trèèèèès loin du niveau de Coman.
Quant à la Juve, la grosse diff c'est qu'ils l'ont prêté et que dans une saison et demie soit ils récupèrent un des meilleurs ailiers d'Europe soit un paquet de pognon (eux).

En tout cas en EDF, un trio Coman-Martial-Griezman serait très mignon à voir jouer.
Note : 1
C'est surtout que Blanc n'as pas vraiment la totale liberté sur le sportif, il faut que les stars jouent au PSG pour faire monter la marque...

Alors que Guardiola lui il l'a (pas de gaieté de coeur des dirigeants du Bayern mais bon il a posé ses couilles sur la table présidentielle avant de venir).

Donc il peut faire jouer qui il veut quand il veut et ou il veut.
Payetazo>>>ElFiasco Niveau : Loisir
Bah le PSG n'avait pas la main sur ce dossier puisqu'il était libre et a refusé la proposition de son club car Blanc ne lui donnait quasiment jamais de temps de jeu si ce n'est lors du tout dernier match de la saison.


Il a préféré prendre le risque de signer dans un grand club plutot que signer pro au PSG et se faire prêter à un club pourrave de Ligue 1. La suite lui a donné raison.
Quel offre de contrat pourri, il faut pas pleurer s'il part... Quel amateurisme! Je suis sur que Augustin ou ongenda doivent être à 75/80K!

Dommage car il le tenait leur crack made in paris. Enfin il n'aurait sans doute pas aussi bien progresser qu'en faisant, Juve et Bayern.

Pour l'EDF, je valide en Joker. C'est mieux que Dembele ou BenArfa.
Note : 1
Message posté par Yougo Leal
Pour info, le jardinier du PSG est payé 10K par mois…


Sauf qu'on parle pas de José qui a un bac pro tondeuse et trace les lignes, mais d'un ingénieur agronome chevronné, reconnu en PL, et qui a transformé le Parc en billard hors catégorie.

Et 25000€ mensuels pour un gamin de 18 ans avec une mi-temps dans les pattes j'appelle pas ça une offre au rabais, faut pas déconner.
La Jonquaille Niveau : DHR
Pourquoi Paris ne l'a pas preté à une équipe de milieu de tableau pour s'aguérir comme ils l'avaient fait avec Rabiot ? Mystère. Verratti était un gamin quand il a débarqué sauf qu'il sortait d'une saison de porc où il avait fait remonter Pescara en Serie A à lui tout seul, c'était tout de suite plus facile pour Ancellotti de lui faire confiance. C'est con car Coman aurait fait un bon ambassadeur pour le label "formé au club" si cher aux qataris.
PirloVerratti Niveau : DHR
Note : 1
Mouais il est bourré de talent le gamin c'est clair, mais ce qu'il montrait à la Juve, c'était des très grosses carences tactiques (et en Italie ça pardonne pas, il me faisait penser à Elia un peu).

Après c'est sûr il est hyper jeune et c'est quelque choser qu'on peut apprendre mais il partait de loin.
PirloVerratti Niveau : DHR
Message posté par La Jonquaille
Pourquoi Paris ne l'a pas preté à une équipe de milieu de tableau pour s'aguérir comme ils l'avaient fait avec Rabiot ? Mystère. Verratti était un gamin quand il a débarqué sauf qu'il sortait d'une saison de porc où il avait fait remonter Pescara en Serie A à lui tout seul, c'était tout de suite plus facile pour Ancellotti de lui faire confiance. C'est con car Coman aurait fait un bon ambassadeur pour le label "formé au club" si cher aux qataris.


J'adore Verratti hein tu peux le voir à mon pseudo, mais Pescara avait vraiment une équipe de porc pour de la Série B avec aussi Insigne et Immobile devant, donc de là à dire qu'il les a fait monter à lui tout seul...
Lassvegasparano Niveau : Loisir
Et immobile c'est du poulet?
@Zitka c'est complètement faux de dire ça. Ancelotti allait souvent voir jouer les jeunes et se renseignait beaucoup sur les bons. C'est d'ailleurs lui qui a lancé Rabiot (à 17 ans et à un moment où il y avait du monde au milieu). Blanc n'en a strictement rien à faire, ce n'eest pas un formateur. De plus, NAK a toujours souhaité que le club lance des jeunes du cdf, s'ils sont doués bien entendu.

Tous les éducateurs, formateurs et suiveurs du PSG savaient que Coman était nettement au-dessus des autres joueurs de son âge, et ce depuis ses 15 ans. La dernière année au PSG, il fait une Youth League énorme et pourtant, Blanc ne lui a montré aucun intérêt.

Blanc n'est pas le seul coupable vu que Letang ne lui a fait une proposition que quelques semaines avant la fin de son contrat. C'était bien trop tard étant donnée l'énorme concurrence sur le dossier. Beaucoup de clubs ont montré leur intérêt pour Coman, au contraire de l'entraîneur et du directeur sportif du PSG, c'est quand même un comble.

Pour moi, c'est une faute professionnelle de Blanc et de Letang. Je ne m'en remets toujours pas et je crois que ça se sent.

Il est même possible qu'il revienne à Paris d'ici quelques saisons contre un bon chèque de 50M (jurisprudence Anelka).
butterfly Niveau : CFA
Quand même, un titulaire indiscutable du Bayern en joker de l'EDF, vous y allez pas un peu fort ? Parfois je me dis que vous êtes trop généreux.
Georgesleserpent 2.0 Niveau : National
Comme je le dis souvent, la perception qu'on a de la technique d'un joueur est énormément conditionnée par l'espace dont il dispose pour s'exprimer.
Concernant Coman, qui fait une saison impressionnante pour son âge, il faut pas non plus tomber dans l'enflammade.
Je veux pas passer pour le casse couille de service, mais de ce qu'on en a vu à la Juve, on sentait qu'il avait du ballon, mais rien d'ahurissant non plus. Or, il dispose de plus d'espace avec le Bayern qu'avec la Juve, donc rien d'étonnant à ce qu'il soit plus performant.

Le jour où il sera prouvé que ce mec peut être vraiment bon en petits espaces, alors là, oui, on pourra dire qu'il est un (futur) crack.

Puis le PSG n'a commis aucune erreur à proprement parler le concernant.
En L1, il a jamais rien montré qui justifierait que lui soit accordé un statut plus important qu'aux Ogenda, Augustin et autres. Donc il a refusé l'offre de contrat, très bien. Mais c'est pas au PSG de s'aligner sur l'avidité d'un jeune qui n'a rien prouvé. Parce que je doute que l'un d'entre vous ait pu prévoir, à l'époque, que Coman finirait au Bayern.

Quant à lui laisser sa chance aux cotés de Cavani, Lucas et autres, c'est tellement débile comme idée que je la relèverai même pas.
Si vous croyez qu'à l'époque (et même aujourd'hui), sans même parler de l'aspect "prix" du joueur, Coman aurait pris la place de Lucas/Cavani/ADM (et pourtant je trouve les deux premiers franchement pas géniaux), vous vous plantez. Tous ces mecs sont bien plus fiables que Coman, et c'est tout à fait normal.
Peut être que dans 5 ans, Coman aura accompli des choses que Lucas/Cavani sont incapables d'accomplir, mais on en est pas encore là, et strictement rien n'aurait justifié une prise en considération de Coman à l'époque.

Le Kiosque SO PRESS

Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
2k 31