Mondial 2014 - Éliminatoires - AmSud - Colombie/Paraguay

Par Thomas Goubin

Colombie : dans la chaleur de Barranquilla

Depuis ses deux démonstrations face à l'Uruguay et au Chili, la Colombie de Falcao, Guarín et Rodriguez a pris des airs d'épouvantail. Ce vendredi, elle reçoit le Paraguay, lanterne rouge des éliminatoires. À Barranquilla, on attend une nouvelle victoire et un nouveau but de Teófilo Gutiérrez, plus encore que de Falcao.

Note
2 votes
2 votes pour une note moyenne de 4.75/5
Cliquez sur une étoile pour donner la note

Fredy Guarin montre son numéro (Colombie)
Fredy Guarin montre son numéro (Colombie)
La Colombie joue à la maison. À Barranquilla, siège des matchs à domicile de la sélection cafetera depuis le début des éliminatoires. Un choix notamment guidé par les conditions atmosphériques qui règnent sur ce port caribéen. La chaleur y est étouffante. Insoutenable pour nombre d'adversaires, mais familière aux nombreux joueurs de la côte qui approvisionnent les rangs de la sélection : Radamel Falcao, Teófilo Gutiérrez, Macnelly Torres, Carlos Bacca, Jackson Martínez ou Pablo Armero. Loin des hauteurs de Bogota, et de sa froideur, la Selección joue dans une ville qui bout pour elle. D'autant plus depuis que José Pekerman en a fait en quelques mois la sélection du moment en Amérique du Sud.

À Barranquilla, maison de la sélection, la tendance est à l'euphorie. Plutôt logique. Car, comment une équipe qui a étrillé l'Uruguay (4-0), avant d'aller mater le Chili à Santiago (1-3), pourrait se faire freiner par le Paraguay, lanterne rouge des éliminatoires ? Dans cette ambiance triomphaliste, Pekerman, comme ses joueurs, n'ont cessé de tenter de faire baisser la température de quelques degrés, rappelant que jouer le Paraguay en éliminatoires constitue, en règle générale, un véritable casse-tête. Pour la capacité traditionnelle des Guaranis à faire déjouer leurs adversaires, mais aussi car il s'agit sans doute, pour les quarts-de-finaliste de la dernière Coupe du monde, du match de la dernière chance. « Cela s'annonce comme l'un des matchs les plus difficiles, a ainsi considéré, jeudi, José Pekerman. J'ai beaucoup de respect pour le Paraguay, un pays qui s'est qualifié quatre fois de rang pour la Coupe du monde. Quand une équipe avec autant d'histoires se trouve dans une situation difficile, il faut s'attendre à ce qu'elle donne tout. »

Shakira et pistolet à air comprimé

Dans le monde entier, parler aujourd'hui de la sélection colombienne conduit immanquablement à se pencher sur le rendement de Radamel Falcao, l'avant-centre le plus létal de la planète. Aucune Falcaomania n'est pourtant perceptible à Barranquilla. La cité natale de Shakira en pince plutôt pour Teófilo Gutiérrez, son enfant terrible. Lors des deux derniers matchs de la sélection, le joueur de l'Atlético Junior, le grand club de la ville, a inscrit trois buts, un de plus que Falcao. Une statistique flatteuse. Pekerman adore « Teo », comme l'appellent affectueusement les habitants de Barranquilla, et en a fait l'associé numéro un de Falcao à la pointe de l'attaque cafetera. Problème : Teófilo Gutiérrez ne cumule pas seulement les buts, mais aussi les cartons rouges. Sergio Pezzota, l'arbitre argentin qui officiera ce vendredi à Barranquilla, l'avait d'ailleurs expulsé l'an dernier quand le Colombien défendait les couleurs du Racing Avellaneda. Suite à cette décision, Gutiérrez avait tiré au pistolet à air comprimé sur son capitaine, Sebastián Saja, qui venait de le prendre à partie dans les vestiaires.

Éconduit du Racing, Teofilo avait trouvé refuge à Lanus, où il se fera également éjecter après avoir voyagé à Cali sans prévenir son employeur. De retour depuis le mois d'août à son cher Atlético Junior, son club formateur, le turbulent attaquant ne s'est pas vraiment tempéré, et reste sur deux exclusions de rang. De quoi contrarier Pekerman, pour qui « Teo doit éviter ce genre de situations ». Le sélectionneur, en revanche, ne s'est pas fait prier pour encenser Falcao, un joueur qu'il a connu tout jeune quand il traînait au centre de formation de River Plate pour observer les espoirs millonarios. « J'ai toujours été un admirateur de Falcao, a planté Pekerman. Pour moi, il était évident qu'il appartiendrait à l'élite du football mondial, et aujourd'hui, il montre lors de chacun de ses matchs de quoi il est capable. » Du meilleur. Comme la Colombie depuis qu'elle s'est trouvé un sélectionneur capable d'associer idéalement ces brillantes individualités.


Par Thomas Goubin


 





Votre compte sur SOFOOT.com

6 réactions ;
Poster un commentaire

  • Message posté par PSG_18 le 12/10/2012 à 20:30
      Note : 1 

    "Teofilo avait trouvé refuge à Lanus, où il se fera également éjecter après avoir voyagé à Cali sans prévenir son employeur"
    Classe.

  • Message posté par KillerCroc le 12/10/2012 à 21:20
      

    +1 @psg_18
    Dans ce squad colombien j'ai une préférence pour Pablo Armero, ce mec est une véritable mobylette, une sorte d'Alba black.
    C'est une équipe assez solide, mise a part peut etre sur les ailes, ou seul Zuniga m'inspire quelque chose. Derrière Falcao, y'a quand meme Ramos,Rodallega, Guarin, Sanchez, Zapata, ça à sacrément de la gueule. Hate de voir ça à la CDM.

  • Message posté par KillerCroc le 12/10/2012 à 21:21
      Note : 1 

    sans oublier Ramés Rodriguez, putain!

  • Message posté par Joseph Marx le 14/10/2012 à 06:54
      

    «...j'ai une préférence pour Pablo Armero, ce mec est une véritable mobylette, une sorte d'Alba black.»

    Alblack, alors. Ça va plus vite. :D

  • Message posté par Joseph Marx le 14/10/2012 à 06:55
      

    Ma copine est colombienne. J'en suis fou.

    Alors, ne comptez pas sur moi pour soutenir les Bleurks, pour la CDM 2014. :D

  • Message posté par Jack Facial le 14/10/2012 à 13:25
      Note : 1 

    SoFoot, vous pourriez illustrer vos articles concernant l'AmSud par des photos de supportrices du cru ? Voilà ce que j'appellerai de la valeur ajoutée.


6 réactions :
Poster un commentaire