1. //
  2. // 1/4
  3. // Argentine/Allemagne

"Cojones" contre "Eier"

A 16 heures se dispute un match aux paramètres insaisissables. L'Allemagne rencontre l'Argentine. Si la rencontre répond à un certain nombre de données analytiques, son mode d'emploi échappe pourtant à un paramétrage classique.

0 1
Prisonnier du n°13 ?

Il porte le n°13. Il y eut Morlock, Müller, Ballack et à nouveau c'est un Müller qui surgit : Thomas qui fut ridiculisé lors de sa première sélection par Gabriel Heinze au mois de mars 2010, retrouvera cet après-midi, le rude Argentin. Pas au niveau requis à de multiples reprises au cours de la saison, le jeune joueur bavarois doit prendre sa revanche aujourd'hui et confirmer son match contre l'Angleterre, où il balaya le toon Ashley Cole. A lui de ne pas laisser croire que le 13 est un numéro abandonné par la chance et le succès ! Thomas Müller, à l'accent aussi bavarois que Beckenbauer, est contraint à la réussite.

La centième de Klose !

Miroslav Klose fêtera sa centième titularisation contre l'Argentine. Issu de la grande tradition des attaquants allemands, au point de devenir le second plus grand buteur en Coupe du Monde de la Nationalmannschaft. Klose, tout comme Podolski et Trochowski, représente aussi l'histoire des flux migratoires polonais en direction de l'Allemagne, des périodes complexes, et une digne lignée, comme les anciens champions du monde Grabowski et Littbarski ou encore les titulaires de 1958, Juskowiak et Szymaniak .

« Ils vont nous provoquer »

Arne Friedrich est toujours celui sur lequel on ne compte pas, sauf qu'il fût, bien entendu, titulaire lors de la Coupe du Monde 2006, tout comme à l'Euro 2008. Son duel avec Higuain est une des clefs du scénario du match à venir. Avec 78,8 % de duels aériens gagnés, Friedrich se pose là. Mis en difficulté par l'équipe d'Angleterre au point de flirter avec le rouge, il devra élever son niveau de jeu et a déjà prévenu l'arbitre du match : « les Argentins, ils vont nous provoquer » . Une guerre psychologique pour rappeler à tout le monde les incidents après le quart de finale de 2006.

7 joueurs sous influence ?

Le désastreux arbitrage contre la Serbie a laissé des traces : 7 joueurs sont en effet sous la menace d'une suspension. Le capitaine Philipp Lahm, Arne Friedrich, Sami Khedira, Bastian Schweinsteiger, Mezut Özil, Cacau (blessé pour la rencontre) et Thomas Müller forment une escouade de guerriers sous une épée de Damoclès.

La révélation du Mondial

Il a éclaté à l'école du Werder de Brême sous l'égide de Thomas Schaaf en tant que véritable meneur de jeu. Une tradition du club hanséatique perpétrée par des joueurs comme l'Autrichien Herzog, le Français Micoud et le Brésilien Diego. On ne sait encore où jouera Mezut Özil l'année prochaine devant l'intérêt manifeste des grands clubs européens mais ce qui préoccupe les professionnels du ballon rond, c'est quelle performance va livrer le Spielmacher de la NM. Derrière la statue Messi se profile déjà la silhouette d'Özil, à peine plus jeune que le ballon d'or 2009.

« Nous sommes surmotivés »

Comment stopper Messi ? « Par le collectif » répond Löw. Il reviendra, à tour de rôle, à "Schweini" et Khedira d'empêcher l'accélération, balle au pied, du génial lutin argentin, positionné en n°10 par Maradona. Devant, Özil, Müller et Podolski devront, comme contre l'Angleterre, jouer dans le dos de la défense, et procéder en contre. Une façon de désigner que les faiblesses défensives ne sont peut-être pas là où l'on croit. L'étude statistique de la condition physique a montré que les Argentins n'ont couru que 393 km , le plus faible chiffrage de tous les quart de finalistes, lors des 4 premiers matchs. A l'inverse la parfaite forme physique, Cacau excepté, des Allemands, met en relief le formidable travail foncier du sélectionneur allemand. Löw : « l'Argentine a progressé depuis 2006 mais nous sommes surmotivés » . Si officiellement l'Allemagne affiche son respect pour l'équipe d'Argentine, en off les grands champions teutons ne doutent pas que la baudruche du sélectionneur Maradona va exploser en plein vol. Une arrogance germanique stigmatisée par Lothar Matthäus : « Maradona n'a pas de concept de jeu » .

Une rencontre qui fait appel à la "grinta" argentine et à la "Wille und Leidenschaft " allemande, la volonté et la souffrance germanique. Deux spécificités des deux équipes difficilement quantifiables. L'idée en réalité est la suivante : qui aura finalement la plus grosse paire de... chaussures ?

Polo

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Si l'Allemagne veut esperer se qualifier il va falloir que certains elements en defense soit meilleurs que contre l'Angleterre parcque face à Messi, Tevez ou encore Higuain ça va etre une autre histoire.

Quoi qu'il en soit l'Allemagne a autant de chance que l'Argentine de l'emporter en esperant que Podolski sera apte pour jouer ce match.

Merci Polo pour cet article.
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
Article suivant
Very bad "Tripes"
0 1