En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 7 Résultats Classements Options
  1. //
  2. //
  3. // Nice-Lyon

Coincé dans le Grenier

Ce vendredi soir, l'Olympique lyonnais affronte l'OGC Nice. Dans les tribunes, Clément Grenier doit se dire qu'il aurait eu plus de chances de jouer ce match s'il avait pu rejoindre les Aiglons cet été.

Modififié
« Jean-Michel Aulas, c'est quelqu'un que j'apprécie. Après, dans ses déclarations, c'est parfois confus... Quant à Clément Grenier, il ne viendra pas en janvier, car on a fait Belhanda. Mais je tiens à remercier Grenier qui a été extrêmement courtois avec Nice. » Au détour d’une petite pique lancée à Jean-Michel Aulas, Jean-Pierre Rivère a été extrêmement clair concernant Clément Grenier le mois dernier. Le milieu de terrain lyonnais ne portera pas le maillot de l’OGC Nice, malgré les négociations menées tout au long de l’été. Trop occupés à réaliser le gros coup du mercato en faisant signer Mario Balotelli, les Aiglons ont lentement abandonné la piste Grenier. Et ce, même si le président de l’OL s’est montré grand prince fin août lorsqu’il a annoncé qu’il acceptait l’offre de l’OGCN pour lui faire un « cadeau » . Parce que depuis quelques mois, Clément Grenier, c’est ça : un vulgaire jouet, trop cher et un peu abîmé, que l’Olympique lyonnais cherche désespérément à refourguer.

Nice, jeunes et jolis

Blessure sur blessure


Vidéo

19 mai 2013. L’OL joue sa saison lors de la 37e journée de Ligue 1, contre Nice, son principal concurrent pour la troisième place. On joue le dernier quart d’heure, les Lyonnais sont menés 1-0, et Clément Grenier balance un coup franc génial dans la lucarne de David Ospina. À ce moment-là, les Niçois ne s’imaginaient sûrement pas qu’ils pourraient recruter le Lyonnais pour quelques pièces, tant il semble promis à une carrière bien plus ambitieuse. Et pourtant, hormis une saison de plus à haut niveau, Grenier s’embourbe lentement à l’OL, jusqu’à devenir un boulet pour le club. Les blessures s’accumulent, le privant de la Coupe du monde au Brésil. Il fait deux saisons quasiment blanches et est mal utilisé, en tant qu’ailier gauche dans un 4-3-3 les rares fois où il est apte à jouer. Pourtant, il continue à toucher 300 000 euros par mois, le troisième salaire le plus élevé du club derrière Alexandre Lacazette et Mathieu Valbuena.

Un décalage entre le coût et le rendement du joueur qui commence à faire tiquer Jean-Michel Aulas. Alors le président de l’OL en est arrivé à un point de non-retour avec Grenier. L’année dernière, avant même l’ouverture officielle du mercato estival, il déclare lors d’une conférence devant des étudiants d’école de commerce qu’il compte le vendre, sans même l’avoir prévenu avant. Quelques semaines plus tard, il récidive au micro de Canal+ Sport : « Il n’est pas prévu dans l’équipe de l’année prochaine. Il avait exprimé dans la presse des choses difficiles à l’encontre du club. Je ne sais pas si c’était prémédité. Pour nous, il était partant. C’était lui-même qui avait demandé à partir. » Le Torino, Middlesbrough et tout un tas d’autres écuries moins reluisantes lui font alors la cour. Mais finalement, Clément Grenier n’a pu se résoudre à quitter son club formateur.

Barré par la concurrence


Du coup, Clément est toujours là. Cette saison, il a pris part aux trois premiers matchs de championnat, pour un temps de jeu total famélique de 23 minutes sur le pré avec le maillot lyonnais. Depuis, il s’est à nouveau blessé au tibia, et s’il a repris l’entraînement durant la trêve internationale, il est tout en bas dans la hiérarchie des milieux de terrain lyonnais. Loin derrière Corentin Tolisso, Sergi Darder, Jordan Ferri ou Nabil Fekir. Pourtant, le joueur de vingt-cinq ans veut se montrer positif. « Je ne regrette rien. La preuve étant, c’est que l’année où j’ai décidé de rester, j’ai eu raison, car j’étais ensuite appelé en sélection. Je suis encore dans ce club et malgré les moments difficiles, je suis sûr que ça va de nouveau être bien. J’ai vingt-cinq ans et je suis sûr d’avoir encore de belles années devant moi » , déclarait-il il y a un mois au micro de beIN Sports. Oui, parce qu’après son but fantastique contre l’OGC Nice le 19 mai 2013, Grenier était à deux doigts du départ. Mais son choix de rester avait été le bon. Espérons pour lui que, malgré les circonstances, l’histoire se répète.





Par Kevin Charnay
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié




Dans cet article


il y a 1 heure 90 Minutes, la meilleure BD de foot du moment ! 2 il y a 1 heure Un club de D7 allemande propose de recruter Bastian Schweinsteiger 1
Hier à 23:00 L2 : Les résultats de la 21e journée 4 Hier à 15:55 L'entraînement extrême des gardiens du Dock Sud 20
Partenaires
Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur
Hier à 13:45 Le gouvernement italien veut intégrer les migrants par le foot 35 Hier à 11:55 Tévez : « En Chine, j'étais en vacances » 85 lundi 15 janvier La Fondation Lionel Messi pas très utile selon les Football Leaks 41