Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Clasico
  3. // Real/Barça

Coentrao se cache pour mourir

Braqué 30 millions d'Euros au Benfica l'été dernier, Fabio Coentrao est pour l'instant une énigme. Entre méforme et blessure, le gaucher portugais est en train de se gâcher au Real Madrid. Et si la marche était trop haute ?

Modififié
« Nous n'avons pas recruté Fabio Coentrao pour le poste de latéral gauche. Nous avons déjà le meilleur du monde à ce poste-là » . La flèche est signée José Mourinho, en faisant référence à Marcelo, dans une entretien aux médias portugais. Le postulat se tient. Coentrao arrière gauche du Real Madrid, c'est l'option numéro 2 dans l'esprit du Special One. Donc, l'ancien Lisboète est là pour se caler sur l'aile gauche, juste devant Marcelo ? Même pas. Angel Di Maria est déjà dans la place. Solide au poste. On en fait quoi, alors, de Fabio, qui a coûté la modique somme de 30 patates l'été dernier ? C'est un peu la question que tout le monde se pose en Espagne.

Dernièrement, l'international portugais s'est retrouvé milieu de terrain. José l'a testé dans un poste axial en duo avec Xabi Alonso. Une place jusque-là réservée à Khedira. Sans forcément convaincre. Forcément, le débat est lancé car il semble délicat de laisser croupir sur le banc un mec acheté 30 millions d'euros. Dans les couloirs du Real, on s'interroge sur l'intérêt d'avoir fait venir un mec pour le faire jouer dans une position différente de celle qui l'a révélé à la planète football. D'autant que le gaucher est plutôt réputé pour avoir un sacré melon. Dans son quartier de Vila de Conde, au Nord de Porto, Coentrao aime rappeler qu'on le surnommait, parfois, Le magicien. Une révélation sans arrière pensée. Bien entendu. Mais l'humilité n'a pas supporté l'année 2010. En moins d'un an à Lisbonne, il met le club à ses pieds. Il dégage Peixoto sur le banc et embarque pour l'Afrique du Sud avec son équipe nationale, où il sera son meilleur élément. Le début de sa melonite aiguë.

City propose 35 plaques

Parce que même si le blondinet joue peu chez les Merengues (9 matches en Liga pour 6 titularisations), sa cote reste élevée. Inexplicablement, elle a même grimpé. Récemment, le Bayern et surtout Manchester City sont venus sonder le Real. Les Anglais seraient même prêts à lâcher 35 millions d'euros pour l'enrôler l'été prochain. La preuve que les bons matches de Coentrao en sélection nationale ne sont pas restés sous silence. En y regardant de plus près, le problème Coentrao est délicat. A Madrid, il jouit d'un entraîneur qui, a priori, le voulait ardemment. Un compatriote, qui plus est. Dans l'effectif, il est proche des Pepé, Cristiano Ronaldo et autre Di Maria avec qui il déboitait toutes les défenses portugaises sous le maillot du Benfica. Marcelo et Kaka parlent portugais. Vraiment, Coentrao est comme à la maison. Il ne manque que les pantoufles.

Malheureusement pour lui, Marcelo est sur un nuage et l'équipe de Mourinho n'a jamais semblé aussi solide. Dans ces conditions, difficile de faire une place au bizut. Même quand il a coûté un oeil et deux bras. Il doit prendre son mal en patience et attendre l'ouverture. Son coup de rein, sa patte gauche, sa coupe fashion et sa vélocité sont des atouts. Mais insuffisants pour le moment. Surtout au Real Madrid. Le môme est encore jeune (millésime 1988) et ne doit pas baisser les bras. Seulement l'Espagne ne lui sied définitivement pas. A peine majeur, le lascar s'était déjà raté à Saragosse où il avait été prêté par le Benfica. Une premier échec sur lequel Coentrao avait su rebondir. Quid du second ? Pour avoir un début de réponse, rien de mieux qu'un clasico pour se faire un nom.

Par Mathieu Faure
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Partenaires
Olive & Tom Un autre t-shirt de foot est possible MAILLOTS FOOT VINTAGE Tsugi Podcast Football Recall Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur
mardi 17 juillet Usain Bolt pourrait jouer en Australie 17