1. //
  2. // Benfica Lisbonne

Coentrão, l'enfant Jesus

C'est à Gelsenkirchen, là où le FC Porto a remporté la C1 en 2004 que Benfica tentera de poursuivre son réveil. Et contre Schalke 04, tout le monde aura une nouvelle fois les yeux fixés sur Fábio Coentrão. La petite tête blonde de Jesus.

0 1
« Jesus m'a apporté tout ce qu'il me manquait » . Du Ceara dans le texte. Fábio Coentrão sait aussi reconnaître les grandes âmes, mêmes profanes. Et Jorge Jesus, les grands joueurs, même teints. A 22 ans, le faux blondinet de Benfica est devenu la nouvelle coqueluche des supporters. Rapide, technique, engagé, la grinta de Fábio séduit. Et même au-delà des frontières.

Coentrão est aujourd'hui –avec David Luiz– l'une des principales entrées d'argent à venir pour le “Glorioso”. Bayern Munich, Real Madrid, Chelsea, Juventus font partie des prétendants. Recruté pour 1M€ en 2007 à Rio Ave, le natif de Vila do Conde a prolongé son contrat jusqu'en 2016, lundi dernier, avec une clause libératoire qui se situe autour des 30M€. Grande satisfaction portugaise du dernier Mondial, l'intéressé fait son intéressant : « Lors de la Coupe du Monde, je pense avoir prouvé que je valais 30M€ » . C'est le prix de la polyvalence. Milieu offensif gauche de formation, c'est son entraîneur Jorge Jesus qui l'a converti au poste de défenseur. Une aubaine pour le SLB et la Selecção, jusqu'ici orphelins de joueurs à ce poste.

« Je suis meilleur que Di Maria »

Et si JJ y a pensé, c'était aussi pour panser ses propres manques. Avec Angel Di Maria sur le terrain, Fábio a été contraint de reculer. Pourtant, il y a un peu plus d'un an, après un bref retour à la case départ (Rio Ave), le gamin s'emballe : « Di Maria a ses qualités et moi les miennes. Je ne vais pas dire qu'il est le meilleur puisque je pense que je suis meilleur. Je mérite une nouvelle opportunité à Benfica » . Coentrão l'avoue, parfois, ses chevilles enflent : « J'ai débarqué à Lisbonne à 19 ans et ça m'est monté à la tête » . En plus de sa crinière teintée, le garçon est un peu cramé du cerveau. Un melon qui lui vaudra des piges au Nacional (2007/08), Saragosse (2008) et Rio Ave (2009).

Mais cette main tendue et attendue, Jesus la lui offrira. Depuis l'envolée du petit Angel chez les Galactiques, Coentrão revient même parfois à son poste originel. « Je joue là où l'entraîneur me le dit » , fayotte Fábio, dont l'entente avec César Peixoto –autre converti– se dessine en même temps que les bons résultats du club. Après un début de saison historiquement chaotique (3 défaites après 4 journées de Liga), les Aigles (re)prennent enfin leur envol. Depuis la victoire sur l'Hapoël Tel-Aviv (2-0) en Ligue des Champions, le champion du Portugal a remis la machine en route avec un symbolique succès sur le Sporting lors du derby (2-0).

José revient

Ce soir, contre Schalke 04, Fábio ne sera pas de trop pour tenter de percer une défense déjà bien trouée en cette fin d'année. Buteur sauveur samedi dernier à Maritimo (1-0) pour la première fois depuis janvier dernier, le numéro 18 Encarnado est au paradis.

A Gelsenkirchen règnera d'ailleurs comme un parfum galactique. En plus des “Allemands” Raúl, Huntelaar et Metzelder qui ont déjà porté la tunique blanche, s'ajoutent les Benfiquistes Saviola et Javi Garcia. La Maison Blanche, futur casa de Fábio... ? Mourinho a déclaré rechercher « un autre profil... pour le moment » . Gamin, Fábio avait été mis à l'essai un mois à Chelsea, sous le règne du “Mou”. Il s'y voit déjà : « Ce serait excellent d'être à nouveau entraîné par Mourinho » . Et JJ, alors ?

Par Nicolas Vilas

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Mais c'est Jacques Seguela sur la tof, non?
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
Article suivant
«Absurde jusqu'au bout !»
0 1