Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 3 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Nice-Lazio

Cobos : « La Ligue Europa, c’est aussi le haut niveau »

Croisé dans le centre-ville de Nice, José Cobos garde les cheveux longs qui faisaient son style de Strasbourg à l'OGC Nice, en passant par le PSG, l'Espanyol Barcelone et Toulouse. Généreux, l’actuel adjoint au maire délégué aux événements sportifs offre un Coca-Cola et commande un café noisette pour parler du choc à venir entre Nice et la Lazio.

Modififié
Vous serez présent pour cette rencontre de prestige. Comment est-ce que vous analysez les chances niçoises contre la Lazio ?
Déjà, il y aura une vraie ambiance de Coupe d'Europe. On l’a déjà eue contre Naples en début de saison, dans un match qui a permis à l’OGC Nice de connaître le niveau de la Ligue des champions. La Lazio marche en ce moment plutôt bien, et ce sera un match intéressant pour le club dans le but de grandir encore. Maintenant, je pense que Nice possède une équipe forte sur le plan offensif, et capable de déstabiliser n’importe quel adversaire. Ce sera peut-être le cas demain, en tout cas je l’espère.

Amsterdam, Naples et maintenant Rome. Ce sont de belles expériences pour apprendre à grandir...
C’est sûr. La campagne de l’an passé était aussi formatrice même si les choses ne se sont pas passées comme on le souhaitait (élimination en phases de poules de la C3, ndlr). Les défaites ont servi à rendre le groupe plus mature. Cette année, j’y crois. Je les vois capables de se surpasser dans cette Allianz Riviera, car nous avons les joueurs pour : Balotelli, Dante, Saint-Maximin, Pléa, Seri... Tous ces joueurs qui ont aujourd’hui prouvé qu’ils deviennent de grands joueurs pour le championnat de France.


Parmi les joueurs cités, Wesley Sneijder ne fait pas partie de votre sélection. Qu’est-ce qui l’empêche pour le moment d’être le leader du milieu de terrain niçois ?
J’espère que la flamme va prendre rapidement avec lui. C’est toujours comme ça quand vous quittez un club où la pression est très forte comme à Galatasaray, car c’est un grand club européen. La qualité de notre championnat a dû déstabiliser Sneijder. Après cela reste tout de même une excellente nouvelle : quand il a signé à Nice, tout le monde avait été très surpris. Cela prouve qu’en Europe, il fait partie des grands joueurs de ces dernières années. Je ne le suis pas à l’entraînement au quotidien, mais j’imagine qu’il a dû se mettre d’accord avec l’entraîneur pour se remettre en forme et donner le meilleur de lui-même.


La ville de Nice attend 1700 Romains dans le parcage visiteur de l’Allianz Riviera pour cette affiche européenne. En tant qu’adjoint au maire Christian Estrosi, savez-vous si des mesures de sécurité spécifiques ont été mises en place ?
Le club et la préfecture font en sorte que ce match se passe dans les meilleures conditions. Des dispositifs seront mis en place pour cet évènement sportif particulier. Je crois qu’il faut voir les Romains avant tout comme des supporters, qui vont venir pour être derrière leur équipe. Les réunions se sont passées et si le déplacement romain a été validé par la préfecture, c’est que cela est réalisable.

Et puis l’ambiance dans un stade, c’est quand même ce qui fait la beauté du sport, non ?
Bien entendu ! D’ailleurs, on voit aussi que l’OGC Nice invite ses supporters en déplacement, car ce soutien peut être favorable à l’intérêt du club à Rome. Ce genre d’ambiance, c’est magique. Cela va dans le bon sens et c’est une bonne chose que les stades soient remplis.

Vous êtes champion d’Europe avec le PSG (victoire en finale de C2 contre le Rapid de Vienne en 1996, ndlr). Quelles sont les possibilités de l’OGC Nice d'aller au bout ?
Il y a ce titre, et je suis aussi demi-finaliste de la C1 l’année précédente. Pour remporter une compétition, il suffit de pas grand-chose à partir du moment où l’équipe est compétitive. En l’occurrence, il manque une victoire pour être sûr de se qualifier au prochain tour. Disons que c’est bien parti... La ville attendait la Ligue des champions, c’est finalement la Ligue Europa. Mais attention, la Ligue Europa, c’est aussi le haut niveau ! Pour passer à l’étape suivante, il faut se battre à chaque fois.


En tant qu’ex-capitaine de l’OGC Nice et ancien défenseur central, que pensez-vous de Dante ?
Je l’estime beaucoup. C’est un joueur qui a mis la défense niçoise sur de très bons rails, parce que c’est un garçon expérimenté en Coupe d'Europe. Cette expérience communiquée aux plus jeunes permet au groupe de se serrer les coudes, d’être patient. C’est le leader de la défense et même en tant que personne, j’ai la chance de le connaître un peu. À chaque fois que vous allez vers lui, il vous sourit et donne une image extraordinaire d’un joueur très professionnel. L’an passé, si Nice termine troisième du championnat, c’est en grande partie grâce à sa gestion de la défense. Contre la Lazio aussi, il devrait apporter cette sérénité dont nous allons avoir besoin contre une équipe redoutable.

Contre la Lazio justement, Mario Balotelli n’a jamais marqué le moindre but dans toute sa carrière professionnelle. À quel Mario va-t-on avoir droit d’après vous ?

Pour l’instant, c’est clairement notre joueur en meilleure forme. Peut-être que le fait de venir en France et jouer la Lazio va le débloquer psychologiquement. En tout cas, c’est indéniablement un joueur au-dessus de la moyenne. Il dégage une classe sur le terrain, reste capable d’éliminer un joueur puis d’enchaîner sur une frappe dont lui seul a le secret. Ce qui est incroyable avec Mario aussi, c’est qu’il n’a que 26 ans... On a l’impression que c’est un joueur déjà très expérimenté. La vie lui a appris beaucoup de choses, et quand sur le terrain on le voit parfois contester la décision arbitrale, il n’y a rien de grave dans le fond. Mario est un gagneur, un compétiteur.


En tant qu’adjoint au maire, à quoi ressemblent vos journées ?
Grâce à l’Euro 2016, cela m’a permis de tisser des liens variés dans le milieu du football. Avec des présidents de club des autres villes, notamment. Nice est une ville en perpétuelle recherche d’évènements, même si les évènements sont déjà récurrents. Nous préparons la Coupe du monde de foot féminin en 2019, la Coupe du monde 2023 en rugby, les JO 2024... C’est très intéressant, car cela me permet de m’ouvrir également les portes des autres sports. Et en tant que délégué aux sports, je me penche aussi sur les problématiques plus quotidiennes : les difficultés rencontrées par les clubs amateurs, les associations de bénévoles... Je ne connaissais pas ce milieu, et je leur tire un grand coup de chapeau pour tout ce qu’ils réalisent.

Au-delà de Nice-Lazio, c’est aussi Paris-Nice dans dix jours... Vous supporterez quelle équipe ?
Nice est une ville où j’habite depuis plus de vingt ans et où j’ai trouvé une forme d’épanouissement personnel avec de l’extrasportif. Paris, c’est un club où je suis passé et qui m’a beaucoup apporté, mais je n’ai pas le même vécu.


Donc vous signez pour une victoire niçoise ?
Je leur souhaite ! En même temps, quelle équipe française ne souhaite pas aller gagner au Parc des Princes aujourd'hui ? Que je sois ancien joueur du club ou pas, je suis admiratif comme tout le monde de voir Neymar, Cavani ou Mbappé signer dans ce club. Paris réalise quelque chose de fantastique, et j’espère que cela donnera l’occasion aux autres clubs français, avec les droits télé qui devraient monter en flèche, de créer une concurrence au PSG dans les années à venir.

Propos recueillis par Antoine Donnarieix, à Nice
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


il y a 9 heures 350€ offerts EN CASH pour parier sans risque sur la Coupe du monde
il y a 2 heures Froger vers l’USM Alger
Partenaires
Podcast Football Recall Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom MAILLOTS FOOT VINTAGE Tsugi
il y a 7 heures Un supporter mexicain fait sa demande en mariage après la victoire 8 Podcast Football Recall Épisode 27 : Neymar boit la tasse, l'Allemagne KO et Thauvin à terre Hier à 21:23 Zuber égalise d'un coup de crâne pour la Suisse 3 Hier à 20:20 Le sublime but de Coutinho face à la Suisse 2 Hier à 17:45 Lozano climatise l'Allemagne 5 Hier à 17:15 Maradona, le cigare et les yeux tirés 57 Hier à 14:58 La liesse des supporters mexicains à Moscou 2 Hier à 13:48 Un fan égyptien en fauteuil porté dans une fan zone 4 Hier à 11:10 Sept personnes blessées par un taxi à Moscou 15 Hier à 10:33 Le clapping solide des Islandais avant le match face à l'Argentine 10 Hier à 08:24 Bonus Coupe du monde : 1900€ offerts pour parier sur le Mondial 3 Podcast Football Recall Épisode 26 : Les Bleus au ralenti, l'Allemagne démarre et un gardien au festival de Cannes samedi 16 juin Le CSC malheureux d'Etebo 2