1. //
  2. // Groupe A
  3. // France-Roumanie

Claudiu le Français

Dans l’équipe de Roumanie figure un joueur parfaitement francophone qui a évolué un petit paquet de saisons en L1 et L2 : Claudiu Keserü, attaquant aux qualités humaines unanimement louées par ceux qui l’ont côtoyé et dont les Bleus devraient se méfier s’il est sur la pelouse et qu’ils concèdent un coup de pied arrêté…

Modififié
785 6
Parti de France en janvier 2014 après y avoir passé une décennie, Claudiu Keșerü a gardé le goût des croissants – il expliquait récemment réussir à en dénicher là où il évolue actuellement en Bulgarie – et un parfait bilinguisme.
« Dans un vestiaire tu ne fais pas mieux, il était aimé de tout le monde, très gentil, hyper bien intégré. »Grégory Malicki
Il lui est resté des amis aussi parmi la foule de coéquipiers fréquentés à Nantes, Angers, Libourne, Tours et enfin Bastia où l’aventure hexagonale s’est finalement arrêtée prématurément en cours de saison 2013/2014. Parmi ceux-ci, il y a Grégory Malicki, que Keșerü a connu lorsqu’ils évoluaient tous les deux au SCO. « Claudiu, c’est un super mec, mais vraiment super, dit de lui l’ancien portier. On est restés en contact d’ailleurs. Dans un vestiaire, tu ne fais pas mieux, il était aimé de tout le monde, très gentil, hyper bien intégré. Tellement bien que comme il parle français sans accent, au début je croyais pas qu’il pouvait ne pas être français ! »


Keșerü est pourtant bien né en Roumanie, à Oradea, il y a bientôt 30 ans. Après une seule saison en pro dans le club de sa ville de naissance, il est repéré par Nantes, qui le signe en 2003. La recrue n’a pas 17 ans et va mettre une bonne saison avant que ne lui soit donnée sa chance de s’exprimer en Ligue 1, où le FCN évolue alors. Mais il peine à gratter du temps de jeu et à soigner ses stats : une grosse dizaine de buts dans l’élite avec le maillot canari, le tout entrecoupé de séjours en L2, avec Nantes lorsque le club descend en 2007, puis Libourne, Tours et finalement Angers, où il est d’abord prêté avant d’être transféré définitivement en 2009.

Un pied gauche magique


« La Ligue 1, c’était compliqué pour lui, pas parce qu’il n’avait pas le niveau, il l’avait selon moi, mais parce qu’il n’enchaînait pas assez les matchs : un coup titulaire, un coup sur le banc, quelques minutes par-ci par-là, c’est pas suffisant pour un attaquant comme lui qui marche à la confiance et à l’affectif, témoigne Ricardo Faty, qui a connu le Roumain une demi-saison, en 2008/2009, époque ascenseur des Nantais. Lui, il voulait jouer, alors il avait demandé à repartir à l’étage en dessous, avec Tours, et c’est vrai qu’il s’était relancé là-bas (7 buts en 12 matchs). Mais rien d’étonnant, car c’est un top joueur avec un pied gauche extraordinaire. » C’est une tendance forte chez ceux qui ont joué avec Keșerü.


« Quand j’ai signé à Nantes, ça a été le premier gars à m’accueillir dans le vestiaire et à proposer de m’aider à m’installer. »Ricardo Faty
En premier, ils vous diront tout le bien de ses qualités humaines (Faty encore : « Quand j’ai signé à Nantes, ça a été le premier gars à m’accueillir dans le vestiaire et à proposer de m’aider à m’installer » ), et en second, ils vous parleront de son pied gauche. « Je connaissais ses qualités de frappeur avant d’être son coéquipier puisqu’il m’avait marqué un but, se souvient Malicki. J’étais à Lille, lui à Nantes, en Coupe de France (janvier 2007, ndlr). Prolongation, il entre en jeu, certainement pour les tirs au but. Dernier coup franc à la 120e, il me le met direct dans la lucarne à 25m. Son pied gauche, c’est quelque chose, il te balance des frappes à la fois puissantes et avec une trajectoire flottante… Je serais les Bleus vendredi, je me méfierais ! »

Surnommé « France-Football »


Stéphane Moulin, qui a débuté au SCO sur le banc de l’équipe première alors que Keșerü était un des attaquants de l’effectif, n’a aussi que des compliments à lui adresser.
« Ce n’est pas le genre à prendre les espaces. En revanche, il sent le foot et avec un tel pied gauche, il peut débloquer un match à tout moment. »Stéphane Moulin
« Le premier qui me vient, c’est l’intelligence. C’est un gars très écouté dans un vestiaire, sympa, agréable à vivre, respectueux des consignes et des autres. Il est intelligent également sur un terrain par son placement, qui lui permet de compenser sa lenteur. » Ah ! Enfin un défaut. « Oui c’en est un, confirme Moulin. Il n’a pas de grosses qualités athlétiques, globalement, ce n’est pas le genre à prendre les espaces. En revanche, il sent le foot et avec un tel pied gauche, il peut débloquer un match à tout moment. »


C’est d’ailleurs à Angers qu’il a réussi sa saison la plus prolifique : 17 buts en 2012/2013.
« C’est un vrai plaisir de se dire qu’il s’apprête à jouer contre la France à l’Euro. Il le mérite. »Stéphane Moulin
« On avait un collectif merveilleux et je pense que, même aujourd’hui, ce qui fait la force du SCO, c’est l’état d’esprit au sein du club, du vestiaire. Au même titre que Nantes, ce sont deux clubs qui ont une mentalité, qui ont la gagne, avec des personnes très compétentes à leur tête » , en dit l’intéressé, surnommé « France Football » à l’époque où il évoluait dans les Pays de la Loire pour sa boulimie de connaissances footballistiques. « C’est sa vie, il a ça en lui et du coup, il n’oublie pas, en dit encore Moulin. Récemment, il m’a envoyé des messages de félicitations pour la saison d’Angers et parce qu’il avait vu que j’étais nommé aux Trophées UNFP. Il y a un respect chez lui, et c’est un vrai plaisir de se dire qu’il s’apprête à jouer contre la France à l’Euro. Il le mérite. »

Par Régis Delanoë Tous propos recueillis par RD, sauf ceux de Keșerü extraits d’une interview dans L’Équipe.
Modifié

Dans cet article

Note : 1
ET TOUJOURS PAS DE KESERÜ !
J'étais vraiment fan de ce joueur et de son pied gauche (son premier but en pro où il lobe Isaksson, quel pied!). Après je pense que don plus gros problème était mental, bien au delà de l'affectif. Par contre c'est vrai que c'est un mec profondément attachant, et qui était vraiment amoureux du club. D'ailleurs sur le coup franc dont parle Malicki, Claudiu fond en larmes dans les bras des autres joueurs, ce qui résume assez bien tout mon commentaire.
One Night Stand Niveau : DHR
Message posté par féliré
ET TOUJOURS PAS DE KESERÜ !


ET TOUJOUR PA DE KESERU, connard.
Frenchies Niveau : CFA
Message posté par CTM
ET TOUJOUR PA DE KESERU, connard.


:-(

pas titu dans une équipe de no name comme ça
c'est chaud
Enfin bon quand tu as Keseru dans tes 23 tu peux te dire qu'il y a quand même un problème https://lesyeuxdansleuro.com/2016/06/10 … -roumanie/

Le Kiosque SO PRESS

Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
Article suivant
J'en veux Joe, j'en veux
785 6