Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 7 Résultats Classements Options
  1. //
  2. //
  3. // United-City (1-2)

City triomphe à Old Trafford

Impressionnants en première période où ils ont littéralement étouffé les Red Devils, les Citizens auront fait le plus dur en inscrivant deux buts. Suffisant pour s’octroyer la victoire, malgré la présence de Claudio Bravo aux cages.

Modififié

Manchester United 1-2 Manchester City

Buts : Ibrahimović (42e) pour United // De Bruyne (15e) et Iheanacho (36e) pour City

Balle au pied dans sa surface, Claudio Bravo semble perdu. On joue les dernières minutes de cette rencontre et le gardien chilien se met alors à courir dans ses seize mètres, attendant que, derrière lui, Wayne Rooney le touche à peine pour s’envoler dans les airs. Pour gagner du temps, certes, mais surtout car il ne sait plus trop quoi faire avec ce foutu ballon. Complètement dépassé tout au long de cette rencontre, Bravo aura été le maillon faible de son équipe. La petite pièce défaillante susceptible de faire dérailler toute la machine. Ce qu’il aura en partie fait en offrant à Zlatan la réduction du score en fin de première période. Ce qu’il a failli faire pleinement en taclant bêtement Wayne Rooney dans sa propre surface. Heureusement pour lui, ses coéquipiers ont su faire la différence devant, de quoi lui éviter un raté total pour son premier rendez-vous anglais. En voilà un qui peut dire merci.

Bravo gâche la belle mi-temps de City


Un derby de Manchester est toujours un match à part, forcément. Surtout quand, pour la deuxième fois de l’histoire, les deux rivaux réalisent un début de saison parfait avec trois victoires en autant de rencontres. Un match qui arrive donc pile au bon moment. Enfin, pas pour tout le monde. Car après seulement quelques minutes de jeu, le verdict est sans appel : United se fait martyriser. Le pressing de City est étouffant, les passes sont justes, les appels sont dans le bon timing. Bref, la domination des Citizens ne souffre aucune contestation. Elle mérite juste d’être concrétisée, ce dont ne tarde pas à se charger De Bruyne en devançant Blind du bout du pied pour aller tromper De Gea d’un bel intérieur du droit. Les Red Devils sont dépassés, presque perdus sur leur propre pelouse. Une impression confirmée lorsque Iheanacho vient doubler la mise au milieu d’une défense mancunienne totalement apathique, persuadée que l’attaquant était hors jeu. La déroute est telle qu’on ne voit pas comment United pourrait revenir. Et pourtant, la réponse se nomme Claudio Bravo. Généreux, le portier offre à Zlatan la réduction du score après une sortie manquée. De quoi remettre United dans le match, même si le Z gâche dans la foulée deux belles occasions d’égaliser.

Un visage plus séduisant pour United


Visiblement revigorés par leur réduction du score, les hommes de Mourinho présentent un visage beaucoup plus radieux dans ce nouvel acte. Plus présents, plus combatifs, et surtout plus lumineux dans leurs choix, les locaux n’ont plus grand-chose à voir avec leurs pâles sosies de la première période. En face, City tient le choc, mais se met à trembler dès que Bravo fait des siennes, à l’image de ce tacle engagé sur Rooney dans la surface après un crochet foiré. Un geste qui aurait pu coûter un penalty à l’ancien Barcelonais qui ne connaît pas vraiment une première de tout repos. Les minutes défilent, et Manchester ne parvient pas à trouver des solutions, ou alors pas de manière licite comme cette égalisation d’Ibrahimović refusée pour une position de hors-jeu de l’attaquant suédois. La fin de match approche, et, bizarrement, l’intensité ne fait que croître. À égale distance entre le 2-2 et le 1-3, cette rencontre n'a pas encore rendu son verdict. Et ce ne sont pas De Bruyne et sa frappe repoussée par le poteau qui feront dire le contraire. La fin de match est oppressante, Man U fait le maximum. En vain. Mourinho et Guardiola peuvent se serrer la main, leurs équipes auront livré une prestation de haute volée.


  • Résultats et classement de Premier League
    Retrouvez toute l'actualité de la Premier League

    Par Gaspard Manet
    Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
  • Modifié


    Dans cet article