En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 25 Résultats Classements Options
  1. // Community Shield
  2. // Manchester City/Chelsea (3-2)

City s’adjuge le Community en patron

Chelsea y a cru le temps d’une mi-temps. Mais dans ce qui reste le premier choc de cet opus de Premier League, ce sont les Citizens qui ramènent le Community Shield à la maison. La faute à un grand Tevez et un petit Ivanovic.

Modififié
Chelsea/Manchester City : 2-3
Buts : Torres (40e) et Bertrand (79e) pour Chelsea. Yaya Touré (53e), Tevez (59e) et Nasri (65e) pour Manchester City

Londres 2012 oblige, ce Community Shield entre Londoniens et Mancuniens est délocalisé : direction Birmingham et son Villa Park. La dernière fois qu’une telle rencontre a eu lieu dans la ville de l’automobile britannique, c’était en 1972. En ces temps lointains, les Citizens s’étaient déjà imposés. Pour cet opus, bis repetita. La bande à Roberto Mancini repart du centre de l’Angleterre avec sa première breloque de la saison. Du côté de Chelsea, Roberto Di Matteo attend de juger ses ouailles à onze contre onze. N’en déplaise à Ivanovic. Et à ce bougre de Pantilimon.

Torres le top, Ivanovic le flop

Après des JO ambiance bisounours et des matchs amicaux entre potes, le vrai début de la saison est intronisé par Mister Friend. De la testostérone et du talent, voilà qui en impose. Les premières minutes ressemblent à un échange de politesses musclé. A ce petit jeu, Eden Hazard comprend rapidement que l’impact physique de Premier League n’a rien d’une douce sucrerie française. A la onzième, c’est d’ailleurs le poète Savic qui coupe par derrière le prodige belge : «  Welcome to England Eden » ! Le quart d’heure passé, les automatismes des Citizens offrent les premières sueurs froides à Roberto Di Matteo. Un beau mouvement Agüero-Nasri suite à une perte de balle d’Obi Mikel oblige Petr Cech à la parade. Huit minutes passent, et un beau travail de James Milner envoie ce même Agüero dans les airs : un coup de casque pour du beurre mais de belles intentions. Il n’en fallait pas plus pour exciter Lampard qui, d’une reprise en retrait, envoie Pantilimon chauffer ses gants.

Dans une deuxième moitié de période où les premières tentatives d’Eden Hazard se mêlent aux cartons distribués par l’homme en noir, c’est Fernando Torres qui va s’employer. Après quelques belles perforations, le Niño profite d’un joli cafouillage Ramires-Lampard. A deux mètres des cages mancuniennes, il crucifie le deuxième goalkeeper de City. A 1-0, tout le monde se dit que le plus dur a été fait par les Blues. C’était sans compter sur le manque total d’intelligence d’Ivanovic. Considéré comme l’un des tout meilleurs défenseurs du Royaume, le Serbe dédicace les protèges-tibias de son comparse de sélection Kolarov. Une expulsion logique qui reste néanmoins difficile à encaisser pour Chelsea. Trente secondes plus tôt, Savic assène un joli coup de coude dans la dentition de Torres. Pour rien. Bref, à la pause, les 21 acteurs se séparent sur un avantage minime pour les Londoniens.

L’Apache n’est pas mort

Le coup de gueule de Roberto passé, les Citizens reviennent sur le pré armés d’autres intentions. Torres a beau montrer sur un énième grand pont qu’il a retrouvé sa forme d’antan, c’est le fantôme de Yaya Touré qui renait de ses cendres. Sur un mauvais renvoi de David Luiz, l’Ivoirien envoie une mine dans le petit filet du grand Petr. En infériorité numérique et désormais rejoint au score, Chelsea s’attend à souffrir. Et il ne sera pas déçu. Six minutes après l’éclair de l’ancien Blaugrana, c’est au tour de Carlos Tevez de faire des siennes. Après une course tout en décontraction aux abords de la surface adverse, l’Argentin envoie un enroulé de toute beauté dans la lucarne. S’ensuit une démonstration de joie en mode « Balotelli » où le vilain petit canard sort un tee-shirt « Fuerte Apache » . Samir Nasri, quant à lui, la joue simple à la 65e : Kolarov la glisse au minot de Marseille qui n’a plus qu’à pousser la chique au fond des filets. City n’a plus qu’à dérouler. Sauf qu’en bon Anglais qu’il n’est pas, le portier roumain Costel Pantilimon offre la première cagade de cette saison. Une balle anodine relâchée dans les pieds du jeune Bertrand et Chelsea se prend à espérer. En vain. Le Community repart dans le nord-ouest anglais.

Par Robin Delorme
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



jeudi 18 janvier 292€ à gagner avec Nice & Schalke 04
il y a 5 heures Coentrão casse le banc des remplaçants 6 Hier à 21:56 L2 : Les résultats de la 22e journée 4 Hier à 16:15 Un club espagnol offre un maillot à tous les bébés nés en 2018 3
Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom
jeudi 18 janvier Le Vicenza Calcio officiellement en faillite 9 jeudi 18 janvier Ronaldinho : « Je vous remercie, de tout mon cœur et de toute mon âme » 27