1. //
  2. //
  3. // Aston Villa/ManCity (0-1)

City s’accroche à son fauteuil

Au terme d’un match joué au petit trot, Manchester City récupère sa place de leader sur Manchester United. Un but de Joleon Lescott à l’heure de jeu face à une pâle équipe d’Aston Villa (1-0) permet aux Citizens de prendre deux points d’avance sur leur dauphin.

Modififié
0 0
Aston Villa - Manchester City : 0-1

But : Lescott pour les Citizens

Grosse pression sur les épaules des hommes de Roberto Mancini au coup d’envoi à Villa Park. La veille, son voisin qu’il déteste tant lui a chipé la première place, grâce à sa victoire sur Liverpool (2-1). Pour les Citizens, l’équation est simple. Avec un point de retard sur les Red Devils, ils doivent au moins obtenir le point du nul pour récupérer leur fauteuil de leader. C’est chose faite grâce au but de Joleon Lescott, à l’affut sur un corner tiré par Milner (63ème minute). Face à une bien triste équipe d’Aston Villa, les Blue Sky ont livré un petit match. Rarement mis en danger, ils ont cruellement manqué de percussion pour déstabiliser la lourde défense de Birmingham. Avec deux points d’avance sur l’ennemi mancunien, City reprend sa place tout en haut de la Premier League, mais devra régler ses problèmes de finition s’il veut s’affirmer comme le vrai patron du championnat.

City, la vaine domination

Pendant toute la rencontre, les hommes de Roberto Mancini ont monopolisé le ballon. Pendant toute la rencontre, City a bien combiné au milieu et a su utiliser les côtés. Problème, le quatuor offensif Agüero-Silva-Johnson-Milner a manqué de percussion dans les trente derniers mètres et a peiné à désorganiser la défense d’Aston Villa. En première période, la paire de mammouths de Birmingham Dunne-Collins se régale et prend tout de la tête. Entre les deux bulldozers, le coupé-cabriolet Sergio Agüero remue dans tous les sens. Dès la 3ème minute, il est bien trouvé par Silva et frappe en pivot. Dans la niche de Shay Given. El Kun trouve ensuite deux fois les nuages de Villa Park, après deux déboulés côtés gauche (29ème et 30ème minute). David Silva (15ème), puis Adam Johnson essaient de faire de même. Sans plus de résultat. En face, rien. Alex McLeish a beau aligné trois attaquants de métier (Robbie Keane, Emile Heskey et Darren Bent), Joe Hart est peinard dans sa cage et n’a à s’interposer qu’une fois, sur une tête bien molle de Dunne.

Le frisson Darren Bent

La deuxième période repart sur les mêmes bases. Man City fait tourner au milieu, joue à deux à l’heure et les Villans acceptent sans broncher de subir le siège sur leur but. Avant l’ouverture du score de Lescott, Zabaleta balance une frappe lourde à la 57ème minute. Bien boxée par Given. Un premier frisson, nommé Kolarov, secoue les tribunes de Villa Park à la 59ème. Sur un centre-tir du latéral gauche, Agüero est trop court et manque l’ouverture du score. Le but mancunien a le mérite de réveiller un peu les hommes de McLeish. Collins et Cuellar sur corner (81ème et 87ème). Des tentatives cependant trop imprécises pour mettre réellement en danger une charnière Kompany-Lescott toujours aussi solide.

En face, City se contente de gérer et se procurent quelques opportunités par Silva (63ème) et Agüero (65ème). En fin de match, deux nouveaux frissons viennent égayer une seconde période bien triste. Le premier vient des tribunes. A un quart d’heure du terme, un streaker déboule sur la pelouse, les bijoux de la couronne au vent. Le gugusse est rattrapé, avec beaucoup de peine, par les stadiers. Le second est l’œuvre de Darren Bent. L’avant-centre anglais, transparent jusque-là, allume Joe Hart de près. Le portier international, très tranquille jusque-là, sort l’arrêt de grande classe au bon moment (90ème). Villa a laissé passer sa chance. Merci Joe Hart.



Par Romain Leroux
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Aucun commentaire sur cet article.
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
Article suivant
Paris sans solution
0 0