En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 15 Résultats Classements Options
  1. //
  2. //
  3. // Naples-Man. City (2-4)

City remporte la bataille des géants

Au terme d'un match magnifique et disputé, Manchester City a décroché la victoire sur la pelouse de Naples (2-4) et obtenu sa qualification en huitième de C1. Les Italiens, eux, vont devoir cravacher pour sortir des poules malgré le beau spectacle qu'ils ont offert.

Modififié

Naples 2-4 Manchester City

Buts : Insigne (21e) et Jorginho (62e sp) pour Naples // Otamendi (34e), Stones (48e), Agüero (69e) et Sterling (92e) pour Manchester City

Oui, Manchester City joue bien au ballon. Oui, les esthètes de Pep Guardiola aiment le football au sol, le redoublement de passes et les combinaisons bien senties. Mais les Sky Blues ne se limitent pas à ce champ de compétence. Lorsque cela ne suffit pas, ils sont aussi capables d'utiliser d'autres moyens qui leur ressemblent moins pour arriver à leurs fins. Face à un Naples qui manie lui aussi joliment le cuir, les Citizens l'ont montré en sortant des armes inhabituelles. À savoir des coups de tête puissants (à l'origine de deux pions) et des contre-attaques (menant à deux caramels) pas forcément sexy. Résultats : une première victoire pour l'entraîneur espagnol en terre napolitaine, trois points pour sa bande d'ores et déjà qualifiée pour le tour suivant, un Sergio Agüero désormais meilleur buteur de l'histoire du MCFC et des Italiens superbes, mais coincés dans une grosse galère (troisième du groupe avec six points de retard sur le Shakhtar).

À chacun son temps fort


Contrairement au match aller, c'est Naples qui commence bien. Parfaitement entrés dans la partie, les Italiens tiennent la balle (ce qui est souvent un exploit quand on rencontre une équipe de Guardiola), proposent un jeu aussi fluide qu'esthétique et se procurent bon nombre d'occasions. Ce n'est d'ailleurs pas un hasard si Insigne, superbement relayé par Mertens, ouvre le score peu après la vingtième minute. Signe que Sarri a parfaitement potassé ses fiches. Isoler De Bruyne, jouer dur sur Agüero, pousser Manchester City à centrer : voilà les consignes données par l'entraîneur. Et tant pis si Ghoulam, rapidement blessé pour sa 200e apparition avec le Napoli, ne peut suivre le rythme. C'est que le jeu et les duels se durcissent. Comme un symbole, le rugueux Otamendi égalise, de la tête et tout en puissance. Normal : les Anglais sont désormais installés dans le camp adverse et monopolisent le cuir. Stones touche même la transversale à la suite d'un nouveau centre de Gündoğan, déjà passeur décisif sur le but des Sky Blues.

Le Kun, pour l'histoire


Au retour des vestiaires, Sterling manque de donner l'avantage aux siens par un exploit personnel étonnant. Ce n'est que partie remise : sur un corner, Stones place son crâne et catapulte la quille dans les filets de Reina. La goal-line valide le pion et City passe devant. Dur pour le Napoli, qui ne s'avoue pas vaincu pour autant. Insigne manque de chance en frappant lui aussi sur la barre après un enchaînement magnifique (les reins de Danilo ont pris cher). Il faut finalement un penalty (pas si évident) provoqué par Sané pour que Jorginho remette les deux teams au même niveau. De quoi faire plaisir au San Paolo, encore bouillant ce mercredi soir et prêt à s'enflammer davantage quand Callejón se retrouve seul face à Ederson, mais bute sur le portier. C'est le tournant du match. Car sur le corner qui suit, les Citizens partent en contre, et au terme d'un rush de Sané, Agüero trouve le chemin des filets et devient du même coup le meilleur buteur de l'histoire de son club. Encore une fois, le surplus de talent fait la différence ultime en faveur des Sky Blues. Qui, après un dernier tremblement de filets par Sterling, sont officiellement qualifiés pour les huitièmes de finale de la Ligue des champions. Au contraire du malheureux Naples.

Naples (4-3-3) : Reina - Hysaj, Albiol, Koulibaly, Ghoulam (Maggio, 30e) - Hamšík, Jorginho (Ounas, 81e), Allan (Rog, 74e) - Insigne, Mertens, Callejón
Manchester City (4-2-3-1) : Ederson - Danilo, Otamendi, Stones, Delph - Fernandinho, Gündoğan (D. Silva, 70e) - Sterling, De Bruyne, Sané (Jesus, 88e) - Agüero (B. Silva, 75e)


  • Résultats et classement de la Ligue des champions
    Retrouvez toute l'actualité de la Ligue des champions

    Par Florian Cadu
    Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
  • Modifié


    Dans cet article


    Hier à 08:27 267€ à gagner avec Shakhtar - Roma & CSKA Moscou 1 Hier à 17:06 Henry calme le jeu après ses propos sur Neymar 65 Hier à 07:44 BONUS ÉDITION LIMITÉE : 200€ offerts pour miser sur Séville - Manchester 1
    Hier à 12:16 Ranieri ne dirait pas non à l'Italie 17
    Partenaires
    Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom
    mardi 20 février Lamine Sané signe à Orlando 8 mardi 20 février Ronaldinho se lance dans la musique 12
    À lire ensuite
    Monaco, la vie des autres