Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 17 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Manchester City-Barcelone (3-1)

City fait sauter la banque barcelonaise

D’abord mené sur un contre d’école de Messi, Manchester City s’est repris, puis à puni l’épouvantail barcelonais (3-1). Un large succès qu’expliquent autant l’intensité et le sérieux des Citizens que le manque d’imagination et d’engagement du Mes que.

Modififié

Manchester City 3-1 FC Barcelone

Buts : Gündoğan (39e et 74e), De Bruyne (51e) pour City // Messi (21e) pour le Barça

Les semaines se suivent et se ressemblent. Cet adage, Pep Guardiola a bien cru qu'il allait se répéter une nouvelle fois face à son Can Barça. Déjà auteurs d’un bon début de rencontre au Camp Nou, ses Citizens rééditent telle performance dans leur Etihad Stadium. Mais, comme il y a de ça deux semaines, ses poulains se font cueillir par le flegme des Blaugrana et l’intelligence de Leo Messi. Initiateur de la contre-attaque devant sa surface, il prend le relais de Neymar qui, soixante mètres plus loin, le retrouve, lancé pleins gaz, pour punir Caballero. Une sucrerie qui lance les hostilités anglaises.

Meunier fait souffler le PSG

Alors qu’un énième récital des Catalans se profile, les erreurs en cascade des Barcelonais coûtent la rencontre à Luis Enrique, que ce soit Sergi Roberto, sur une relance kamikaze, comme Ter Stegen, aux abonnés absents sur le coup franc de Kevin De Bruyne. Mais plus encore que les carences des Culés, Guardiola peut retenir le festival offensif de son City, intenable en seconde mi-temps, l’intensité dans le pressing, la générosité dans l’effort et l’utilisation idoine des espaces. Autant de satisfactions qui s’ajoutent à celle, plus pécuniaire, d’une qualification à portée de main.

City face au brouillard français


De fait, le duel débute sur un quart d’heure mancunien. Une domination qu’expliquent autant l’impératif de victoires des Citizens que l’amoncellement de changements au sein de l’arrière-garde blaugrana. Gerard Piqué out, Luis Enrique préfère délaisser Mascherano à son poste de central gauche plutôt que de l’intervertir avec Umtiti, pas vraiment à l’aise sur le flan droit. Idem, l’absence de Jordi Alba offre à Lucas Digne un costume trop grand pour lui, tant les accélérations de Sterling et d’Agüero lui font vivre un enfer.

Jamais inquiété par l’arbitre malgré une flopée de fautes grossières, le Français regarde même, hilare, Sterling chavirer sur la jambe de son compatriote dans la surface, puis recevoir une biscotte pour simulation. L’embellie locale prend subitement fin, quand la doublette Neymar-Messi signe un contre magnifique ponctué par l’énième réalisation du Pichichi de cette édition. Pressé haut, le Barça se sort enfin de la pression anglaise et enchaîne de fluides actions. Ce, à un détail près : Sergi Roberto se rate à la relance, permet à Agüero de décaler seul Sterling et assiste, de loin, à l’égalisation de Gündoğan. Balle au centre.

Busquets face à l’enfer De Bruyne-Agüero


Enfin, pas pour longtemps, car sitôt la reprise officialisée, les Blaugrana prolongent leur état défensif schizophrénique. Cette fois, la première erreur revient à Marc-André ter Stegen. Loué pour son jeu au pied, le portier teuton en oublie d’activer ses mains sur un coup franc brossé, puissant mais plutôt axial de Kevin De Bruyne. Avec l’avantage en poche, les Citizens se sentent pousser des ailes sous l’impulsion du buteur belge, recentré et, donc, plus influent. Les poulains de Guardiola se muent alors en dévoreurs d’espace et plongent Busquets, dont la boussole n’affiche plus le nord, dans son pire cauchemar.

Les occasions s’enchaînent, mais les ratés s’amoncellement, ce à quoi le Barça répond, à son tour, par une transversale d’André Gomes synonyme de dernière chance. Car dans la foulée, ou presque, le tourbillon citizen s’offre le break sur une action d’envergure, initiée par De Bruyne, relayée par Jesús Navas et Agüero, puis conclue par Gündoğan. Qu’importe que la remise de l’Argentin découle de sa main, puisque l’écart entre ces Mancuniens aux dents aiguisées et ces Blaugrana en manque d’intensité était, pour ce soir, trop grand.

  • Résultats et classement de la Ligue des champions
    Retrouvez toute l'actualité de la Ligue des champions



    Par Robin Delorme
    Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
  • Modifié




    Dans cet article


    Partenaires
    MAILLOTS FOOT VINTAGE Podcast Football Recall Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Un autre t-shirt de foot est possible Tsugi