Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 10 Résultats Classements Options
  1. //
  2. //
  3. // City-Tottenham (4-1)

City fait disjoncter Tottenham

18 journées, 17 victoires, 56 buts marqués et une nouvelle victime : samedi, le Manchester City de Pep Guardiola a roulé sans trembler sur Tottenham (4-1) et confirmé qu'on avait bien devant nos yeux la meilleure équipe du continent. Gigantesque.

Modififié

Manchester City 4-1 Tottenham

Buts : Gündoğan (14e), De Bruyne (70e) et Sterling (80e, 90e) pour City // Eriksen (90e) pour Tottenham.

Souvenez-vous des années 1950, de Wolverhampton, de West Bromwich, de cette époque où battre avant les fêtes Liverpool, Arsenal, Manchester United, Chelsea et Tottenham n'était pas forcément un exploit. Souvenez-vous de tout ce que vous avez connu depuis, sur un terrain, dans un stade, au fond de votre canapé. Et oubliez tout. Trois jours après un énième record, le Manchester City de Guardiola a de nouveau poussé un peu plus ses effets et a balayé, samedi, Tottenham (4-1) grâce notamment à un immense Kevin De Bruyne et sans David Silva. Comme pour confirmer que désormais, il y aura un avant et un après le passage de cette équipe dans l'histoire du foot anglais.

Épices et déminage


« On s'apprête à jouer ce qui est, pour moi, la meilleure équipe d'Europe actuellement, et pas seulement la meilleure d'Angleterre. » Oui, Mauricio Pochettino savait où il foutait les pieds en se dressant, fier et courageux, samedi derrière la ligne de touche de l'Etihad Stadium de Manchester. Soit au bord d'une piste où Manchester City n'a plus perdu depuis le 3 décembre 2016, où le gang de Guardiola danse désormais avec le bandeau de recordman du nombre de victoires consécutives en Premier League enroulé autour du crâne et où la motivation du voyage était avant tout de voir si quelqu'un est seulement capable d'emmerder ce leader invincible. Réponse : non, même Tottenham, ce Tottenham qui avait royalement secoué City en janvier dernier, venant chercher un nul logique et spectaculaire (2-2). Pochettino y a pourtant mis les épices, articulant son onze dans un 4-4-2 en losange et ordonnant à ses hommes d'attraper le plus haut possible la gorge de l'adversaire.


Un échec, d'abord : au bout de dix minutes, Leroy Sané avait déjà trouvé comment coucher un Kieran Trippier rincé et au bout de quinze, Gündoğan profitant du sortilège de Blocage lancé à Harry Winks pour claquer son premier but en Angleterre d'une tête puissante sur corner (1-0, 14e). Facile, trop facile, même sans David Silva, laissé au repos pour « raisons personnelles » par Guardiola, surtout avec Kevin De Bruyne, une nouvelle fois brillant samedi et base de l'opération déminage du pressing adverse parfaitement réussie par les Citizens. Au bout de la piste, Hugo Lloris a vainement tenté de prendre les platines de son équipe, cumulant les erreurs de relance et les parades décisives, là où, en première mi-temps, seul un enroulé d'Harry Kane a fait frétiller un Ederson impérial.

La marche impériale


Un réveil, ensuite, lors d'un début de seconde période où les Spurs ont dégagé leur tête pour exister dans le jeu, dans les contacts – dont une sale faute de Kane sur Sterling, une autre de Alli sur De Bruyne et plusieurs tampons de Dembélé – et dans les chiffres grâce à une cartouche puissante de Kane repoussée par Ederson et deux autres missiles, non cadrés, envoyés par Rose et Son. Puis, le second souffle : Jesus qui remplace Agüero, le rouleau qui se remet en marche, De Bruyne qui allume à côté, Sané qui pousse Lloris à un exploit élastique et le Belge qui fait finalement exploser le gardien français (2-0, 70e). Il y a une nouvelle fois de tout dans cette victoire, mais surtout cette impression de facilité dans le maniement de l'adversaire, quel qu'il soit, à l'image d'un De Bruyne qui a obtenu samedi tout ce qu'il voulait, même un penalty dans les pieds de Vertonghen, balancé dans la foulée par Gabriel Jesus sur le poteau.


Coulé, Tottenham aurait pu s'offrir un sourire si Kane et Winks n'avaient pas croisé les pinceaux – il arrivera finalement sur une dernière tentative d'Eriksen (4-1, 90e) –, alors que Sterling a planté un troisième but à la City en fin de match (3-0, 80e), un second après un petit pont sur un Hugo Lloris qu'il avait fait décoller quelques semaines plus tôt (4-0, 90e). Peu importe, ce qu'il faut retenir est là : pour la seizième fois consécutive, City a remporté un match de championnat et peut s'enfoncer dans un trône qu'il ne quittera probablement jamais d'ici mai. On repense à Pochettino et on se dit que l'Argentin avait raison, définitivement.


Manchester City (4-3-3) : Ederson - Walker, Otamendi, Mangala, Delph - De Bruyne, Fernandinho, Gündoğan (Foden, 83e) - Sterling, Agüero (G. Jesus, 58e), Sané (Bernardo Silva, 85e). Coach : Pep Guardiola.

Tottenham (4-2-3-1) : Lloris - Trippier, Dier, Vertonghen, Rose (Davies, 89e) - Dembélé, Winks - Eriksen, Alli (Sissoko, 84e), Son (Lamela, 77e) - Kane. Coach : Mauricio Pochettino.


  • Résultats et classement de Premier League
    Retrouvez toute l'actualité de la Premier League



    Par Maxime Brigand
    Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
  • Modifié


    Dans cet article


    il y a 30 minutes Un club normand change de maillot pour soutenir les gilets jaunes
    il y a 1 heure Laporte : « Deschamps ne m’appelle pas pour des raisons personnelles » 60
    Partenaires
    MAILLOTS FOOT VINTAGE Tsugi Olive & Tom Un autre t-shirt de foot est possible Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur
    il y a 7 heures Les trophées 2018 de SO FOOT !
    À lire ensuite
    Les clés de Lyon-Marseille