1. //
  2. //
  3. // FC Barcelone-Manchester City

City et son miroir barcelonais

Désormais coaché par Pep Guardiola, Manchester City retrouve le Camp Nou avec des ambitions toujours plus élevées. Entre expansion économique et développement du projet sportif, la réussite des Citizens doit beaucoup au modèle blaugrana qu’ils tentent de copier.

Modififié
570 9
Quatre ans de labeur, de drague et de refus. Puis, le «  yes sir » qui change tout. Débarqué en 2012 à Manchester City pour y occuper la fonction de directeur du football, Txiki Begiristain remplit enfin sa mission prioritaire en février dernier lorsque Pep Guardiola, entraîneur le plus courtisé de la planète foot, répond par l’affirmative à ses avances. Désormais à la barre du navire citizen, le natif de Santpedor compte y bâtir une reproduction 2.0 du Barça qu’il remet au centre de l’échiquier mondial entre 2008 et 2012. Mais ce recrutement, aussi réussit soit-il, ne rassemble que la partie visible de l’iceberg.


Pourquoi Luis Enrique est meilleur que Pep Guardiola

En profondeur, loin des tumultes médiatiques et de l’attente populaire, les propriétaires de City, depuis le rachat du club en 2008, travaillent d’arrache-pied pour hisser le second fanion de Manchester au niveau des mastodontes européens historiques tels que le voisin de United, le Real Madrid ou le Bayern Munich. Pour ce, ils calquent leur développement sur celui du FC Barcelone. Un miroir blaugrana qui, grâce au bien nommé Txiki Begiristain et au conseiller délégué du club, Ferran Soriano, ressemble de plus en plus à la version originale catalane.

La tentaculaire expansion économique de City


En décembre 2011, Manchester City n’en est qu’aux prémices de son évolution. À des milliers de kilomètres de là, sur la côte méditerranéenne, Ferran Soriano se démène pour achever la vente de Spanair, compagnie aérienne dont il est l’un des principaux responsables. En pleine gestion de crise financière, l’ancien vice-président économique du Barça de Joan Laporta refuse poliment les avances du cheikh Mansour Bin Zayed Al Nahyan. Six mois s’écoulent, la compagnie met la clé sous la porte et, rebelote, le propriétaire de City renouvelle son offre. Cette fois, la réponse du Catalan est positive, le changement est en marche. Lorsqu’il débarque dans les offices de l’Etihad Stadium, il découvre un projet qui va plus loin que de simples titres : il doit prendre en main la construction d’un club aux lignes directrices claires, aussi bien économiquement que sportivement. Une bonne pioche pour les gérants d’Abu Dhabi : « Quand nous sommes arrivés au Barça en 2003, nous n’étions pas parmi les dix clubs les plus riches d’Europe. Trois ans plus tard, nous avions dépassé Manchester United » , dixit le señor Soriano, désormais fort d’un second succès avec City.


Car loin des fourberies de son cousin, président de Málaga, le cheikh Mansour sait où il souhaite emmener le fanion citizen. Dans un sport toujours plus mondialisé, l’économie est le nerf de la guerre. Pour City et ses millions, l’expansion passe alors par une présence sur tous les continents. Sous l’impulsion de Ferran Soriano, le club dispose désormais de boutiques à Londres, Tokyo, Abu Dhabi, Singapour, Shanghai, Melbourne et New York. Pis, le City Football Group, racheté 250 millions d’euros, pèse désormais 2,7 milliards, en partie grâce à ses filiales en Australie (le Melbourne FC), aux États-Unis (New York City) et au Japon (Yokohama Marinos). Une vraie multinationale, désormais à 13% entre les mains d’investisseurs chinois pour favoriser cette expansion dans le marché asiatique. En l’espace de quatre ans, la marque citizen s’impose comme une place forte de l’économie footballistique et suit le sillage des toujours numéros un mondiaux merengues et blaugrana. La mission n’est pas loin d’être accomplie, d’autant plus qu’autrefois dans le rouge – 219 millions d’euros de perte en 2009 –, les comptes du club sont aujourd’hui excédentaires de 22 millions.

La City Academy, «  pierre angulaire du projet »


Ces comptes d’apothicaires ne font pourtant pas le bonheur des supporters de City. A contrario, seul le terrain est gage d’engouement populaire. Pour ce, sitôt installé dans son office de l’Etihad Stadium, Ferran Soriano fait appel à Txiki Begiristain, ailier de la dream team de Cruyff et ancien directeur sportif du Can Barça. À la manœuvre lors des nominations de Rijkaard et de Guardiola, il calque le développement sportif de City sur le modèle blaugrana. Avec pas moins de 200 millions d’euros investis sur les 80 hectares de la flambant neuve City Academy – le plus gros chantier que connaît Manchester depuis la construction de son port –, il s’agit là « de la pierre angulaire du projet sportif pour former des joueurs dans un même style de jeu dès le centre de formation » , dixit Begiristain dans les colonnes de La Vanguardia. Depuis l’arrivée de Guardiola, qui déclare dès sa signature « être là grâce à Txiki  » , le projet sportif semble enfin prendre le pas de l’essor économique des Citizens. La venue au Camp Nou fait donc office de test pour un City qui entend bien dépasser son miroir azulgrana.

  • Profitez de nos bonus et pariez sur le match FC Barcelone - Manchester City



    Par Robin Delorme
    Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
  • Modifié

    Dans cet article

    prtcl2x89 Niveau : DHR
    et qui va repartir du Nou Camp les dents en dedans
    Hate quand même de voir les joueurs qui vont sortir de l'Academy, pur l'instant à part Ihaenacho qui n'y a pas vraiment été formé, on ne voit aps grand chose. Je pensais que Guardiola allait allègrement s'y servir dès cette saison comme il l'a fait au barca mais à part les petits espagnols qui ne m'ont pas l'air fameux pour le peu que j'en ai vu, rien!
    Brahim Diaz et Angelino, c'est eux les futurs de Pep.
    DixDier Super Niveau : District
    Absolument ! Cela prendra encore deux voire trois ans mais si Pep' reste ou si un entraîneur appréciant lancer des jeunes le remplace, ça deviendra très intéressant :-)

    À l'opposé, je n'ai toujours pas compris le modèle de Chelsea avec 12 000 prêts / mercato ...
    Autant Brahim Diaz je veux bien y croire comme futur con joueur (pas un nouveau Messi), autant Angelino j'y crois mons...

    Le probleme pour moi reside + dans le fait que la BPL est bcp + physique que la Liga, c'est moins facile de s'y imposer et d'avoir du temps de jeu en etant un petit gabarit...

    Je dis pas que Guardiola ne va pas changer je reste sceptique sur un succes de jeune avec un tel gabarit issue de centres de formations... Je sais que David Silva, Nolito et d'autres ne sont aps des monstres physiques...
    Ahaha bon, pas con dsl...
    zinczinc78 Niveau : CFA
    C'est simple, prêter des jeunes joueurs a des petits clubs pour leur donner du temps de jeu permet de gagner la C1. D'ailleurs, où en est City de ce côté là ?
    Calme toi, ça va finir par arriver. Tu suis les U21, U18 et U16 de City au moins pour balancer de telles affirmations ?

    Si non, jette un oeil. Et surveille aussi les prêts. Parce que Patrick Roberts c'est le nouvel idole du Celtic Park et Unal à Twente c'est le meilleur buteur de l'Eredivisie. Et y a les deux Garcia, Angelino, Maffeo, Celina, Diaz, Ambrose...
    6 réponses à ce commentaire.
    Il ne leur reste plus qu'à trouver des supporters...
    Partenaires
    Logo FOOT.fr Olive & Tom
    570 9