En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 2 Résultats Classements Options
  1. //
  2. //
  3. // Bournemouth-Man. City (0-2)

City dénoyaute Bournemouth

Rapidement privé de Gabriel Jesus, touché à la cheville, Manchester City s'est imposé sans trop trembler à Bournemouth lundi soir (2-0) grâce notamment à Raheem Sterling. Juste assez pour reprendre le maillot du dauphin malgré encore quelques questions.

Modififié

Bournemouth 0-2 Manchester City

Buts : Sterling (29e) et Mings (69e, c.s.c.) pour City

Enfoncé sous son bonnet et coincé dans sa doudoune, Pep Guardiola avait peur de venir à Bournemouth et ne s'en était pas caché. Mi-septembre, le Catalan s'était même lâché en expliquant que le groupe d'Eddie Howe était le meilleur qu'il avait rencontré en Angleterre. Ce déplacement était alors un test à plusieurs inconnues : City allait-il confirmer sa forme du moment ? Gabriel Jesus aussi ? Et Yaya Touré, allait-il enfin dégager cette nonchalance qui lui colle à la peau et irrite un coach qui n'hésite plus à lui dire ? Il faut être honnête : lundi soir, les hommes de Guardiola ont assuré pour s'imposer avec un bout de douleur face à des Cherries en cruel manque de confiance et désormais placés face à leurs responsabilités. Mais Manchester City, au-delà d'avoir récupéré la deuxième place du championnat, a aussi perdu Jesus sur blessure et Yaya Touré dans le rythme. Il reste donc quelques questions malgré une mission réussie.

Le corps du Christ


Des cerises, il ne reste aujourd'hui que les noyaux. Où est passé le Bournemouth joueur de la première partie de saison, dixième à la trêve, à la limite de franchir le cap vers le bon côté du tableau et capable de faire chier avant tout les gros bras du Royaume ? C'est la question que se pose ces derniers jours Eddie Howe, espoir costumé qui goûte actuellement à sa première mini-crise depuis le débarquement de la station balnéaire en Premier League en août 2015. Simple, les Cherries n'ont plus remporté la moindre rencontre de championnat depuis le 31 décembre dernier et recevoir City, qui restait au coup d'envoi sur trois succès consécutifs, n'était pas forcément la meilleure manière de se nettoyer la bouille. Même avec les retours d'Adam Smith, Charlie Daniels et Jordon Ibe dans le onze de départ. Guardiola, lui, a débarqué au Vitality Stadium avec les vainqueurs de Swansea – à l'exception de Clichy remplacé par Sagna –, mais surtout avec son nouveau trident bordélique : Sané-Sterling-Jesus.

Résultat, dès les premières minutes, les soldats de Pep donnent le ton et le rythme d'une rencontre maîtrisée malgré un Yaya Touré de nouveau branché sur courant alternatif au milieu et un John Stones parfois fragile. L'ambiance est alors assurée par la douceur de David Silva et la facilité du duo Sterling-Sané, rapidement amputé de sa pointe, Gabriel Jesus, dont la cheville a été flinguée par le poète Steve Cook. City s'en est alors remis à Agüero, disponible et mobile au point de créer des espaces pour offrir à Raheem Sterling un interlude avec le poteau de Boruc. Un avertissement transformé sur l'action suivante en sanction par l'ailier international anglais, bien servi par Sané (0-1, 29e). Guardiola et ses hommes ont lancé leur match, Silva et Agüero butent ensuite sur le portier des Cherries au milieu de plusieurs flèches ratées. Bournemouth, de son côté, a tenté de répondre, mais ni King, qui s'est vu logiquement refuser un but pour une faute sur Stones, ni Ibe, couché par Caballero, n'ont pu interrompre le bordel. Et quand Wilshere et Francis sortent sur blessure, l'ambiance est vite niquée.

Agüero pour le sourire


Malgré un bon début de seconde période de la bande à Howe, la résistance s'installe rapidement face aux nombreuses vagues, notamment lancées par Fernandinho, latéral gauche lundi soir, et Silva. Une situation inconfortable pour Bournemouth, bouché par plusieurs erreurs techniques malgré l'envie et la blessure rapide d'Arter à la cheville après le retour des vestiaires. Manchester City se contente alors de gérer, sans forcer, mais en acceptant de se faire peur via par exemple une lourde frappe d'Harry Arter qui pousse Caballero à se salir. Une alerte qui sonne comme une gifle dans la gueule et sur l'action suivante, après un travail solitaire de Sterling, le jeune Mings est poussé à la faute devant Agüero (0-2, 69e). Le scénario parfait pour permettre à Guardiola de bosser ses expériences en sortant (enfin) Touré pour réinstaller Fernandinho devant une défense où est déposé Otamendi. L'essentiel est assuré, City peut conclure sans trembler sa balade, Sané en profiter pour claquer la barre de Boruc, et savourer une seconde place retrouvée à huit points de Chelsea pendant que le Vitality Stadium tombe sur Jordon Ibe. Une même soirée, deux ambiances et une nouvelle semaine dans le doute qui se profile pour Eddie Howe.


  • Résultats et classement de Premier League
    Retrouvez toute l'actualité de la Premier League

    Par Maxime Brigand
    Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
  • Modifié


    Dans cet article


    Hier à 09:28 Barton : « 50% des joueurs parient sur les matchs » 21
    Partenaires
    Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom
    lundi 22 janvier Une ex-formatrice défonce la goal-line technology (via Brut Sport) lundi 22 janvier Quand Ronaldo planquait de la bière 51 lundi 22 janvier Dupraz quitte le TFC 128 lundi 22 janvier Robinho en route vers Sivasspor 60 lundi 22 janvier Un supporter arrêté après avoir uriné dans la bouteille du gardien adverse 18
    À lire ensuite
    Déhu le Catalan