1. //
  2. // Copa Libertadores
  3. // Huitièmes de finale

Cinq raisons de regarder les huitièmes de finale de Copa Libertadores

Elle n'a ni l'aura ni la chanson de la Ligue des champions. Mais les huitièmes de finale de la Copa Libertadores offrent un plateau relevé. Voici cinq raisons de rester éveillé jeudi et vendredi soir.

Modififié
45 11

Parce que Diego Milito

Revenu en 2014 au club de ses premières amours, Diego Milito avait fait rêver les supporters du Racing. Il affirmait alors qu'il revenait à Avellaneda pour offrir un titre au club, qui vivait une longue disette depuis 2001. El Principe a réussi son pari. Le Racing a remporté le tournoi de clôture 2014 et retrouve donc cette année la Copa Libertadores. Après un bon parcours en phase de groupes, le Racing s'impose comme un des favoris de cette édition. Et si Gustavo Bou, avant-centre du Racing, est meilleur buteur de la compétition (avec sept réalisations), c'est l'idole Diego Milito qui cristallise la folie des hinchas de l'Academia. À 35 ans et des genoux bien rouillés – mais avec cette classe constante qui l'a toujours caractérisé –, Milito peut emmener son club de cœur au bout d'une compétition que le Racing a gagnée une seule fois, il y a 48 ans. Il serait temps. L'ennemi d'Independiente, le « Rey de Copas » , règne toujours sur le quartier d'Avellaneda au palmarès international avec ses sept Copa Libertadores. Ce jeudi soir, le Racing affronte Wanderers à Montevideo. Milito a même été préservé lors de la dernière journée de championnat contre Lanús. Puis les grands rendez-vous, il s'y connaît le vieux Diego. Souvenez-vous en 2010…

Pour admirer - ou découvrir - Miller Bolaños

Miller Bolaños, numéro 10 du club d'Emelec, est actuellement meilleur buteur du championnat équatorien avec dix réalisations. Le néo-international a marqué son premier but avec le maillot de la Tri, contre l'Argentine le 1er avril dernier. Bolaños, qui a gagné la Copa Sudamericana (petite sœur de la Copa Libertadores) en 2009 avec la Liga de Quito, disputera certainement la Copa América cet été au Chili. Rapide et très habile techniquement, le milieu offensif habitué des golazos est sur les tablettes du récent vainqueur de la Ligue des champions de la CONCACAF, le Club América (Mexique). Mais le joueur de 24 ans a d'autres objectifs : il veut signer en Europe. Et la Copa Libertadores devrait lui permettre de se faire connaître aux yeux du Vieux Continent. Auteur de quatre buts lors de la phase de poules, Bolaños mènera l'attaque d'Emelec contre l'Atlético Nacional, club colombien de Medellín. Une bonne raison pour avoir les yeux rivés sur Miller Bolaños lors du match qui se jouera dans le vétuste stade Jocay. Puis ce superbe nom…

Pour la confrontation brésilienne entre São Paulo et Cruzeiro

Cette année, le Brésil a envoyé cinq équipes en huitièmes de finale de la Copa Libertadores. On aura donc le droit à deux confrontations entre clubs brésiliens : l'Internacional de Porto Alegre affronte l'Atlético Mineiro, et São Paulo joue contre Cruzeiro. Le match entre ces deux dernières équipes promet. Invaincu à domicile lors de la phase de poules, São Paulo n'a pas concédé le moindre but dans son Estadio Morumbi. C'est aussi l'occasion de voir l'incroyable Rogerio Ceni. À 42 piges, le gardien buteur (126 buts dans sa carrière, tout de même) va tirer sa révérence en fin de saison. En revanche, Michel Bastos, qui a récemment annoncé vouloir prolonger l'aventure à São Paulo, ne sera pas de la partie. L'ancien Lyonnais est atteint de la dengue. En face, Cruzeiro a fini premier de son groupe, devant l'Universiario de Sucre. Le club entraîné par Marcelo Oliveira comptera sur Leandro Damião, de retour dans le groupe après une blessure à la cuisse. Surtout, Cruzeiro attendra les éclairs de génie du jeune Giorgian De Arrascaeta, milieu de terrain uruguayen et star du dernier Sudamericano des moins de 20 ans. Enfin, les Marseillais pourront enfin voir jouer Dória, prêté à São Paulo par l'OM. Histoire de voir si Marcelo Bielsa a - encore - raison. La première manche a été gagnée hier soir par São Paulo, grâce à un but de l'Argentin Ricardo Centurión (1-0).

Parce que les Superclásicos ne seront pas aussi nuls que celui de dimanche

Jeudi soir, le Monumental risque de bouillir. D'abord parce que son équipe de River Plate a offert un spectacle médiocre lors du premier Superclásico de la trilogie, et que les supporters millonarios vont exiger une réaction de la part de l'équipe de Marcelo Gallardo. Aussi, car la malédiction des duels internationaux face à Boca a été brisée l'année dernière. Avant sa qualification pour la finale de la Copa Sudamericana (ensuite remportée face aux Colombiens de l'Atlético Nacional), grâce à l'élimination en demi-finales du frère ennemi xeneize, River n'avait jamais sorti Boca d'une confrontation à élimination directe. Le parcours chaotique de River, qualifié à la dernière journée grâce à la victoire 5-4 de Tigres face aux Péruviens de Juan Aurich, contraste avec le perfect réalisé par les ouailles de Rodolfo Arruabarrena : six victoires en six matchs pour Boca lors de la phase de poules. Cette fois-ci, on imagine que Marcelo Gallardo ne renoncera pas à ses principes : oublié le kick and rush de la Bombonera. Le sélectionneur argentin Tata Martino a affirmé dans une interview pour Fox Sports que River ne « procurait pas les mêmes émotions que l'année passée » . Le retour du jeu tout en toque prôné par Gallardo sera à l'ordre du jour. En face, Osvaldo a parfaitement préparé cette rencontre en se faisant photographier la clope au bec après un entraînement. Pas de pression quoi.

Pour que les Lyonnais pansent enfin leurs blessures

13 avril 2005. Sur la pelouse du Philipsstadion, les Lyonnais affrontent le PSV Eindhoven, en huitièmes de finale de la Ligue des champions. À la dixième minute de la première mi-temps de la prolongation, Nilmar est déséquilibré dans la surface par le gardien brésilien, Gomes. L'arbitre danois, Kim Milton-Nielsen, reste de marbre et douche les espoirs des Gones. Il n'y aura pas penalty sur Nilmar. Lors des huitièmes de finale de la Ligue des champions sud-américaine, le brésilien a donc l'occasion de panser les blessures lyonnaises. Avec son équipe du Sport Club Internacional, Nilmar affronte l'Atlético Mineiro. Auteur de trois buts lors de la phase de groupes, Nilmar est malheureusement forfait pour le match aller. D'ailleurs, Lisandro López a marqué lors du match aller pour l'Internacional. Le match s'est terminé sur le score de deux partout sur le terrain de l'Atlético Mineiro. Au retour, le scénario est simple : Nilmar marque le but de l'égalisation et emmène son équipe en prolongation. 13 mai 2015. Dix ans après, à Porto Alegre, Victor, le gardien de l'Atlético Mineiro, fauche l'ex-attaquant lyonnais. Cette fois-ci, l'arbitre de la rencontre siffle le penalty qui changera la carrière de Nilmar. Il le transforme et sort une bandelette « à la Maoulida » , insultant légèrement M. Nielsen. Restez attentifs au Twitter de Jean-Michel Aulas jeudi prochain.

Par Ruben Curiel
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Note : 2
Guarani a battu les Corinthians 2-0 pendant que les 4 autres brésiliens s'entretuent. Il y a moyen d'avoir un plateau varié en quarts et ça c'est bon !!!

Par contre j'ai un doute, les demies ont lieu pendant la copa america ou il y a une pause ? Ca serait sale pour les clubs équatoriens, paraguayens et boliviens qui ont encore pas mal d'internationaux chez eux...
Note : 2
Puisque l'auteur d'article fait dans la comparaison :

D'un point de vu Européen oui c'est sure , la Copa Libertadores a aucune importance médiatique , vu que ce sont les clubs Européens qui financièrement sont les plus puissants et propose les meilleurs payes , la raison de la diaspora de tout les joueurs Sudaméricains !

Cependant remporter la Copa Libertadores est souvent synonyme de parcours du combattant , entre jouer en altitude , et la possibilité de se rendre en Amérique Central et jouer contre une équipe Mexicaine !
( voir une carte afin de se faire une idée de la taille du continent )

La compétition est pas formaté au contrario de l'Europe ou ce sont toujours les memes clubs en haut de l'affiche pour la victoire finale , la ritournelle , bien que ce sont souvent des clubs Brésiliens ou Argentins qui sont a l'honneur en soulevant le trophée .


_ La Copa Libertadores ne possède pas d'hymne officiel , cependant on peut souvent entendre cet air de Beethoven :

https://www.youtube.com/watch?v=gLGHbTC7GSI


_ Un récapitulatif de tout les vainqueurs : ( Il manque juste San Lorenzo vainqueur en 2014 )

https://www.youtube.com/watch?v=yOFzj7Kbecw
CarlosMoncerf Niveau : CFA2
Message posté par Peewow
Guarani a battu les Corinthians 2-0 pendant que les 4 autres brésiliens s'entretuent. Il y a moyen d'avoir un plateau varié en quarts et ça c'est bon !!!

Par contre j'ai un doute, les demies ont lieu pendant la copa america ou il y a une pause ? Ca serait sale pour les clubs équatoriens, paraguayens et boliviens qui ont encore pas mal d'internationaux chez eux...


Les demi-finales auront lieu les 14/16 juillet pour les demi finales aller et les 21/23 juillet pour les demi finales retour soit 10 jours après la finale de la Copa America (4 juillet)
TsouinTsouin Niveau : Ligue 1
"Pour que les Lyonnais pansent enfin leurs blessures"

Aucune chance.
Message posté par El Xeneize
Puisque l'auteur d'article fait dans la comparaison :

D'un point de vu Européen oui c'est sure , la Copa Libertadores a aucune importance médiatique , vu que ce sont les clubs Européens qui financièrement sont les plus puissants et propose les meilleurs payes , la raison de la diaspora de tout les joueurs Sudaméricains !

Cependant remporter la Copa Libertadores est souvent synonyme de parcours du combattant , entre jouer en altitude , et la possibilité de se rendre en Amérique Central et jouer contre une équipe Mexicaine !
( voir une carte afin de se faire une idée de la taille du continent )

La compétition est pas formaté au contrario de l'Europe ou ce sont toujours les memes clubs en haut de l'affiche pour la victoire finale , la ritournelle , bien que ce sont souvent des clubs Brésiliens ou Argentins qui sont a l'honneur en soulevant le trophée .


_ La Copa Libertadores ne possède pas d'hymne officiel , cependant on peut souvent entendre cet air de Beethoven :

https://www.youtube.com/watch?v=gLGHbTC7GSI


_ Un récapitulatif de tout les vainqueurs : ( Il manque juste San Lorenzo vainqueur en 2014 )

https://www.youtube.com/watch?v=yOFzj7Kbecw


C'est assez drôle, que pour trouver un hymne qui distingue la Copa Libertadores de notre Ligue des Champions, vous ayez choisi l'Ode à la joie, aussi connu sous le nom d'Hymne Européen.

Sinon intéressant ce plateau des 8èmes. Les matchs sont vers quelle heure? et sur Bein?
CarlosMoncerf Niveau : CFA2
Message posté par jugnaldo


C'est assez drôle, que pour trouver un hymne qui distingue la Copa Libertadores de notre Ligue des Champions, vous ayez choisi l'Ode à la joie, aussi connu sous le nom d'Hymne Européen.

Sinon intéressant ce plateau des 8èmes. Les matchs sont vers quelle heure? et sur Bein?


Les matches sont diffusés vers 2h du matin en France mais le Super classico Boca-River sera diffusé cette nuit sur Ma Chaine Sport et non Bein

tu peux mater les matchs en streaming ici :

http://www.firstrows.eu/
Message posté par jugnaldo


C'est assez drôle, que pour trouver un hymne qui distingue la Copa Libertadores de notre Ligue des Champions, vous ayez choisi l'Ode à la joie, aussi connu sous le nom d'Hymne Européen.



Oui exactement , bon après come re-dit cet hymne a rien d'officiel , malgré qu'il soit repris dès le début des résumés de match !
( Personne l'a choisit , invention télé de la fox sport ? aucune idée concernant la paternité de celui si )

Et ce que tu dis , tu peux le voir en commentaires sous les vidéos parlant de cette air , alors qu'il y a tellement de chanteurs(euses) - groupes Sudaméricain très talentueux !!
MarcelGalant Niveau : District
Message posté par El Xeneize


Oui exactement , bon après come re-dit cet hymne a rien d'officiel , malgré qu'il soit repris dès le début des résumés de match !
( Personne l'a choisit , invention télé de la fox sport ? aucune idée concernant la paternité de celui si )

Et ce que tu dis , tu peux le voir en commentaires sous les vidéos parlant de cette air , alors qu'il y a tellement de chanteurs(euses) - groupes Sudaméricain très talentueux !!



C'est dangereux ça, c'est un coup à ce qu'on nous mette du Shakira !
Je pense pas que Boca arrivera a éliminer River, même si ce que propose l'équipe de l'ancien Parisien, c'est très faible en ce moment ..
J'ai suivi Atletico Mineiro/ Internacional, sacré match. On parle peu de l'Inter pour la Libertadores mais ils ont une grosse équipe, surtout devant. Le travail fait par Diego Aguirre qui arrive à faire tourner son équipe sans qu'elle perde en qualité est impressionant. Et puis ya deux trois joueurs formés au club qui explosent, dont le Valdivia qui va être le gars à suivre.
Attention à l'Inter cette saison.
Message posté par strover
J'ai suivi Atletico Mineiro/ Internacional, sacré match. On parle peu de l'Inter pour la Libertadores mais ils ont une grosse équipe, surtout devant. Le travail fait par Diego Aguirre qui arrive à faire tourner son équipe sans qu'elle perde en qualité est impressionant. Et puis ya deux trois joueurs formés au club qui explosent, dont le Valdivia qui va être le gars à suivre.
Attention à l'Inter cette saison.


L'Inter a une grosse équipe tous les ans. Même si leur dernier titre date un peu, du temps de Ceara et Pato, mais c'est toujours du lourd sur le papier. D'ailleurs D'alessandro le mec sa fait un bail qu'il est là bas je pige pas ...
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
45 11