En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 1 Résultats Classements Options
  1. //
  2. //
  3. // Malmö–PSG (0-5)
  4. // Notes

Cinq à la maison

Ce mercredi soir, le PSG s'est baladé pour le retour de Zlatan à Malmö. En véritable rouleau compresseur, les hommes de Laurent Blanc ont marqué sur chaque situation chaude, face à un adversaire peut-être trop joueur. Si Rabiot, Di María, Zlatan et Lucas ont marqué, c'est encore une fois Matuidi qui a impressionné. Paris est qualifié.

Modififié

Malmö FF



Wiland (4) : Le gardien de 34 ans a laissé Paris soigner son goal average. Passif sur les cinq buts, le goal suédois a juste empêché Di María de mettre son corner rentrant. Wiland of Confusion.

Tinnerholm (4) : Deux grosses absences : sur le centre de Matuidi pour Di María d’abord, puis un gentil cadeau aux Parisiens pour le but d’Ibra. Sinon, c’était plutôt solide. Il a même confirmé ce que le monde entier sait déjà : Cavani sur un côté, c’est un immense gâchis.

Brorsson (2) : En défense > Engagez-vous plus > Faites un marquage plus strict.

Bengtsson (3) : Fautif sur le premier but parisien, rarement au contact des attaquants du PSG. Bref, l’international suédois est aussi fiable que les boulettes Ikea.

Konate (4) : Perdu sur le but de Rabiot, il a regardé Di María marquer le second. Excepté un petit festival de dribbles avant la mi-temps, le natif de Malmö s’est fait balader. Bon, en revanche, va falloir nous expliquer ce prénom. Pa ? Il s’appelle juste Pa ?

Rodić (5) : Une des seules satisfactions du soir. L’ailier qui aurait pu rejoindre l’Atlético Madrid cet été a attesté de la toute petite forme de Maxwell ses derniers temps. Remplacé par Eikrem (59e). Et son blase de café.

Lewicki (4) : Ce soir, son entraîneur pensait aligner un milieu défensif prometteur qui a fait ses classes au Bayern. Mais l’international suédois a trompé son coach et a offert une bien terne prestation. Monica Lewicki.

Adu (5) : Enoch Adu n’a pas laissé un grand souvenir du côté de Nice, mais il a enfin trouvé chaussure à son pied à Malmö. Le milieu ghanéen a tenté d’abreuver ses attaquants de bons ballons, tout en essayant de déranger Matuidi dans son dix-huitième marathon de la saison. Sans succès. He Just Can't Get Enoch. Remplacé par Rakip (80e).

Berget (6) : Mi-bûcheron mi-hipster, le chauve barbu a totalement raté sa reprise de volée sur la première occasion suédoise, puis a paniqué devant les grands bras de Kevin Trapp. Malgré ça, il est l'un des meilleurs joueurs de Malmö ce soir. Le Berget et son troupeau.

Rosenberg (3) : Censé être la caution technique de l’équipe, il a foiré ses quelques occasions, dont le penalty offert par l’arrière-garde parisienne. Bon, l’attaquant suédois était aux premières loges pour admirer l’exceptionnelle roulade de Van der Wiel. Et ça, franchement, ça n’a pas de prix.

Djurdjić (3) : Le Serbe est juste venu pour tomber dans la surface. Remplacé par Kroon (69e). Qui attendait gentiment son heure.



Paris Saint-Germain


Trapp (6) : Après un énorme intervention « à l'allemande » devant Berget (22e), Kevin s'est surtout fait remarquer pour son aisance dans les airs. Trappéziste.

Van der Wiel (6) : Comme d'habitude, il a été très intéressant offensivement, avec une belle passe dé sur le premier but. Mais il a été limite défensivement. Mention spéciale pour sa gamelle de l'espace sur le crochet de Berget (22e).

Thiago Silva (6) : C'est bien simple, on ne l'a absolument pas vu. Bon signe, ça veut dire qu'il n'a pas été mis en danger, et qu'il a été très, très serein. Le patron.

Marquinhos (5) : Ultra efficace en un contre un, Marquinhos a quand même commis de sérieuses erreurs d'inattention. Il a remplacé David Luiz, quoi.

Maxwell (6) : Maxwell devient un joueur ennuyeux tant il est régulier et sans surprise. Rien à lui reprocher, impeccable dans tout ce qu'il fait. Mettez-nous Kurzawa, on s'éclatera, que ce soit pour le meilleur ou pour le pire.

Rabiot (6) : Le premier but de sa carrière en Ligue des champions dès la 3e minute de jeu. Histoire de passer une soirée plutôt tranquille. Il a presque fait oublier Verratti. Presque.

Thiago Motta (6,5) : Il court toujours aussi lentement, mais il pense toujours aussi vite. Remplacé à la 69e par un Stambouli anecdotique.

Matuidi (8) : On connaissait le Matuidi marathonien ratisseur de ballons et le Matuidi buteur. Ce soir, on a eu le premier, bien évidemment, mais on a aussi eu droit au Matuidi passeur décisif, impeccable techniquement. À l'aise, Blaise.

Di María (6,5) : Deux mi-temps identiques. Un but dans chacune pour faire oublier ses ballons perdus et ses appels dans le vide. Remplacé à la 69e par Lucas (7), tellement étincelant qu'il a pu se permettre de voler un coup franc à Zlatan. Payant.

Ibrahimović (7) : Même s'il n'a pas inscrit les trois buts qu'il avait promis au public de Malmö, il a clairement été le meilleur des trois attaquants parisiens. L'air de Malmö l'a rendu très, très altruiste. Presque trop. Ovationné à sa sortie à la 85e. Jean-Kévin Augustin l'a remplacé.

Cavani (9 quand il n'a pas le ballon, 3 quand il l'a) : Ses appels ont encore libéré énormément d'espaces pour ses partenaires. En revanche, une fois qu'il a eu la balle dans les pattes, il s'est toujours débrouillé pour faire les mauvais choix.

Par Ruben Curiel et Kevin Charnay
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


Hier à 15:40 Une ex-formatrice défonce la goal-line technology (via Brut Sport) Hier à 14:28 Quand Ronaldo planquait de la bière 48 Hier à 12:50 Dupraz quitte le TFC 128 Hier à 11:55 Robinho en route vers Sivasspor 59
Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom
Hier à 08:57 Un supporter arrêté après avoir uriné dans la bouteille du gardien adverse 18 dimanche 21 janvier La double fracture de McCarthy 4 dimanche 21 janvier Pablo Aimar va (re)faire ses adieux 10 dimanche 21 janvier Un gardien espagnol marque de 60 mètres 7