Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 3 Résultats Classements Options
Matchs du jour

Ciao, Miro !

Miroslav Klose quitte donc la Lazio après cinq années à Rome. L'heure de dresser son bilan, entre but à la 93e minute d'un derby et victoire en Coupe d'Italie, mais aussi de penser à la suite de sa carrière.

Modififié
Sa sortie est à l'image des cinq années qui viennent de s'écouler : un paradoxe permanent entre ombre volontaire et lumière inévitable. Ce dimanche 15 mai, Miroslav Klose a inscrit, sur penalty (son premier but sur péno en cinq ans), son 63e pion toutes compétitions confondues avec le maillot de la Lazio (et non pas 64, son but contre l'Udinese en 2011 ayant finalement été attribué à Ferronetti contre son camp, ndlr). Avec deux petits buts de plus, il serait définitivement entré dans l'histoire du club, en devenant le meilleur buteur étranger de la Lazio, Goran Pandev s'étant arrêté à 64 unités.

Vidéo

Mais non. Miro Klose est comme ça. Il n'aime pas être trop sur le devant de la scène. Ce dimanche soir, le stadio Olimpico était pourtant tout acquis à sa cause. La Lazio avait même fait floquer un « Danke Miro » sur sa tunique, et lui a réservé un bel hommage avant le coup d'envoi de la rencontre. Un hommage où, comme à son habitude, le joueur a semblé légèrement gêné que tant de projecteurs soient braqués vers lui. Parce que le bonhomme est comme ça : humble et discret, toujours.

Cette 93e minute


L'histoire d'amour entre Miroslav Klose et la Lazio s'arrête donc là. Une fin un peu étrange. Jusqu'ici, les dirigeants laziali avaient toujours affirmé que c'est Klose qui avait décidé d'interrompre là la relation et de rentrer au bercail. Mais dimanche soir, au terme de son 171e et dernier match avec la Lazio, l'Allemand a laissé filtrer une tout autre version, en zone mixte. « Si le président Lotito a tenté de me retenir ? Non. Ils ne m'ont même pas parlé. Je ne peux pas tout faire tout seul, ce n'est pas moi qui ai décidé de partir.  » Une sacrée pique envers le président laziale qui risque d'apporter, encore, de l'eau au moulin des tifosi qui souhaitent le voir dégager. Cette dernière sortie de Klose est d'ailleurs presque surprenante, car en cinq saisons passées à Rome, il n'a jamais dit un mot de travers, jamais critiqué personne. Il a d'ailleurs été quasiment surprotégé, ne donnant pratiquement aucune interview hormis aux médias officiels du club, alors qu'il aurait pu être l'ambassadeur du club partout dans le monde. Une non-exposition médiatique voulue à la fois par le club et lui.


À Rome, Klose a plutôt préféré faire ce qu'il sait faire de mieux : jouer et marquer. 63 buts en 171 apparitions, donc, pour une moyenne de 0,37 but par match. C'est mieux que ses moyennes à Kaisersaultern et au Bayern (0,35 dans les deux cas) et juste un peu moins bien qu'au Werder Brême (0,47), club où il avait caracolé à une saison à 25 buts en 26 matchs de Bundesliga. Pourtant, quand l'avant-centre d'Opole débarque à Rome, à l'été 2011, il est totalement éclipsé par l'autre grosse signature du mercato biancoceleste, Djibril Cissé. Personne ne comprend d'ailleurs ce qu'un attaquant de 33 ans, qui sort de deux saisons pratiquement vierges en Bavière, vient foutre en Italie. Il s'agit là d'un pari du directeur sportif, Igli Tare, qui va s'avérer gagnant. Buteur dès sa première apparition en Serie A, à San Siro face à l'AC Milan (après avoir enrhumé Alessandro Nesta, tout un symbole), Klose va définitivement entrer dans le cœur des tifosi le 16 octobre 2011. À la 93e minute d'un derby romain que les Laziali n'avaient plus remporté depuis 2009, il inscrit le but de la victoire devant la Curva Nord. « Ce jour-là, j'ai vu des gens pleurer de joie, cela m'a procuré énormément d'émotions  » , a-t-il assuré dimanche soir en zone mixte.

Vidéo

Retour en BuLi ou aventure en MLS ?


S'il définit lui-même ce but comme le plus beau, son souvenir le plus fort à Rome reste évidemment la Coupe d'Italie remportée le 26 mai 2013 face à la Roma, encore. Homme des grands rendez-vous, il a marqué au moins une fois contre toutes les grandes équipes de la Botte : la Juventus (1), l'Inter (3), l'AC Milan (3), le Napoli (2), la Fiorentina (5), la Roma (2), et s'est même offert un quintuplé contre Bologne. Toujours avec une régularité incroyable. Son corps, qu'il sait parfaitement préserver, n'a toutefois pas été épargné par les blessures au cours de ces cinq années. Des blessures qui ont bien souvent mis en galère les entraîneurs laziali, puisque les dirigeants ne lui ont jamais trouvé un remplaçant (voire même un coéquipier) digne de ce nom. Tous ceux qui se sont succédé au poste d'avant-centre (Cissé, Kozák, Floccari, Djordjevic) n'ont pas réussi à s'imposer et ont fini par être relégués au rang du numéro 2. Trouver le substitut idéal de l'Allemand va d'ailleurs être l'une des priorités du chantier estival de la Lazio, une fois que la question de l'entraîneur sera résolue. (Inzaghi confirmé ? Sampaoli qui débarque ? Mihajlović qui retrouve sa bien-aimée ?)


Quant à Klose, il n'a pas encore décidé (ou du moins n'a pas encore annoncé) ce qu'il comptait faire la saison prochaine. A priori, sa carrière ne s'arrête pas là. Le meilleur buteur de l'histoire de la Coupe du monde en a encore dans les chaussettes, et souhaite prolonger l'expérience d'au moins une année supplémentaire. Reste à savoir où. Kaiserslautern, où il a évolué entre 1999 et 2004, aurait aimé revoir son enfant prodigue, mais il semble compliqué de le convaincre de venir en D2. Alors pourquoi pas le Werder Brême ? Ou un autre club allemand... À moins que Miro ne décide, comme beaucoup d'autres, d'aller tenter l'aventure américaine. Un petit trio Kaká-Zlatan-Klose à Orlando, ça aurait de la gueule.

Vidéo


Par Éric Maggiori
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


Hier à 22:24 Bonus Coupe du monde : 1900€ offerts pour parier sur le Mondial 3
il y a 1 heure Vers une pénurie de bière pendant le Mondial ? 23 il y a 4 heures Tinder fait sauter les réseaux russes pendant le Mondial 28
Partenaires
Podcast Football Recall MAILLOTS FOOT VINTAGE Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom Tsugi
il y a 5 heures La chanson d'Oldelaf pour encourager les Bleus (via Facebook SO FOOT) Podcast Football Recall Épisode 29: Le blocus français, le blocus saoudien et l’œdipe marocain Hier à 09:26 Tex est en Russie pour la Coupe du monde ! (via Facebook SO FOOT) Podcast Football Recall Épisode 28: L'Angleterre encore à la peine, la diète de Fekir et des « blagues » japonaises lundi 18 juin Froger vers l’USM Alger