Ciani, la tête de turc

Modififié
0 0

C’était Matthieu Chalmé il n’y a pas si longtemps. Aujourd’hui, c’est Michael Ciani qui se colle au rôle de tête de turc ! Pourquoi ? Parce qu’il joue souvent à l’envers, c’est vrai. Et s’il n’est pas le seul à se tromper de sens dans l’effectif girondin, le défenseur central cristallise désormais la quasi-totalité des remarques désobligeantes formulées par la presse et la plèbe. A tort aussi, parfois, il faut le dire.

Et comme ça ne suffisait pas, Francis Gillot y est allé de son compliment. « Ça va être compliqué pour lui, c’est sûr. Il était suspendu (…) et je l’ai remis parce que Chalmé s’est blessé. Au départ, il est sur le banc… C’était peut-être la solution de le laisser un peu de côté. On en a parlé, mais entre les discours et ce qu’il se passe sur le terrain, il y a un décalage. C’est un garçon qui doute, c’est une évidence.  »

Alors, que faire ? « Il faudra qu’il fasse trois ou quatre bons matches d’affilée pour revenir, mais aujourd’hui, j’ai du mal à le remettre dans l’équipe. Le problème, c’est que je n’ai pas énormément de solutions. » Sympa !

Heureusement que Marc Planus est là. Ou presque. « Il refera surface parce qu’il a bonne mentalité, a l’envie et travaille beaucoup. Mais on ne l’aide peut-être pas assez, et je me mets dedans.  »

C’est sûr, Bordeaux est bien dedans.

LB
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Aucun commentaire sur cet article.
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
Article suivant
Ben Khalfallah a les boules
0 0