En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 25 Résultats Classements Options
  1. // France – Ligue 1 – Ce qu'il faut retenir de la 23e journée

Chuuut, la Ligue 1 fait dodo

10 petits matchs pour 10 petits buts, un leader qui marque le pas, des poursuivants qui en profitent, une ancienne lanterne rouge qui galope et un Zlatan crispant : c'est le bilan de cette 23e journée de Ligue 1. Et vivement la 24e, hein…

Modififié
  • Le trio de tête se resserre

    Avant de parler du jeu – ou plutôt de son absence – évoquons les conséquences de cette 23e journée d'un point de vue comptable. Elle a vu le leader lyonnais stopper sa série de victoires en L1 à 7, avec le nul 0-0 concédé à Monaco en clôture dimanche soir. L'ASM qui profite de ce petit point pris pour passer devant Saint-Étienne au classement. Les deux sont tout de même assez largement largués de la course à un podium squatté, en plus de l'OL, par l'OM et le PSG, lesquels ont chacun gratté 2 points au leader en s'imposant respectivement face à ETG et Rennes. 49 points pour Lyon, 47 pour l'OM et le PSG, 40 pour Monaco et Sainté, on en est là du groupe de tête. S'ensuivent un chapelet d'équipes aux ambitions incertaines (Montpellier, Bordeaux, Nice), puis un festival interceltique du ventre mou (Nantes, Rennes, Guingamp) que seuls les Lorientais, ironie du sort, peinent à rejoindre, occupant une actuelle inconfortable place de 17e. S'agissant de la course au maintien justement, les deux gagnants de cette journée sont Toulouse, qui prend enfin les 3 points (une première depuis début décembre) et Caen, qui enchaîne une troisième victoire de rang. La zone rouge est actuellement occupée par Metz (au point mort en dernière position), Lens (courageux mais vraiment limité) et ETG (seule équipe du bas de classement à avoir perdu ce week-end, 0-1 au Vélodrome).

  • Vous avez raté ce week-end de L1 et vous avez bien fait

    10 matchs, 10 buts, 2 buts max par rencontre, 1 but max par équipe : c'est le bilan famélique de cette triste journée de L1, la moins prolifique depuis avril 2007. Il y a des explications à ça : certaines pelouses catastrophiques (coucou le stade de la Licorne !), de mauvaises conditions météo (à Metz notamment), la CAN, le mercato d'hiver qui peut bousculer certains effectifs, Lacazette absent… Mater de la Ligue 1 ce week-end était franchement évitable, d'autant qu'un autre sport co était à l'honneur, avec le cinquième titre mondial remporté par l'équipe de France de handball au Qatar et en MVP de la compétition un dégarni de 38 ans qui multiplie les exploits en survêtement Panzeri. Un modèle pour nous tous, sportifs du canapé.

  • L'analyse définitive du week-end : l'OL est orphelin de Lacazette

    Le meilleur buteur de la L1 (21 buts) devrait manquer une bonne partie du mois de février, la faute à une blessure aux ischio-jambiers. Cette absence s'est tout de suite fait sentir pour Lyon, qui a concédé le nul dimanche sans marquer, ce qui ne lui était plus arrivé depuis novembre. Bien sûr, c'était face à une formation monégasque très forte défensivement, mais il est clair que Fekir s'est montré moins à l'aise en pointe avec Benzia qu'avec son habituel acolyte d'attaque. OM et PSG en ont déjà profité pour gratter 2 points ce week-end, alors que se profile dimanche prochain le match très attendu OL/PSG à Gerland. Un choc qui semble arriver dans un bien mauvais timing pour les Gones…

  • Le résumé de la rencontre Monaco/OL
  • Les notes du match Monaco/OL

  • La polémique de la machine à café : Zlatan s'agace (et agace)

    « À propos de sifflets, je suis dépité. Nous avons fait un très bon match, nous avons gagné, je ne comprends pas... Des sifflets comme ça ? Nous ne comprenons pas ce que les gens veulent. Que l'on gagne ou que l'on perde, les gens sifflent ! Peut-être qu'ils avaient l'habitude de manger du caviar avant que l'on vienne ? » Ibra n'était pas content du comportement du public du Parc vendredi soir et l'a fait savoir, s'en prenant même à un journaliste qui l'interrogeait sur son entente avec Cavani. Agacé, le Suédois est aussi agaçant, avec une nouvelle provocation envers l'arbitre, dont il a exigé cette fois qu'il se déplace plutôt que l'inverse en cours de match vendredi face à Rennes. Le mec est bien marrant, mais ne respecte décidément rien… En comparaison, Jaroslav Plašil a pris un rouge direct pour des mots déplacés lors de la rencontre de dimanche face à Guingamp. Deux poids, deux mesures ?

  • Le résumé de la rencontre PSG/Rennes

  • Le top 5


    - Julien Féret. 3 buts, 3 passes décisives lors des trois derniers matchs de Caen en L1, pour autant de victoires. Comme quoi le mercato hivernal peut avoir du bon.
    - Claudio Beauvue. 14e but pour lui sur les 13 derniers matchs officiels de Guingamp. Un super but en plus, qui permet aux Bretons de gratter un point de plus en vue du maintien.
    - Danijel Subašić. L'invincibilité du portier croate de Monaco dure désormais depuis 791 minutes. Alors forcément, on a ressorti après-match, dimanche, le marronnier du fameux record de 1176 minutes sans prendre de but réussi par Gaëtan Huard en 1992.
    - Aleksandar Pešić. Ben Yedder toujours dans le dur, c'est Pešić qui s'est chargé d'offrir à Toulouse un très précieux succès face à Reims.
    - Jérémy Morel. Oui, l'ancien latéral gaguesque replacé dans l'axe est toujours actuellement l'un des meilleurs défenseurs centraux de la L1. Dingue mais incontestable.


  • Ils ont dit

    - « On vient ici avec une obligation professionnelle une fois par an. Je ne vais pas souhaiter à Lorient d'aller en Ligue 2 pour ne plus avoir la corvée de jouer sur une pelouse à risque (…). La différence entre une pelouse synthétique et une naturelle, c'est comme une poupée gonflable à la place de Miss monde. » Rolland Courbis, toujours aussi bon client en conf' de presse.
    - « Je ne peux pas admettre qu'on puisse jouer avec un tel ballon dans la neige. Je ne voyais pas le ballon, ni le quatrième arbitre, ni l'arbitre de touche. Sincèrement, c'est une ineptie d'avoir réglementairement obligé les clubs à jouer avec des ballons de cette couleur (jaune) quand il y a de la neige, c'est injouable. » Claude Puel, militant de la cause pour le retour du ballon orange sur les terrains enneigés. On est avec toi, Claude.
    - « Le terrain est catastrophique, et à ce niveau-là, ça vous use physiquement et mentalement. J'ai l'impression d'être chez moi en Nouvelle-Calédonie en train de jouer au ballon sur la plage. » Bien vue la comparaison, Antoine Kombouaré, sauf que t'étais en Picardie à te meuler les roustons devant une purge.
    - « Je ne vais pas me suicider, je vous rassure, mais quand ce n'est pas bon, ce n'est pas bon et il n'y a rien à rajouter. » Jean-Luc Vasseur tient la punchline qui résume l'ensemble de cette 23e journée de L1.

  • La stat

    11. L'OM joue certes franchement moyen depuis plusieurs semaines, mais reste imprenable à domicile, avec désormais une série de 11 victoires de suite en championnat au Vélodrome. Il en faut encore 3 pour égaler un record qui date de 1948.

    ⇒ Résultats et classement de L1

    Par Régis Delanoë
    Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
  • Modifié



    il y a 9 heures Coentrão casse le banc des remplaçants 8 Hier à 21:56 L2 : Les résultats de la 22e journée 4 Hier à 16:15 Un club espagnol offre un maillot à tous les bébés nés en 2018 3
    Partenaires
    Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom
    À lire ensuite
    Top 10 : le vol maison