En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 25 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Arsenal/Barcelone

Chronique d'une mort annoncée ?

Match de gala ce soir à l'Emirates entre Arsenal et Barcelone, revanche du somptueux du quart de l'an passé. Il y aura des joueurs, du jeu en-veux-tu-en-voilà... mais du suspense ?

Modififié

Osons une analogie avec le basket afin de cerner le léger trouble qui nous entoure à l'heure d'évoquer cet Arsenal-Barcelone. Préfère-t-on l'historique rencontre des JO 1992 entre l'indépassable Dream Team et la fascinante Croatie ou bien la finale insensée des Jeux de 2008 entre le Team USA bien inférieur à ses aînés et une Espagne moins virtuose que la bande à Kukoc et le regretté Petrovic ? Soit choisir entre une exhibition de très haut vol mais dépourvue de tout suspens et un match peut-être un poil moins spectaculaire mais tellement plus intense. Pourquoi un tel parallèle ? Pour tenter d'illustrer notre plus grande excitation pour Milan-Tottenham que pour le clash de ce soir entre Gunners et Blaugrana. Oui, à l'Emirates Stadium, il y aura du jeu comme nulle part ailleurs, de la technicité, de bonnes intentions... mais aucun doute sur l'issue finale du duel. Gênant, très gênant quand on parle de ce qui est supposé être LE choc de ces huitièmes de finale. Voilà pourquoi sans doute le double mano a mano entre Rossoneri et Spurs nous faisait un poil plus bander (bien meilleure combinaison entre intensité et incertitude). Voilà qui est précisé.Arsenal a progressé ; Barcelone aussiCeci étant posé, il y a malgré tout une certaine impatience avant le match de ce soir. Ne serait-ce qu'en souvenir des vingt-cinq premières minutes du quart de l'an dernier entre ces deux mêmes équipes. A l'Emirates, lors de la première manche, le Barça avait offert à l'entame ce qui est sans doute la plus belle démonstration de football de l'histoire. Bien supérieure au dernier Clasico. Sans un Almunia soudain habité par Lev Yachine, la double confrontation aurait été pliée dans la demi-heure avec quatre ou cinq buts (minimum) dans la musette dans un tourbillon enchanteur de séquences vertigineuses et d'actions nettes à intervalle de quatre-vingt-dix secondes maxi. Oui, par un miracle sorti des gants de l'improbable portier espagnol, jamais Arsenal n'aurait fini le match aller avec le 2-2 le plus trompeur de tous les temps et prolongé une stat à peine croyable : jamais sous l'ère Guardiola, les Catalans n'ont gagné un match, à élimination directe, de Ligue des Champions à l'extérieur. Au match retour, malgré l'ouverture du score du tout aussi improbable Bendtner, Lionel Messi avait sonné la fin de la récré (4-1) avec un quadruplé pétaradant. Et cette saison alors ? Il paraît que les Londoniens ont grandi. C'est vrai. Plus agressifs, un peu plus réalistes, les ouailles d'Arsène Wenger sont effectivement encore en progrès par rapport à l'an passé. Mais ils se sont mis dans une belle panade en ne finissant que seconds alors que la première place leur tendait les bras (promenade lors des trois premiers matches de poule). Résultat : aujourd'hui, ils mangeraient tranquillement leur dessert en regardant Donetsk se faire dépouiller par le Barça en se préparant à aller faire la peau à une Roma très largement dans leurs cordes. Car il ne faut pas se tromper : si Arsenal a progressé, le Barça aussi et personne ne peut exclure le même cyclone bleu et grenat de l'an dernier. Et cette fois, il ne faudra sans doute pas compter sur le fantôme de Yachine pour sauver l'imprononçable Szczesny.Même le cuistot doit être meilleurOui, le Barça fait peur. Sa série de seize succès de rang en championnat d'Espagne, record du Real Madrid 1960-61 égalé en atteste, et sans faire offense aux supers cracks emmenés par Di Stefano, cette série catalane pèse peut-être d'un poids plus grand encore. Certes, la spirale vertueuse a pris fin à Gijon le week-end dernier... une mauvaise nouvelle pour Arsenal. Car s'il y avait eu une nano-chance que l'escouade de Guardiola débarque en Angleterre avec un soupçon de tranquillité en trop, ce petit accroc aura remis tout le monde en ordre de bataille. Brrr... Alors pourquoi un tel pessimisme quant aux chances “arsenaliennes” » ? C'est simple : Arsenal, c'est Barcelone... en moins bien. Partout. Messi, c'est mieux que Van Persie, Initesta mieux que Nasri, Villa mieux que Walcott ou Arshavin, Xavi mieux que Fabregas, etc... Même la défense catalane, gardien compris, paraît globalement supérieure. Et sans avoir vérifié, devant pareil systématisme, on parierait volontiers que même le cuistot du Barça est meilleur que son homologue anglais. Oui, si une manière de quasi certitude escorte le pronostic de cet affrontement, ce n'est pas tant parce que le Barça, aussi fort soit-il, serait invincible mais bel et bien parce que pour le faire chuter, il faudrait lui opposer une formation de canailles, de truands : Patrice Evra dirait une équipe d'hommes. Façon Chelsea 2009 (qualifié à dix secondes près) ou Inter 2010. Les antithèses d'Arsenal, habité par le jeu et absolument pas outillé pour le reste. Alors on repense à cette citation du poète Tahar Djaout face au pouvoir algérien oppresseur : « Si tu parles tu meurs. Si tu te tais tu meurs. Alors parle et meurs » . Oui, moins tragiquement, on conseillerait bien à cet Arsenal : « Si tu joues, tu perds. Si tu déjoues, tu perds. Alors joue et perds » .


Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



jeudi 18 janvier 292€ à gagner avec Nice & Schalke 04 il y a 1 heure Coentrão casse le banc des remplaçants 2
Hier à 21:56 L2 : Les résultats de la 22e journée 3 Hier à 16:15 Un club espagnol offre un maillot à tous les bébés nés en 2018 3
Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom
jeudi 18 janvier Le Vicenza Calcio officiellement en faillite 9 jeudi 18 janvier Ronaldinho : « Je vous remercie, de tout mon cœur et de toute mon âme » 27 PODCAST - Football Recall Épisode 2: Neymar, Kebab et Arabie Saoudite 12 jeudi 18 janvier Deux joueurs de Boca Juniors accusés d'agression 17