En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 19 Résultats Classements Options

Christophe Jallet, le quinquennat de la normalité

L'arrivée de Serge Aurier au PSG a pour conséquence immédiate le départ de Christophe Jallet pour l'OL. Cinq ans après son arrivée discrète dans la capitale, le défenseur de 30 ans quitte Paris avec un solide palmarès et une image d'homme normal.

Modififié
Avril 2014. Le PSG vient de remporter la Coupe de la Ligue contre Lyon au Stade de France (2-1) sur un doublé d'Edinson Cavani. Ce soir-là, Christophe Jallet est titulaire sur le flanc droit de la défense parisienne. Alors que les Franciliens font le tour du stade avec la Coupe « tourbillon » dans les bras, Ezequiel Lavezzi, lui, a décidé de passer la soirée avec un étendard à la gloire de Jallet. Les mêmes généralement utilisés en début de match pour présenter les onze titulaires du PSG. Ainsi, l'Argentin, hilare, déambule sur la pelouse avec le drapeau du chauve à la main. De son côté, Jallet savoure l'instant. Il est là, sur la pelouse du Stade de France, à fêter un nouveau titre avec le PSG.

Trois mois ont passé et Christophe Jallet va quitter le PSG pour l'OL. Derrière lui, il va laisser 198 matchs, 9 buts et 21 passes décisives en cinq saisons disputées dans la capitale. Mieux, avec la liquette parisienne, l'ancien joueur de Lorient aura gagné tous les titres du football français : deux titres de champion, une Coupe de France, une Coupe de la Ligue et un Trophée des champions. Sans compter ses cinq sélections en équipe de France. Énorme pour un mec qui avait débarqué du Morbihan dans la peau de joker suppléant à Céarà sur le côté droit. En cinq ans, l'homme aura changé. Aujourd'hui, il assume sa calvitie et sait d'où il vient. D'ailleurs, « Jaja » est un fidèle dans la vie. Son agent est toujours le même (Léandre Chouya), ses amis d'enfance ne sont jamais vraiment loin et l'homme est resté fidèle aux valeurs familiales. Jallet, c'est une ode à l'adaptabilité. Un type capable de jouer aussi bien avec Ibrahimović, Beckham, Cavani que Tiéné, Hoarau ou Sammy Traoré.

Le chouchou d'Ancelotti


Dans un PSG passé sous bastion Qatari, Jallet aurait dû partir bien avant cet été 2014. Trop normal. Trop Ligue 1. Trop moyen. Mais l'homme n'a jamais ouvert sa gueule. Ce n'est pas son truc. Cet amateur de vin connaît trop bien la vie pour se laisser disperser par des petits séjours sur le banc. Un bon cru prend de l'épaisseur avec le temps. Après tout, il a débarqué dans la capitale pour boucher les trous. Il ne se doutait sans doute pas qu'un jour, Carlo Ancelotti dirait le plus grand bien de lui au point de lui confier le brassard du club à la rentrée 2012 alors que Thiago Silva et Zlatan Ibrahimović étaient déjà dans le coin. « Christophe, c'est l'exemple parfait du joueur professionnel et sérieux qui donne tout pour l'équipe, disait d'ailleurs Carlito. Il est tout sauf égoïste. C'est le meilleur latéral droit de France » . Excusez du peu. Et quand « Jaja » trouvait les ficelles, c'était même agréable à voir...



À bien y regarder, Jallet est sans doute le joueur qui a le plus progressé au PSG depuis son arrivée (avec Blaise Matuidi). Il suffit de voir sa très belle copie rendue lors du quart de finale de Ligue des champions contre Chelsea pour s'apercevoir du changement. Même Didier Deschamps est tombé sous le charme du joueur en lui accordant cinq convocations en équipe de France lors de la saison 2012-2013. Pourtant, au Parc des Princes Jallet n'a jamais eu de chants à sa gloire, ni même de banderole, ou de publicité avec sa ganache. Son jeu n'était pas sexy et certains se sont même moqués de lui quand Andrès Iniesta a eu le malheur de lui casser les reins au Nou Camp avec son dribble de la toupie. Mais c'est oublier que Jallet n'était pas prédestiné aux lumières de ce sport. C'est un travailleur. Un ouvrier du football. Et force est de constater qu'il n'aura jamais déçu avec le PSG. Paris perd son Álvaro Arbeloa. Un mec qui aimait les barbecues, la picole, les blagues et Skip the Use. Bref, Paris perd l'un de ses derniers Mohicans. Ultime vestige d'une équipe qui avait bouclé la saison 2010 à une dégueulasse 13e place de Ligue 1. De cette équipe, il ne reste que Zoumana Camara. L'homme qui part chasser le gibier avec Zlatan Ibrahimović. En attendant la retraite de Papus, les amoureux du PSG peuvent saluer Christophe Jallet comme il se doit. Il n'a jamais triché ni déçu. Jamais. Alors, bon vent, Christophe Jallet !

Par Mathieu Faure
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Hier à 15:35 243€ à gagner avec la Juve & Naples 3 jeudi 15 février 151 Millions d'€ à gagner ce vendredi à l'Euro Millions ! 2
Hier à 23:25 Ligue 1 - 26e journée : Résultats et Classement Hier à 23:23 Suivez SoFoot.com sur Facebook Hier à 21:45 Nîmes, Le Havre et Nancy pleurent, Brest rigole enfin 6
Partenaires
Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur