1. // CultureFoot
  2. // Interview

« J’avais acheté une fausse carte de presse pour entrer au Parc »

Il capture les joueurs, les époques, les grands moments qui font l’histoire du club. Depuis 1986, Christian Gavelle est le photographe du Paris Saint-Germain. À son compteur : plus de 1 400 matchs officiels du PSG. Qui dit mieux ? Ses plus beaux clichés sont désormais compilés dans Culture Club — 30 ans de photographies au cœur du Paris Saint-Germain. Entretien.

Modififié
Étant jeune, tu avais deux passions : la photo et le PSG. Raconte-nous comment tu en es venu à concilier les deux en devenant photographe du PSG...
J’avais un copain de classe dont la cousine était copine avec la fille de Francis Borelli. C’est comme ça que je suis allé au Parc des Princes la première fois. En fait, moi, je suis venu au football avec les années Saint-Étienne. Et puis, j’ai découvert qu’il y avait un club à Paris. Je me suis dit : « C’est con, tu n’as jamais mis les pieds à Saint-Étienne. » Je ne savais même pas à quoi elle ressemblait, cette ville. C’était le début du magazine Onze, et il y avait un supplément sur le Paris Saint-Germain. Je l’ai lu. C’était à la fin des années 70. Il y avait un truc qui s’appelait la carte du jeune supporter. Tu achetais une carte trente francs et tu pouvais voir dix matchs dans l’année – presque un match par mois. J’ai acheté cette carte après être allé au Parc avec mon pote. Je me suis fait un drapeau en achetant du tissu au marché Saint-Pierre et le mat, c’est un mat en bois qui se déplie que j’avais piqué sur la tente de mes parents. Je l’ai toujours : il est bleu, liserés blancs, rouge, liserés blancs, bleu.

Tu as pris tes premières photos en tribune. Où est-ce que tu allais voir les matchs au Parc ?
Les dix matchs dans l’année, c’était en tribune K. (D’où le « Kop K » , aux prémices du « Kop of Boulogne » , le groupe rassemblant les jeunes supporters, qui ont ensuite migré en tribune Boulogne en 1978, à cause de la hausse du prix des places, ndlr.) J’étais au lycée. À la mi-temps des matchs, je passais par-dessus les grilles pour aller au bord de la pelouse. Un jour, en enjambant la grille, je me suis ouvert le jean et enfourché un morceau de fesse. Mon père faisait de la photo en amateur, donc on développait les photos dans la cuisine de la maison.


Tu savais déjà que tu voulais devenir photographe ?
Non, pas trop. Mais j’ai retrouvé récemment une rédaction que j’avais faite.
« À l’époque, tu allais à l’entraînement comme ça, il n’y avait pas de barrières. Tu parlais avec les gars comme si tu parlais avec ton boulanger. »
Le sujet, c’était : « Quelle est votre dernière grande émotion ? » Et j'avais raconté un match de Coupe au Parc. On avait des cahiers Clairefontaine, je dessinais le logo du PSG dans les ronds du cahier. C’est parti comme ça. Après les tirages, ça m’arrivait d’aller me faire dédicacer les photos par les joueurs : Dominique Rocheteau, Luis Fernandez, Jean-Marc Pilorget, Dominique Bathenay... À l’époque, tu allais à l’entraînement comme ça, il n’y avait pas de barrières. Tu parlais avec les gars comme si tu parlais avec ton boulanger. On n’était pas beaucoup, peut-être six personnes. Peu de journalistes, il y avait quelques nanas qui venaient régulièrement. J’avais aussi acheté une fausse carte de presse pour entrer au Parc. Je faisais un boulot d’été à la FNAC sport. En parlant avec les mecs, il y en a un qui me dit : « Tiens, je connais un gars qui fait des fausses cartes de presse. » J’ai filé ma photo, et elle avait de la gueule, cette carte ! C’était en 1982. J’arrivais à l’entrée principale du Parc, je montrais ma carte et j'entrais comme ça. J’y allais au culot.

L’incipit de ton livre, c’est une citation de Francis Borelli...
« Bienvenue au club, mon fils. » Avec l’accent pied-noir (il imite l’accent, ndlr). Un jour, Christian, l’un des photographes, ne pouvait pas venir à PSG-Bordeaux. Le PSG m’a appelé pour la première fois pour venir couvrir un match. De fil en aiguille, je leur ai proposé de faire des sujets différents. Sur les États-Unis, avec Dominique Rocheteau, par exemple. Je me suis retrouvé chez Dominique Rocheteau à écouter de la musique californienne avec lui. Imagine la même chose aujourd’hui avec Zlatan. À l’époque, je me rends un peu indispensable en proposant des sujets comme ça. Et Les Amis du PSG (l'association de supporters pour laquelle il collaborait, ndlr) n’ont plus les moyens de financer les coûts parce que le mec qui gérait la publicité s’est barré avec les sous. Parallèlement, moi j’ai arrêté mes études. Je bossais dans un labo.


Tu faisais des études de quoi ?
Non, mais je n’ai pas mon bac (rires). J’ai pété les plombs, je suis parti trois mois aux États-Unis. En 1985-86, quand le PSG est le champion, le club remet à chaque joueur une R5 GT Turbo Sport. Le délégué général m’appelle : « Il faut que tu sois demain matin au Parc pour photographier la remise des voitures. » Moi, je lui dis : « Non, non, demain, j’ai un boulot dans une usine, je dois m’occuper de pièces détachées. » Et puis, c’était le père de ma petite copine de l’époque qui m’avait donné le boulot, bien payé. Le délégué général me répond : « Si tu ne viens pas demain, tu ne bosseras plus jamais avec nous. » Et je n’y suis pas allé.

Tu t’es dis quoi à ce moment-là ?
Je pensais que j’avais tout perdu. Ça m’emmerdait, mais je ne pouvais pas faire ça. Je galérais pour trouver du boulot et c’était le père de ma copine de l’époque qui me l’avait confié. Finalement, j’ai eu le directeur général après au téléphone : « En fait, c’est bien parce que tu es un mec sérieux, quand tu donnes ta parole, tu t’y tiens. » Donc, je bossais pour le PSG en touchant un peu à chaque numéro du magazine. Au club, il n’y avait pas beaucoup de budget à l’époque. On devait être quinze salariés.


Quelle est ta patte de photographe ?
Depuis deux-trois ans, j’aime bien les photos en contre-plongée.
« Je me considère comme un photographe d’illustration. Je suis là pour capter un instant. »
J’en abuse un peu d’ailleurs. Après, je me considère comme un photographe d’illustration. Je suis là pour capter un instant. Tout le monde ne peut pas être présent, c’est la réflexion que je m’étais faite avant la finale de Coupe de France 2006 : « Il va y avoir 80 000 personnes dans le stade, je suis dans le vestiaire à faire des photos pour les gens qui auraient voulu être là.  » Je me sens investi d’une mission de reporter. Je ne cherche pas forcément à ce que ce soit artistique, mais à ce que ce soit au plus près de la réalité.

En parlant de cette finale, avec le coach de l'époque, Guy Lacombe, ça n'avait pas été facile tout de suite...
Guy Lacombe, je m’en souviens très bien, il remplace Laurent Fournier à la trêve hivernale. En fait, quand il arrive, tous les joueurs sont dans le vestiaire. Je me suis dit : « Ça va être génial, je vais faire les photos du premier contact avec Guy Lacombe. » J’avais prévu de partir après. Ça ne lui a pas plu. Lui, il avait entraîné à Guingamp, Sochaux... Après, il a un peu compris l’intérêt médiatique pour le club et sur la finale de la Coupe de France 2006, je suis au vert au golf national avec l’équipe et le jour du match, je pars au stade avec les joueurs. J’ai vraiment vécu ça de l’intérieur. Battre Marseille en finale, c’est plus jouissif que de battre Nancy. Je l'ai remercié à la reprise de la saison.


C’est quoi, être dans son match, quand on est photographe au bord du terrain ?
Super réceptif à tout. Il y a beaucoup de répétitions des scènes, au bout d’un moment, tu as un peu tout exploré. Il y a un rituel : l’arrivée du bus, l’échauffement, le protocole d’avant-match... C’est vrai que c’est pas évident de se renouveler, surtout que tu as de moins en moins de latitude pour bouger. Au Parc, je suis un peu chez moi. Des fois, je tombe sur des délégués très pointilleux. Pour moi, l’horreur, ce sont les matchs de Ligue des champions. C’est-à-dire que l’UEFA prend ton stade, tu n’es pas chez toi et moi je suis un photographe lambda. Tu es derrière une barrière. C’est cool, mais en même temps très frustrant parce que tu ne peux rien expérimenter.

Est-ce que, comme les joueurs, tu vis les grands matchs avec une émotion particulière ?
Objectivement, je ne vis plus les matchs comme je les vivais avant. Aujourd’hui, je vis les matchs un peu froidement. Si on gagne, c’est sympa de faire une photo de la joie dans le vestiaire. Mais c’est devenu le quotidien. J’ai une approche très professionnelle. Au début, quand j’ai commencé à bosser pour le PSG, j’étais subjugué. J’avais des yeux d’enfant. Quand je me suis retrouvé chez Dominique Rocheteau en prenant des photos avec des plaques d’immatriculation américaines que j’avais amenées et des bouquins sur les États-Unis, c’était très fort.


Lors de victoire en Coupe des coupes, tu prends peut-être ta plus belle photo en capturant la joie de Bruno N'Gotty. Parle-nous de cette soirée...
« En 96, j’ai un peu pété les plombs. J’ai récupéré le maillot de Raí, le short de Youri Djorkaeff que j’ai mis par-dessus mon jean et j’ai pris les chaussettes de Paul Le Guen. Quand je descends de l’avion, je suis habillé comme ça... »
En 96, j’ai un peu pété les plombs. J’ai récupéré le maillot de Raí, le short de Youri Djorkaeff que j’ai mis par-dessus mon jean et j’ai pris les chaussettes de Paul Le Guen. Quand je descends de l’avion, je suis habillé comme ça et je fais toutes les célébrations comme ça. J’étais content que ce groupe de joueurs gagne une Coupe d’Europe. J’étais là pour la première. Même si demain, le PSG gagne la Ligue des champions, la première Coupe d’Europe restera toujours celle de 96.

Dans le livre, il y a beaucoup de clichés hors-terrain qui sortent de l’ordinaire. Comme la photo de Bernard Lama, Serge Lama et deux lamas au Jardin des Plantes...
L’idée au départ est de Guy Sitruk, qui était journaliste à L’Équipe. Il s’occupait de Serge, moi de Bernard. On a appelé le Jardin des Plantes et puis il fallait une date. Bernard, il a trouvé ça marrant. Et moi, j’ai appris que Serge Lama avait choisi son nom de scène en prenant un dictionnaire et en pointant le doigt au hasard sur un mot : « lama » .


Aujourd’hui, au PSG, il y a un staff élargi autour de l’équipe, mais avant tu devais être très proche des joueurs...
Quand on partait sur un match, ou un stage, tu avais le staff technique, le staff médical et moi. Même pas d’attaché de presse. J’étais un peu l’électron libre qui venait se greffer sur la grappe.

Comment établis-tu une relation de confiance avec les joueurs ?
J’ai toujours gardé les mêmes principes depuis le début : être le plus discret possible et le moins perturbateur possible. Faire des images sans intervenir verbalement. Ne pas rester trop longtemps au même endroit quand tu fais des images, s’il y a une conversation que je ne dois pas entendre, quitte à revenir. Tout ça en douceur. Ce qui fait que beaucoup de joueurs ont cru que j’étais un mec introverti, timide. Alors que ce n’est pas du tout ma personnalité. Mais tu es obligé d’être en retrait. Les projecteurs sont sur les joueurs.

Comment fait-on pour se réinventer quand on photographie le PSG depuis une trentaine d’années ?
Tu mets le doigt sur quelque chose qui n’est pas facile. Il y a des fois où tu as plus ou moins la pêche. Hier, je n’avais pas la pêche à Bordeaux (l'entretien s'est déroulé après la victoire du PSG à Bordeaux, en Coupe de la Ligue, 1-4, ndlr). Je n’étais pas dans le match du tout. Les premières années, je pouvais me laisser à regarder le match, aujourd’hui, ce n’est plus le cas. Si je rate un but, c’était le cas à Nantes, c’est parce que j’avais des gants et que j’ai appuyé à côté du bouton. Je n’ai plus l’émotion qui peut me faire rater le truc.


Tu dis : Le vestiaire, je n’y vais que lorsqu'on gagne des matchs. » Du coup, en ce moment, ça va, mais dans les années 2000...
(Rires) Je n’y suis pas allé pendant plusieurs matchs de suite. Des fois, je me disais : « Putain, c’est bon d’y retourner. »

C’est plus compliqué pour toi de travailler quand il y a des mauvais résultats ?
Quand tu perds un match, les gars sont frustrés. Même si ça peut faire de belles photos, c’est délicat. Tu dois aussi t’adapter au profil de l’entraîneur. Maintenant, les joueurs donnent leurs photos au kiné et ils la postent tout de suite.

Est-ce que les joueurs sont demandeurs de tes photos même s’ils ont leur smartphone ?
Avant, je leur envoyais les photos quand j’arrivais chez moi, mais je me rends compte que maintenant, je pense que c’est trop tard. J’ai prévu d’aborder ça avec les joueurs parce qu’il y a un nouvel aspect qu’il va falloir que je devance avant justement d’être devancé par les joueurs.


Culture Club — 30 ans de photographies au cœur du Paris Saint-Germain, édition Solar, 44,90 €

Par Florian Lefèvre
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article

WALDI500
Hmmm...
<iframe frameborder="0" width="2" height="0,5" src="//www.dailymotion.com/embed/video/x5bkpvo_konik_animals?autoPlay=1&mute=1" allowfullscreen></iframe>
Un article interessant, ca sort de l'ordinaire.
Avec le verrouillement de la communication qui a lieu dans la plupart des clubs, on va forcement de plus en plus vers des photographes totalement pros et de moins en moins passionnes.
Elles sont splendide toutes ces photos. Le scrable, le petit dej ou encore les lamas. 45€ pour un album du psg, si je le prend je me le pardonnerais jamais.
sergio_ramas Niveau : District
Du coup, il est photographe ou pas ce type ?
Bibileradis
Est-ce si important ? Alors qu'un iPhone 3G à une meilleure résolution ! ;-)
1 réponse à ce commentaire.
Bibileradis
Excellente petite interview trop courte, quelle audace ! Fausse carte de presse, j'ai adoré.
À une époque démente où la liberté avait encore un sens voire presque palpable.
À ce moment-là, je le vivais au travers de l'OM où je découvrais, tout petit, Le Stade Vélodrome (avec la piste de vélo en bas du virage sud, le Pesage. Y'avait même les quarts de virage!). Et c'était féerique. Je tapissais ma chambre de tous les posters que je pouvais avoir dont celui de Dominique Rocheteau parmi tous les joueurs de l'OM, en parallèle, il y avait les fameux albums Panini ! On s'échangeait les images à l'école. Dans une poche, les images et de l'autre les billes... Nostalgie.

La rivalité, inventée de toute pièce avec les débordements que nous regrettons amèrement, au vu des dommages collatéraux, n'était pas légion...

Hihi ce souvenir de la finale 2006 qui était ma première au Stade de France, à 30 ans fraîchement, au résultat défavorable, reste malgré tout un très bon souvenir. Une journée où nous avions vécu tous les sentiments possibles que ce jeu peut offrir. Partis avec la banane et tant d'espoir et repartis avec le moral dans les chaussettes. La boulette de Taïwo... Vikash (un vrai 10) pour le coup de grâce (joli but au passage), enfin douleur dans une immense ambiance de fête. Quelle intense journée quand j'y repense (larme à l'œil gauche, snif snif) et grands moments de camaraderies.
Comment revivre de tels instants ?!?!? Avec le temps, l'insouciance s'étiole...
val d'eau Niveau : DHR
Haha je suis ton cousin de l'autre camp. Même age, pas la même équipe, les mêmes posters mais de Paris (et un de Chris Waddle que j'ai toujours adoré), les mêmes poches pleines de billes et de panini, moi aussi loin de cette rivalité créée de toute pièce. Je n'ai même pas honte de dire que le but de Boli en finale de C1 m'a fait vibré, que j'aurais rêvé de voir Waddle sous le maillot parisien tellement il était énorme footbalistiquement et humainement. Que j'ai même assisté à quelques matchs au vélodrome rien que pour lui, il m'a fait versé une petite larme quand j'ai assisté à son expulsion lors d'un OM / AS Cannes fin des années 80 ou début 90, alors qu'il s'était assis sur la pelouse parceque... je ne sais même plus pourquoi, mais c'était juste beau et collait parfaitement au personnage.
Tu m'as fait remonter ces souvenirs. Pour ça je t'en remercie.

Ce but de Vikash... aaaah le match était bloqué, ça sentait le chaos tout pouvait basculer d'un côté comme de l'autre et cette libération... J'aurais pas aimé être à ta place, surtout sur place... Comme tu n'aurais pas aimé être à ma place pour ce pénalty de Ravanelli qui se croche le pied tout seul dans la surface pile en face de ma tribune, comme quoi il était bien aveugle l'arbitre car on avait bien vu la simulation de là. Bref.

Comme tu dis, des moments d'insouciance, de nostalgie, beaucoup. Il m'arrive encore de pouvoir vibrer, pour la C1 notamment, mais c'est vrai que ça n'a pas la même saveur. C'est bon, mais plus aussi fort. Est-ce l'age ? La lassitude ? le pognon qui prends une place trop importante ? J'en sais rien. Mais je goûterais encore bien volontiers ces moments magiques de l'innocence de l'enfance, de l’insouciance adolescente.
Mais on est pas encore des vieux cons. enfin j'espère...
Ce commentaire a été modifié.
val d'eau Niveau : DHR
Putain il a pris cher le Waddle...

Bibileradis
La porte du frigo est plus longue à digérer !
Bibileradis
Frère de ballon, de loin ou de près, mais frère avant tout ! ;-)
Leslipamamie Niveau : DHR
Putain mais arrêtez...Vous allez me faire chialer!

Que ne donnerai-je-pas pour ressentir la joie d'avoir ENFIN la vignette de Roger Boli dans ma poche!!!
Je joueur British retraité a tendance a devenur joufflu tres rapidement.
val d'eau Niveau : DHR
Et attends on t'as pas parlé du Tang, du Banga, de Pif gadget, des parties endiablées de Subutéo, de récréA2 et de Croque vacances.
7 réponses à ce commentaire.
Georginho23 Niveau : DHR
En fait CR7 niveau abdo il a copié El Magnifico Ginola.
Bibileradis
Yes ! Impressionnant n'est-ce pas ?!
Mais en plus virevoltant, plus chaloupé, plus fluide et plus beau gosse !
Comme Zizou, belle carrière mais pas parfaite car ils n'ont pas joué à l'OM ! Sic
1 réponse à ce commentaire.
Leslipamamie Niveau : DHR
J'avoue, j'ai un gros faible pour la photo de Weah. Top classe la chaîne autour du cou.
Hier à 18:38 Les Brésiliens du PSG (via BRUT SPORT) Hier à 16:30 La petite gourmandise de Callejón 1
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
Hier à 11:44 Un but barcelonesque en D4 argentine 10
mardi 18 juillet Un supporter argentin dégomme un drone 18 mardi 18 juillet Utaka débarque à Sedan ! 16 mardi 18 juillet La Norvège, prochaine étape de Diego Forlán ? 11 mardi 18 juillet Un champion du monde 2006 recherche un club sur LinkedIn 41 lundi 17 juillet Lass officiellement à Al-Jazira 40 lundi 17 juillet Un tatouage de Lacazette sur le cul d'un fan d'Arsenal 44 lundi 17 juillet Les énormes fumigènes du Lech Poznań 11 lundi 17 juillet Michu arrête sa carrière 14 lundi 17 juillet Diego Costa parade avec un maillot de l'Atlético 13 dimanche 16 juillet Marco Simone nouvel entraîneur du Club africain 7 dimanche 16 juillet La mine de Pato avec le Tianjin Quanjian 5 dimanche 16 juillet David Bellion au Festival d'Avignon 15 dimanche 16 juillet Le lapsus embarrassant de Biglia 17 dimanche 16 juillet Gold Cup : La Martinique quasiment éliminée 2 samedi 15 juillet La famille Ajax affiche son soutien à Nouri 7 samedi 15 juillet Éric Abidal flambe dans un tournoi de foot à six 13 samedi 15 juillet Ah, au fait, Sneijder est officiellement libre 24 samedi 15 juillet La Guyane éliminée de la Gold Cup 8 vendredi 14 juillet Un match amical à onze contre cent 12 vendredi 14 juillet La Guyane perd sur tapis vert à cause de Malouda 22 vendredi 14 juillet Candela régale avec l'équipe de France de légendes de futsal 14 vendredi 14 juillet Un jour après son transfert, il se prend un lob de 50 mètres jeudi 13 juillet Rooney claque une grosse mine pour son retour 18 jeudi 13 juillet Bolton installe des sièges de luxe dans son stade 16 jeudi 13 juillet Munich 1860 ne jouera plus à l'Allianz Arena 22 jeudi 13 juillet Chuck Blazer est mort 96 mercredi 12 juillet Un club anglais va payer ses joueuses autant que ses joueurs 27 mercredi 12 juillet En direct : la présentation de Dani Alves au PSG (via Brut Sport) 6 mercredi 12 juillet Solomon Nyantakyi accusé de double meurtre 40 mercredi 12 juillet Verratti affiche Trapp 36 mercredi 12 juillet La Guyane prend un point historique ! 41 mardi 11 juillet Malouda titulaire avec la Guyane 4 mardi 11 juillet Quel mercato pour la saison 2017/2018 ? 5 lundi 10 juillet Amavi recalé à la visite médicale 38 lundi 10 juillet Le pétard de Ziri Hammar 2 lundi 10 juillet Un Allemand passe du foot amateur à la D3 anglaise 21 dimanche 9 juillet L'hommage de United à Rooney 17 dimanche 9 juillet Sol Campbell prêt à travailler gratuitement 22 dimanche 9 juillet Un maillot interdit à cause d'une carte du XXe siècle 9 samedi 8 juillet Le coup franc sublime d'Anderlecht 1 vendredi 7 juillet Un cours d'anglais pour annoncer la dernière recrue de Swansea 1 vendredi 7 juillet Les joueurs de Bilbao se rasent le crâne en soutien à Yeray Álvarez 13 vendredi 7 juillet Guy Roux rêve d'aligner Macron 17 vendredi 7 juillet Le programme de la première journée de Ligue 1 31 vendredi 7 juillet Mbappé en tournée à Paris 66 vendredi 7 juillet Un Anglais va faire le tour des stades des 55 pays d'Europe pendant un an 14 jeudi 6 juillet Fusion Juvisy-Paris FC actée 9 jeudi 6 juillet Platini : suspension confirmée par le Tribunal fédéral suisse 5 jeudi 6 juillet Le golazo de Damião avec Flamengo 10 jeudi 6 juillet Wycombe dévoile un maillot de gardien hypnotisant 20 jeudi 6 juillet Giovinco continue de régaler à Toronto 12 jeudi 6 juillet Piqué s'éclate dans le désert 20 jeudi 6 juillet Maradona continue ses péripéties 13 mercredi 5 juillet Le Real met la main sur Theo Hernández 44 mercredi 5 juillet SOLDES : jusqu'à -20% sur la boutique SO FOOT 2 mercredi 5 juillet Asamoah Gyan revient en Europe 26 mercredi 5 juillet Un supporter fait 13 700 km pour voir jouer son équipe 8 mercredi 5 juillet Eric Dier fait l'essuie-glace 9 mercredi 5 juillet Chapecoense vire son entraîneur 7 mercredi 5 juillet Lingard tape un foot avec des gosses hystériques 43 mardi 4 juillet Le prochain SO FOOT en kiosque le 12 juillet 1 mardi 4 juillet Chine : un arbitre tabassé lors d'un match supposé truqué 12 mardi 4 juillet John Terry s'invite sur la fesse d'un supporter d'Aston Villa 15 mardi 4 juillet Un Géorgien se fait tatouer son onze de rêve des Pays-Bas 48 mardi 4 juillet Maradona au match pour Infantino 3 mardi 4 juillet Podolski et la culture japonaise 23 mardi 4 juillet La superbe vidéo de campagne d'abonnement de la Sampdoria 24 lundi 3 juillet Maradona accusé d'agression par une journaliste russe 45 lundi 3 juillet Djibril Cissé signe en D3 suisse 26 lundi 3 juillet Le portrait mural d'Hamšík dévoilé 13 lundi 3 juillet Maradona joue au hockey en Russie 4 lundi 3 juillet Un joueur nord-irlandais fait croire qu'il signe au Barça 13 lundi 3 juillet Éric Besson devient président du Blanc-Mesnil 15 dimanche 2 juillet Le solo de Pato 14 dimanche 2 juillet Blatter : « J'aurais dû m'arrêter plus tôt » 16 dimanche 2 juillet Dybala marque un coup franc improbable 8 samedi 1er juillet Infantino reconnaît des failles dans l'arbitrage vidéo 17 samedi 1er juillet Ronaldinho humilie Blomqvist lors d'un match de charité 26 vendredi 30 juin Bientôt un plafond de salaire pour les clubs ? 41 vendredi 30 juin Percuté par un scooter, il rattrape le chauffard grâce à ses coéquipiers 18 vendredi 30 juin Mariano Díaz s'engage avec Lyon 47 vendredi 30 juin L'énorme frappe de Wendel avec Fluminense 2 vendredi 30 juin Hulk suspendu après avoir soutenu Oscar 24 vendredi 30 juin Benayoun offre la victoire au Beitar en barrage de Ligue Europa 21