En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 25 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // 3e journée
  3. // Bordeaux/FC Sion

Christian Constantin se défend

Modififié
Un Constantin pourrait en cacher un autre.

Accusé d'avoir proféré des insultes racistes à l'encontre de Wahbi Khazri après le match entre les Girondins et son équipe ce jeudi en C3 (0-1), le président du FC Sion, Christian Constantin, se défend : « Je ne l'ai jamais croisé ni insulté. J'étais encore dans la tribune quand cela se serait passé. En plus, tout est au conditionnel. Quand je suis descendu à la fin du match pour aller féliciter l'équipe, Khazri n'y était plus. Je ne me sens nullement concerné, on m'accuse d'avoir soi-disant prononcé ces propos dans le couloir, alors que je n'y étais tout simplement pas. D'ailleurs, pourquoi l'aurais-je fait alors même que l'on gagnait et que l'on vivait une soirée parfaite. Il y avait huit équipes de TV dans les couloirs du stade et si j'avais prononcé les propos dont on m'accuse, les images circuleraient déjà depuis longtemps. Je vous le répète, je n'étais pas là. On m'a rapporté que l'on parlait d'un Daniel Constantin. Or, dans le club, hormis moi, il y a encore mon fils Barthélémy ainsi qu'un Bertrand Constantin, qui s'occupe des supporters. Y-a-t-il eu une embrouille avec ce dernier ? Cela m'étonnerait beaucoup » a déclaré le dirigeant suisse au quotidien Le Matin.


Pas de preuves = pas de coupable ? AM
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



il y a 11 heures Coentrão casse le banc des remplaçants 8 Hier à 21:56 L2 : Les résultats de la 22e journée 4
Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom
Hier à 16:15 Un club espagnol offre un maillot à tous les bébés nés en 2018 3
À lire ensuite
Le geste fou de Luca Zidane