1. // Ligue 1 – 11ème journée

Chocs en stock

L'OM, dauphin, qui reçoit le leader, Rennes, et Saint-Etienne, 3e qui se déplace chez son plus proche poursuivant, Brest : deux affiches de haut de tableau d'une journée pas inintéressante.

0 0
Lyon/Sochaux

Lyon, ton univers impitoyable. La guéguerre que se livrent actuellement L'Equipe et Jean-Michel Aulas fait peine à voir. C'est d'autant plus moche que sur le terrain, c'est plutôt sympa l'OL en ce moment. Objectivement, la bande à Puel manque de chance : elle tombe contre Arles-Avignon au moment où les Provençaux se rappellent comment défendre et elle se fade une équipe de Paris en pleine bourre. Mais bon, c'est sûr qu'il y a l'urgence du résultat, avec ce classement assez honteux dans le dernier tiers. La thèse du manque de chance ne devrait pas tenir avec la réception de Sochaux, une équipe jeune, très jeune. Les Doubistes ont une génération brillante, mais elle semble trop joueuse et trop inexpérimentée pour durer toute une saison.

Brest/Saint-Etienne

Les deux tubes de l'automne. Brest Machine contre Verts Méga Groove. Strass et Payet contre Roux et Celtes. Sympathiques provinciaux contre provinciaux sympathiques. Un vrai test pour des Bretons invincibles depuis sept rencontres, qui vont se frotter au meilleur buteur de la L1. Saint-Etienne, qui stagnait quelque peu en championnat depuis trois journées, a profité de la Coupe de la Ligue pour retrouver la victoire et s'offrir d'intéressantes alternatives à son onze type (N'Daw et Nery notamment). En début de saison, il aurait fallu payer très cher pour assister à une telle confrontation. Aujourd'hui c'est une affiche, peut-être bien la plus excitante de cette 11e journée.

Toulouse/Lens

Ok, Lens va un petit peu mieux, mais merde, Lens est encore relégable. Pour les fans, c'est triste, mais pour leurs détracteurs, ça l'est tout autant, parce que franchement, il faut bien reconnaître que la L1 perdrait gros avec une nouvelle descente des Sang et Or. Car cette saison, à défaut de produire du beau jeu, Démont et les siens ambiancent le championnat. La dernière du faux blond ? Se fracturer la main tout seul contre une porte, comme ça, par énervement. Michel Etorre, l'entraîneur des gardiens : « Yohan c'est un bon mec, un bon professionnel et un bon Ch'ti » . Sinon, Toulouse ? Pas de victoire à domicile depuis la mi-août, mine de rien. Le public du Stadium n'est pas réputé très passionné, mais il faut reconnaître qu'il n'est pas super aidé non plus.

Auxerre/Nice

Deux victoires d'affilée en compétition pour l'équipe à Jeannot, c'est une première depuis le mois d'avril. Une mini-série qui peut se poursuivre ce soir contre Nice. Ou pas. A vrai dire, il est très difficile de pronostiquer les résultats des Azuréens, tant ils sont imprévisibles. Leur performance semble dépendre de l'état de forme du gardien Ospina et de la charnière Civelli – Pejcinovic. Ces trois-là sont le baromètre de leur formation.

Lorient/Arles-Avignon

Si les Merlus ont parfois semblé se prendre les pieds dans leur nouveau tapis synthétique du Moustoir en début de saison, ce n'est plus le cas désormais. Alors, victoire lorientaise à l'aise Breizh ? Pas forcément. Déjà parce qu'ils ont joué 120 minutes à Monaco en milieu de semaine, avec en plus une élimination au bout. En plus parce que leur international Gameiro fait du boudin. Enfin parce qu'Arlavignon et son nouveau système tactique en béton armé ne fait plus trop rigoler.

Caen/Nancy

Depuis le début de saison, Franck Dumas ronge son frein. Et forcément, à force, ça le démange. Cette semaine, après une succession d'événements défavorables pour son équipe sur le terrain de Lille en Coupe Moustache, il a fait cette très classe sortie à propos des arbitres : «  Moi, joueur, j'aurais tué les petits poussins » . Nerveux, Francky ? Pas impossible, puisqu'après un excellent début de saison, son équipe stagne. Seul l'El Arabi cache la forêt... En face, Nancy fait une saison nancéenne : tristoune.

[page]
Marseille/Rennes

Depuis quelques semaines, Marseille joue assez mal, mais Marseille gagne. Pareil pour Rennes, c'est pas terrible, mais ça reste en tête. Alors quoi, bientôt le réveil ? Si les deux le font en même temps, il peut y avoir un superbe spectacle au Vélodrome, dont le public attend toujours de voir le premier but de Gignac dans son nouveau jardin. S'il venait à encore se manquer, Deschamps sait qu'il peut compter sur Rémy et les Ayew brothers. Sur Brandao déjà nettement moins, ok. Sinon à Rennes, Joe Pesci sur son banc est content : Montano, son attaquant, son précieux, est de retour. Par contre derrière, c'est nettement plus léger que d'ordinaire, avec les absences de Mangane et Théophile-Catherine.

Monaco/Bordeaux

Monaco et Bordeaux, ce sont les gros pas beaux de la L1 cette saison. L'ASM sado-maso contre un Bordeaux pas franchement bouchonné mais pas franchement gouleyant non plus, ça ne fait pas très envie. Alors qu'attendre de ce match ? Un réveil, espérons-le. C'est tout à fait possible : Mbokani, côté monégasque, a enfin fait une belle entrée en jeu contre Lorient cette semaine et les Girondins, même orphelins de Gourcuff et Chamakh, même si ça sent la fin de cycle, sont capables parfois de produire encore du beau football. Comme au bon vieux temps.

Valenciennes/Lille

Cette saison, les deux clubs du ch'nord fonctionnent en courant alternatif. C'est toujours mieux que les batteries à plat du voisin lensois, mais ça reste tout de même handicapant, surtout pour un LOSC ambitieux qui galère à rester en haut de classement, son objectif. Heureuse nouvelle, Eden Hazard semble enfin se réveiller, après un été et un début d'automne pour le moins compliqué. Valenciennes peut aussi compter sur un secteur offensif en réussite, avec le « vieux » Pujol et la dernière perle camerounaise, Vincent Aboubakar, 18 ans, déjà international et auteur d'un triplé cette semaine en Coupe de la Ligue. Un garçon à suivre de très près.

Montpellier/PSG

A priori, la grosse rencontre du dimanche soir choisie par C+ laisse dubitatif. A y regarder de plus près pourtant, il peut effectivement y avoir un sacré beau duel. Montpellier, le buzz 2009-2010, évolue plus dans l'ombre cette saison, mais reste une formation redoutable. En plus, elle a enregistré cette semaine le retour de son valeureux capitaine Nenad Dzodic, absent depuis janvier. Quant à Paris, c'est une équipe assez séduisante depuis pas mal de temps, quoiqu'encore fragile (la défaite contre Auxerre le weekend dernier et les difficultés récurrentes de Sessègnon). Avant d'aborder une importante semaine (réception de Dortmund pour la qualif en Europa League puis du rival marseillais), Kombouaré et les siens auront certainement à cœur de se mettre dans les meilleures dispositions.

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Aucun commentaire sur cet article.
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
0 0