1. // Rétro
  2. // Ce jour-là
  3. // 26 août 1989

Chilavert vs Higuita : Un duel de locos

Éliminatoires sud-américains pour Il Mondiale. Groupe 2. Paraguay vs Colombie. Un 26 août 1989. Il ne reste qu'une poignée de secondes à jouer. Chilavert s'avance face à Higuita. Duel de locos à Asunción...

Modififié
42 13
Ne manquait que Sergio Leone à la réalisation. Le duel avait été précédé d'un tumulte. On jouait les arrêts de jeu d'un Paraguay-Colombie au moment où l'arbitre désigne le point de pénalty. Peine maximale en faveur des Guaranis. Le tableau d'affichage indique alors un score de parité et le shérif demande du renfort : devant les protestations des Colombiens, la police entre sur la pelouse pour intimider les Cafeteros. La surface finit par être dégagée. José Chilavert, aka « El Gordo » s'avance. En face, René Higuita, aka « El Indio » . Sur les périlleux terrains d'Amérique du Sud, le Paraguayen commence tout juste à se faire un nom, tandis que le Colombien vient d'imposer sa loi en Copa Libertadores, avec l'Atlético Nacional, au terme d'une épique séance de tirs au but (vs Olimpia).

C'est la première fois que les deux hommes se retrouvent face à face. Chilavert a traversé tout le terrain pour venir en découdre avec le patron. Le Paraguayen n'est pas un homme de bonnes manières. À San Lorenzo, il en est déjà venu aux mains avec des supporters, et a été grillé par la patrouille quand il se servait de la pelouse comme d'un urinoir. Higuita patiente, lui, flegmatique, tandis que quelques Pistoleros colombiens en viennent aux mains avec Chilavert. S'il veut en découdre avec El loco, le vrai surnom d'Higuita, le portier guarani doit la jouer limpio. Propre. Ils ne sont désormais plus que deux. Chilavert vs Higuita. Pour bénéficier d'un panorama plus dégagé, le Paraguayen exécute quelques pas en retrait.



Depuis ses débuts pro, El Loco, le vrai surnom de Chilavert, travaille la précision de son pied gauche au terme des séances d'entraînement. Il répète inlassablement ses gammes pour faire mouche le jour J. Son entraînement a débuté au Sportivo Luqeño, dans les faubourgs d'Asunción. Puis à San Lorenzo. Ce 26 août 1989, le moment est venu pour Chila d'exhiber l'ampleur de son talent. À 24 ans, la vie lui a mis assez de bâtons dans les roues pour s'avancer sereinement face à El loco, l'élément le plus charismatique de sa caste. Le portier guarani s'est fait les mains, qui ressemblent à présent à de véritables batteuses, en stoppant des pamplemousses trop verts, pieds nus, en compagnie de ses frères. Faute de balle réelle ... Pour voir la télé, il devait traverser tout un quartier. Aujourd'hui, toute l'Amérique du Sud le regarde. Lui, la toise de son mètre quatre-vingt-huit arrogant. Chilavert sait tout des exploits d'Higuita, de sa capacité à se jouer des plus fines gâchette d'Amérique latine, mais aussi à se muer en tueur à gage, le moment venu. Ses pénaltys, ses coups francs.

Coup franc d'Higuita vs River Palte :
Youtube

Chilavert s'élance dans la nuit d'Asunción. Après quelques pas du Paraguayen, Higuita fléchit les genoux, comme pour signifier qu'il entre enfin dans le duel. Son jeune rival mérite enfin son attention. Chila ne va abattre ses cartes qu'au dernier moment. Le Paraguayen finit par s'incliner pour le côté gauche de son rival. El Loco colombiano n'est pas parvenu à déchiffrer le jeu du Guarani, il titube, et finit par poser les genoux à terre, vaincu. Les 50 000 spectateurs du stade Defensores del Chaco explosent en même temps que Chilavert. Avec le Paraguay, El Loco inscrira neuf buts tout au long de sa faste carrière, près de cinquante en club. Au tableau de chasse d'Higuita, trente-six buts, dont trois en sélection.

Youtube


Par Marcelo Assaf, avec Thomas Goubin
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Un duel de colosses ça marche aussi.
"Le Paraguayen finit par s'incliner pour le côté gauche de son rival"

hein?
Merci les mecs. La trace laissée dans l'histoire par rené est indélébile. Il est le premier, le plus extravagant et le plus connu de cette lignée, à laquelle il faut ajouter Rogerio Ceni, et Jorge Campos. Higuita était capable du meilleur comme du pire, mais toujours dans un style flamboyant. C'est le genre de joueurs qui me manque le plus aujourd'hui. Une icône.
Puis Higuita nous offra une sortie mythique contre le Cameroun et Roger Milla au Mondiale, encore merci pour ce match entré dans la légende.
el santino Niveau : DHR
Higuita, le Kirk Hammett du Football ?
C'est ça que j'aurais voulu apprendre au cours d'histoire-géo.
C'est moi ou l'article est écrit d'une façon bizarre...
chilavert était vraiment un phénoméne,un monstre style armoire avec des bras.
les 2 ont laissé leur empreinte,higuita avec son style et le coup du scorpion(et aussi sa sortie foireuse face à milla en cdm c'est vrai)et chilavert donnait l'impression d'être un mur tellement il était imposant avec un pied gauche redoutable même sur coup franc,il avait d'ailleurs failli éliminer la france à lui seul en 8ème de la cdm 98 tant il semblait imbattable.
et la façon qu'il avait ramassé tous ses partenaires un par un éffondrés en pleurs à la fin du match ça reste un grand moment de cette cdm.
Message posté par samotraki
Merci les mecs. La trace laissée dans l'histoire par rené est indélébile. Il est le premier, le plus extravagant et le plus connu de cette lignée, à laquelle il faut ajouter Rogerio Ceni, et Jorge Campos. Higuita était capable du meilleur comme du pire, mais toujours dans un style flamboyant. C'est le genre de joueurs qui me manque le plus aujourd'hui. Une icône.


T aimes pas la nouvelle virilte @CR7 ou etre le pere de famille de demain facon Messi?
Près des cimes... Niveau : CFA2
Il paraît que quand Higuita tente une reprise de volée, René la taupe?...

Pardon, fallait que je la fasse.
Un des meilleurs gardiens au monde dans les années 90 Chilavert , peut etre meme le meilleur en 94 lorsque Velez Sarsfield fait le doublé en 94 , Champion d'Amérique du Sud et Champion du Monde des Clubs .

Par contre quand il est venu au Racing il ressemblait plus a la mascotte michelin physiquement que un gardien de foot qui se nourrissait comme un pro , a Strasbourg il a était récupérer griller , une façon comme une autre de se nourrir a Buenos Aires quand on accumule les asado .
francis_kuntz Niveau : Loisir
J'avoue que ça avait plus de gueule à l'époque en Amérique du sud avec ces Indiens gorgés de coke et aptes à dégainer à la moindre contrariété ! Aujourd'hui, on a des eunuques comme Messi, ou des damoiseaux efféminés comme Neymar...

Francis Kuntz, en direct du célèbre stade de rio, le Macarena
Message posté par popeye
"Le Paraguayen finit par s'incliner pour le côté gauche de son rival"

hein?


Google traduction
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
42 13