1. // Coupe du monde 2014
  2. // Match de préparation
  3. // France/Paraguay

Chilavert : « Barthez et Lama m'ont demandé mon maillot »

José Luis Chilavert n'oubliera jamais la 116e minute de France-Paraguay et la « lumière » venue de Laurent Blanc. Assis dans un vieux café de Buenos Aires, le fantasque portier de la sélection guarani passé par le Racing Club de Strasbourg se rappelle au bon souvenir de France 98.

Modififié
499 60
Pour beaucoup de Français, le nom de José Luis Chilavert évoque 116 minutes d'extrême tension, un chaud après-midi d'été 98…
Ce match a marqué un avant et un après dans l'histoire du football paraguayen. Notre sélection était concentrée à Clapiers, près de Montpellier. Les gens ne nous connaissaient pas, nous demandaient d'où on venait. Mais, petit à petit, ils se sont pris d'affection pour nous. Les gamins ont commencé à se peindre les couleurs du Paraguay sur le visage. À tel point que lorsque le huitième de finale est arrivé, les habitants nous supportaient… J'ai appris que par la suite, le maire a fait renommer une rue de Clapiers « rue du Paraguay » . C'est un énorme honneur. Avant 1998, les gens n'avaient jamais entendu parler du Paraguay… Notre fierté, c'est d'avoir démontré à notre pays et au reste du monde que lorsqu'une équipe est unie, tout devient possible. Il ne faut pas oublier que nous sommes tombés face à un « equipazo » (Ndlr : une grande équipe) comme on dit ici, avec les Zidane, Henry, Blanc… Ce match m'a appris qu'il ne faut pas dramatiser dans la vie. Quand Blanc a mis le but en or, on s'est retrouvés éliminés d'un coup. Je suis alors allé voir mes partenaires, étendus par terre, pour les relever un à un. Nous avons fait un grand match, nous nous sommes battus jusqu'au bout, nous n'avions pas de quoi avoir honte. Je leur ai dit que j'étais fier d'eux, car nous avions tout donné. La chance était du côté de la France. Ils me regardaient en se disant : « Il est fou, on est éliminés » . Moi, ce que je retiens, c'est qu'en 1998, puis en 2002, on s'est fait sortir par le vainqueur, puis par le finaliste (Ndlr : l'Allemagne, défaite 1-0). Depuis ce match contre la France, le Paraguay joue d'égal à égal avec l'Argentine et le Brésil. Nous avons changé de mentalité.

Youtube

Sur le coup, vous ne sembliez même pas abattu par ce but à quatre minutes de la fin…
Nous, les gardiens, nous avons quelques millièmes de seconde pour prendre une décision. C'est une de nos vertus. Lorsque le ballon arrive dans la surface, tu dois anticiper où il va retomber. On a une vision différente de celle des joueurs de champ. Je ne voulais pas qu'on donne cette image de nous, à terre. C'est pourquoi je suis immédiatement allé vers mes coéquipiers pour les relever. Contre l'Allemagne, quatre ans plus tard, on prend un but à deux minutes du coup de sifflet final…

Youtube

Après le but de Blanc, Barthez est venu vous parler. Vous vous souvenez de ce qu'il vous a dit ?
Fabien est venu me prendre dans les bras et me féliciter pour mon match. Il m'a demandé mon maillot. Bernard Lama est venu ensuite me le demander également. Ils sont venus dans notre vestiaire pour que je leur en donne un chacun. Ce sont deux immenses gardiens. Fabien est gaucher tout comme moi et il avait aussi du ballon. C'est l'un des meilleurs gardiens au monde. Bernard était un guépard, un lynx, très agile.

À part vous, la sélection paraguayenne n'avait pas vraiment de star…
Entre nous, nous parlions guarani (Ndlr : langue amérindienne de la région du Paraguay), pour que nos adversaires ne nous comprennent pas… Pour mettre les attaquants adverses hors-jeu, je criais « ñase ! » (Ndlr : « sortez !  » ). C'était comme si nous parlions en japonais… Nous avions un groupe très uni, avec des valeurs communes. Nous étions très fiers de perpétuer cette langue attachée à notre culture. Dans le monde moderne, beaucoup de gens oublient leurs racines. C'est mal. Au Paraguay, la culture guarani est encore très forte, surtout dans les villages de province. Les Paraguayens aiment t'inviter à manger chez eux, ce sont des gens généreux. Le footballeur d'élite, qui s'habille en costard et mange du caviar est très loin de tout ça. Moi, je n'échangerai pour rien au monde un bon repas avec des gens humbles.

« On finira tous dans une boîte »

Ce caractère « brut de décoffrage » , c'est votre plus grande force ?
Je suis quelqu'un de naturel. Ici par exemple (Ndlr : une brasserie du quartier de Parque Patricios, à Buenos Aires), on trouve le meilleur café de la ville. Les propriétaires sont devenus des amis au fil du temps. Tout le monde se connaît dans le quartier, c'est comme si on était à Paris dans un petit quartier typique. C'est important de ne pas perdre ce lien avec les gens qui vous entourent. Tu peux avoir beaucoup ou peu, mais quoi qu'il arrive quand Dieu te met sur sa liste, tu ne peux pas y échapper ! On finira tous dans une boîte.

Propos recueillis par Florent Torchut, à Buenos Aires
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

nononoway Niveau : CFA
Pffouah, le bon souvenir d'enfance !

Du talent et du caractère. Cocktail rare de nos jours.
Pascal Pierre Niveau : Loisir
Morale : Galérer contre le Paraguay pour mieux enfiler le Brésil.
Putain, 15 ans.
Un putain* de bon le garçon, tête sur les épaules, mentalité d'acier, ce qu'il manque peut-être à nos jeunes pousses françaises...
Marek Hamsik Niveau : National
Note : -3
Chilavert de rage à cause de cette défaite en CDM...
La punchline sur Bertin, ca c'est fait !
Merci pour cette interview So Foot.
prophetGMS Niveau : DHR
Quel moment ou` on était devant nos toutes petites TV sur lesquelles on ne voyait que la moitie du terrain a cause du soleil! Tout en sueur vu la chaleur et le stress devant un match a` élimination direct contre une équipe soit disant plus faible mais touchée par la grâce! Ce Chilavert m'a fait perdre ma voix, quelle classe ce mec.
Ah, ah, les journalistes sofoot. Quand c'est des DJ's moisis et des groupes rock hipster, ça tutoie en entretien, hein! Quand c'est Chilavert, on vousoie... Paie ton respect. ^^

Il était en surpoids monumental en arrivant à Strasbourg. Mais il accroche une Coupe de France avec un groupe tout pourri.

Sacré personnage!

Pourquoi est-ce que le nom d'IMG est toujours associé à des coups un peu louches?
Un joueur avec des coui*les !!
Mais sinon, son crachat sur les supporters, c'était une dédicace pour Bernard Lama?
Je sors ...
Message posté par prophetGMS
Quel moment ou` on était devant nos toutes petites TV sur lesquelles on ne voyait que la moitie du terrain a cause du soleil! Tout en sueur vu la chaleur et le stress devant un match a` élimination direct contre une équipe soit disant plus faible mais touchée par la grâce! Ce Chilavert m'a fait perdre ma voix, quelle classe ce mec.


Moi j'étais en voiture avec mon père, avec Europe 1 ou RMC je ne sais plus ... La folie quand Lolo marque le but en or !!!!
La classe ultime ce mec.
Et dans un Fifa d'il y a 3-4 ans, celui où il y avait les "Fifa-Flashbacks", parmi eux, on pouvait entendre: "Laurent Blanc! Laurent Blanc qui sauve la maison à 4 minutes de la fin de la prolongation! " Souvenirs, souvenirs...
Ah le fameux racing des pieds nikelés Patrick Proisy et Claude le Roy... Tout n'était que magouilles et coups tordus avec des transferts ahurissants à des coûts exorbitants (des africains chelous à la Joseph N'do, des coréens tout pourris à 30 millions de francs, des argentins de seconde zone comme Belloso, des danois en devenir -Per Pedersen!- qui ne deviendront jamais rien, des belges comme Kinet ou M'Goghi, des autrichiens hors de prix et hors de forme comme Mario Haas, etc...) avec évidemment à chaque fois des intermédiaires grassement payés et des joueurs qui disparaissent dans la nature 6 mois plus tard.
Comme par hasard jamais des français et comme par hasard le vieux Le Roy était souvent dans l'entourage du joueur et parfois même l'agent du joueur recruté avant de devenir son entraineur.
Bref, ces deux-là se sont fait un blé monumental sur le dos d'IMG et du racing et n'ont jamais été vraiment inquiété par la justice française... Alors quand j'entends parler de Claude le Roy comme d'un sorcier blanc, je me dis que c'est plutôt l'un des pires négriers. Puisses ces deux-là pourrir en enfer!
Dandyludique Niveau : DHR
Merci pour l'ITW SoFoot
Super interview, c'est pour des pages comme celle-ci qu'on vous aime SoFoot!
Dommage qu'elle ne soit pas agrémentée de quelques autre photos (d'archives et du café à Buenos Aires).
OuinOuinOuin Niveau : Ligue 1
Magnifique ITW. On en redemande.

Le passage sur Da Fonseca, c'est énorme. Et pour le coup, j'ai bien envie de le croire.
Note : 2
Un des meilleurs gardiens au monde lorsqu'il etait a Velez Sarsfield avec comme point culminant ce titre de Champion du Monde des Clubs contre le Milan AC en 94 !
Ensuite la décadence , une hygiène de vie exécrable , physiquement plus proche de la mascotte michelin que d'un gardien de but professionnel !
sans doute un gavage de délicieuse flammekueche ( tarte flambé ) accompagné de riesling .. tout un savoir vivre de tout bon gastronome Alsacien qui se respecte :)

( Repose en paix Racing Club de Strasbourg , mais le moins longtemps possible !! )
joljol, t'as tout juste. Avant Proisy, tout était encore possible à Strasbourg, quel bordel ils ont foutus tous ces nazes. Quand à Chilavert, c'était quand même une bonne blague, un mec complètement fou, et surtout deux lobs dans la face pour son premier match, heureusement qu'on gagne la CDF avec lui, c'est presque la moindre des choses.
"Les gamins ont commencé à se peindre les couleurs du Paraguay sur le visage."
quel imposteur hihihi... les couleur du paraguay? tu veux dire bleu blanc rouge?
Enorme !
Je me souviendrais toute ma vie de ce match et de ce personnage. A cette epoque je supportais la France vu que j'etais jeune - en France - et que l'Allemagne ne faisait pas du tout rever. Mais Chilavert, cela faisais deja plusieurs mois que j'en entendais parler et j'avais matte tout les matchs de poules du Paraguay. Quel gardien, je me souviens encore du coup franc de Djorkaeff alala !!! Je voulais que mes parents m'achete son maillot apres mais bon entre l'absence d'internet (pour moi) a cet epoque et le prix que ces premiers etaient pret a debourser pour un t shirt "#alacon" ...
Bref, ce mec a l'air tres solide et les passages sur certains des gouvernements de son continent est excellent :-)
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
499 60