En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 4 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Interview Mamadou Diallo

« Chez Valderrama, c'était soirées sans pantalon »


Agile et puissant, Mamadou Diallo a claqué plus de 20 buts pour le Sénégal, en 46 sélections. Un joli ratio qui ne lui a pourtant pas permis de participer à la Coupe du monde 2002... Qu'à cela ne tienne, « Big Mama » s'est consolé en brillant dans pas moins de seize clubs aux quatre coins du monde. Des pistes de ski norvégiennes aux soirées piscine de Valderrama à Miami, le buteur globe-trotter commente l'album photo.

Modififié
Salut Mamadou ! Ici à Dakar, tout le monde t'appelle « Big Mama » … Tu peux nous expliquer pourquoi ?


Oui, ça remonte à l'époque où je jouais à Tampa Bay, en MLS. On est allés au cinéma avec toute l'équipe, histoire de souder le groupe. Dans la file, j'étais le seul à vouloir regarder Big Mamma, le super film avec Eddie Murphy (avec Martin Lawrence en fait, ndlr). Comme j'étais assez puissant à l'époque, mes coéquipiers m'ont baptisé comme ça direct. Depuis, c'est resté, et ça ne s'arrange pas comme vous le voyez (il se tâte la bedaine, ndlr)…

Tranquille, c'est pas si facile la retraite….
Non, c'est pas facile de passer d'une vie à l'autre. Après la carrière, il faut savoir revenir à la réalité. Il y a plein de footballeurs qui galèrent. Moi, je n'étais pas doué pour les études, donc j'ai choisi très tôt d'investir dans l'immobilier. Aujourd'hui, grâce à mes locations, je touche chaque mois l'équivalent d'un bon salaire. Ça me permet d'aider l'équipe de mon quartier (Ouakam, un club de première division basé à Dakar, ndlr). J'apporte aux jeunes mon expérience, mon vécu, je leur montre comment avoir le bon comportement sur le terrain. En plus de ça, j'ai cette place de consultant à la télé sénégalaise, où je commente les matchs de la sélection. Ça fait du bien de pouvoir dire ce que je pense. Après tout, je l'ai bien mérité.



C'est vrai que tu as beaucoup voyagé grâce au foot ! Pas moins de douze pays, dont le Maroc, la Suisse, l'Allemagne, la Norvège, les États-Unis, l'Afrique du Sud, la Malaisie ou l'Arabie saoudite... Laquelle de ces expériences t'a le plus marqué ?
La Norvège. J'ai joué pour Lillestrøm SK pendant deux ans. C'est un pays où il fait froid, donc je ne pensais jamais voir un seul Africain là-bas. Dans les rues pourtant, je suis tombé sur des Sénégalais, des Gambiens, des Maliens. Tous, ils prenaient cher ! Moi aussi d'ailleurs (rires). Les quinze premiers jours, je n'arrivais même pas à sortir de chez moi, j'étais choqué... Quand tu vois de la glace givrer ta fenêtre, quand tu peux rester toute la journée sans voir le soleil, pour un Africain, c'est une autre vie ! C'est comme plonger dans l'obscurité quelqu'un qui a toujours connu la lumière. Il ne voit plus rien, il est perdu.



Tu t'es mis au ski un peu ?
J'ai essayé, mais ça ne passait pas vraiment (rires). Je me rappelle un stage de ski de fond avec l'équipe, l'ambiance était tendue à ce moment à cause des mauvais résultats. J'étais si nul que pendant trois jours, ils m'ont charrié. Ça a détendu tout le monde. À part ça, la Norvège, ça reste une très belle expérience, un pays que j'aime beaucoup. Les gens étaient très corrects, c'était un pays très calme. Tu es aimé là-bas quand tu fais bien ton boulot. 



Sans doute, mais l'équipe où tu as le mieux bossé, c'est à Tampa Bay, en MLS. Le club où tu as vraiment explosé, au début des années 2000..




C'est vrai que c'est là que j'ai prouvé mon talent. Dès ma première saison, j'ai marqué 28 buts et terminé meilleur buteur et MVP du championnat. C'est aussi là que j'ai rencontré Valderrama, le plus grand joueur avec qui j'ai jamais évolué.

Il était comment, Carlos ?


C'était un perfectionniste, il suffisait de voir comme il prenait soin de ses cheveux. Chaque semaine, il payait 100 dollars de coiffeur ! C'était un joueur énorme, qui me faisait des passes décisives tout le temps. Quelque part, c'est vraiment lui qui m'a poussé à devenir meilleur buteur, car il n'était jamais satisfait. Tu pouvais marquer sur sa première passe, claquer ton doublé sur sa deuxième, si tu ratais la troisième, il râlait quand même. Quand je manquais ma frappe, je ne me retournais même pas ! Je savais qu'il était déjà là dans mon dos à m'engueuler. C'est comme ça que j'ai appris toutes les insultes espagnoles. 



Vidéo

Entre beaux blonds, vous étiez amis quand même ?




Oui, c'est vrai qu'à l'époque, j'avais cette teinture blonde que m'avait inspiré Ibrahim Ba. Le foot, c'est du marketing, il faut faire ce qu'il faut pour sortir du lot ! (rires) Avec Carlos, on était très proches. Mais comme toutes les fortes amitiés dans le monde du foot, on a commencé par s'embrouiller sur le terrain ! À l'époque, les joueurs de l'équipe avaient tous peur de lui. Mais moi, je ne me couchais pas, je répondais quand il m'insultait. Cela ne lui plaisait pas trop : lors d'un match contre Miami, on est vraiment passés à deux doigts de se bagarrer. La semaine suivante, on ne s'est pas décroché un mot pendant des jours, alors qu'on partageait la même chambre. Le match suivant, il m'a offert une passe décisive. Quand j'ai marqué, instinctivement, on a couru l'un vers l'autre. Tout était oublié.



Tu as aussi connu Lothar Matthäus à cette époque ?




Ouais, avec Lothar, on n'a jamais joué dans la même équipe, mais j'ai quelques souvenirs de lui. On avait échangé nos numéros, on se voyait, mais aujourd'hui, on ne se parle plus. On s'est pris la tête pendant un match où j'ai blessé le gardien de son équipe, Mike Ammann. J'avoue, je lui avais cassé les cervicales... Lothar n'a pas apprécié. Il a refusé d'échanger son maillot avec moi à la fin du match.

Vidéo



Malgré les embrouilles, tu as l'air d'avoir beaucoup aimé les États-Unis...




Je ne sais pas pourquoi, mais j'aimais l'idée de vivre dans un pays aussi puissant. J'adorais habiter à Miami, tu trouvais des Colombiens, des Espagnols, des Américains, c'était cosmopolite et puis tu avais la chaleur, la plage, les piscines. C'est aussi là où j'ai fait les plus grosses soirées de ma vie. Là encore, Valderrama y était pour quelque chose. Chaque année, on fêtait son anniversaire dans sa villa, autour de sa piscine. Chez Carlos, on avait coutume de dire que c'était « soirées sans pantalon » , parce que tout le monde finissait à l'eau très vite. 



À l'inverse, l'Arabie saoudite, où tu as évolué en 2007, semble t'avoir laissé un souvenir moins réjouissant...




Je n'ai pas aimé vivre à Djeddah, d'abord parce que c'était difficile niveau foot. La pression sportive était proportionnelle au niveau du salaire, les dirigeants d'Al Ahli, le club où j'avais été recruté, étaient très exigeants. Mais malgré tout l'argent injecté, le championnat n'était pas très professionnel, le niveau pas vraiment motivant. En dehors des terrains, c'était pire, je me sentais comme en prison. Je devais tout calculer, je ne sortais pas beaucoup, je ne pouvais pas mettre tel ou tel short... Le racisme aussi était pesant. Mes amis refusaient de me traduire certaines phrases que j'entendais dans la rue, ils ne voulaient pas me briser le cœur. 



Outre cette pige en Arabie saoudite, l'autre moment difficile de ta carrière, c'est cette saison 2000. Alors que tu étais au top, tu n'es subitement plus appelé en sélection. Tu as beaucoup de regrets à ce sujet ?




Soyons honnêtes, j'ai fait une carrière extraordinaire. Jouer dans 12 pays différents, c'est pas donné à tout le monde. Avoir la chance de rencontrer des grands joueurs comme Lothar Matthäus, Carlos Valderrama ou encore Hristo Stoitchkov, c'était un rêve de gosse, donc je n'ai pas de regrets à ce niveau-là. Pour la sélection, c'est autre chose. Notre problème, en Afrique, c'est que les entraîneurs ont leurs chouchous. Bruno Metsu avait pour principe de base de sélectionner les joueurs qui étaient dans les championnats européens. Il a instauré cette règle que je n'ai jamais comprise. Moi, je pense que les bons joueurs sont partout. Il ne faut pas se fier au niveau du championnat, certains joueurs talentueux partent dans des clubs inconnus parce qu'on leur propose un meilleur salaire ! Le foot, c'est un business, il ne faut pas l'oublier. Quand j'ai vu que je n'étais plus sélectionné, j'ai tenté de réagir, je suis venu faire un essai à Metz. Ils voulaient me prendre, mais les clubs ne sont pas tombés d'accord... Pour vous dire à quel point ces histoires de championnat sont stupides, je me souviens qu'un titulaire en sélection, qui faisait des tests au même moment que moi, s'était fait recaler !



Quand le Sénégal a brillé à la Coupe du monde 2002, ça n'a pas dû être facile à vivre personnellement...




Honnêtement, c'était dur sur le moment, mais maintenant, je n'ai plus d'amertume. C'est vrai qu'il y a des gens plus connus que moi aujourd'hui dans le foot sénégalais grâce à cette Coupe du monde. En 2002, les joueurs ont eu de la chance. La Coupe du monde, tout le monde la regardait. Certains ont gagné la célébrité en trois matchs. Tant mieux pour eux. Mais je suis fier malgré tout d'avoir porté le maillot sénégalais.



Quels souvenirs gardes-tu des Lions ?


La première fois que j'ai été convoqué, en 1994, j'étais tellement honoré que j'ai passé deux jours sans dormir. Niveau bonheur, c'est comme si on venait de me donner 10 millions d'euros en cash ! À mes yeux, représenter mon pays au plus haut niveau, c'était la chose la plus importante. Les jeunes d'aujourd'hui, quand ils sont convoqués, je ne les vois pas se comporter de la même façon. Il faudrait qu'ils soient plus responsables, il n'ont pas toujours conscience qu'à travers ce maillot, ils représentent le peuple sénégalais.



Pourquoi le rapport à la sélection a-t-il changé d'une génération à l'autre ?




C'est un problème d'éducation. Le fait est que les jeunes partent de plus en plus tôt et ne connaissent pas les réalités du pays. Aujourd'hui, ils connaissent mieux l'Europe qu'ici. Je ne dis pas que c'est le cas de tout le monde, et c'est normal que les joueurs qui évoluent en Europe soient sélectionnés, ce sont les meilleurs joueurs. Mais nous, à l'époque, on jouait d'abord au Sénégal, on prouvait ici devant tout le monde avant de partir à l'étranger. Les joueurs de ma génération, on a grandi ici, on a galéré ici, on a été sélectionné en jouant encore au Sénégal. Comment comprendre l'importance du maillot des Lions si tu ne connais rien à ton pays ? C'est le problème du moment.



En tant que consultant officiel, comment juges-tu le niveau actuel de l'équipe ?




Je pense que beaucoup de choses restent à faire. Cela fait des années qu'on dit qu'on construit. Mais depuis huit ans, on n'a rien fait. Depuis l'extinction de la génération 2000, on galère même à accrocher un quart de finale à la CAN. C'est dire ! On pense qu'on a une grande équipe, mais ce n'est pas vrai, les grandes équipes, elles vont au moins en demi-finale. On a des bons joueurs, mais pas des grands joueurs. Est-ce que tu vois un joueur sénégalais évoluer au Real Madrid ou à Manchester United ? Non. Pour l'instant, le meilleur s'appelle Sadio Mané et il joue à Southampton. Donc le chemin reste long : nos joueurs ont des qualités, mais surtout une bonne marge de progression. Sur et en dehors du terrain.




Propos recueillis par Christophe Gleizes et Barthélémy Gaillard, à Dakar


Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


Hier à 17:26 David Neres claque un geste « à la Berbatov » 3
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
Hier à 13:07 Raiola balance sur le racisme dans le monde du foot 66 Hier à 08:44 Pronostic OM PSG : 500€ à gagner sur le Classico ! samedi 21 octobre Le président de la FA sous pression 7 samedi 21 octobre Course-poursuite entre un entraîneur et des supporters en colère 7 samedi 21 octobre Près de cinq mille agressions d’arbitres en France en 2016-2017 17 samedi 21 octobre 408€ à gagner avec PSG, Lazio & Fiorentina samedi 21 octobre Golden Boy : Mbappé et Dembélé finalistes 46 vendredi 20 octobre Le Récap "Ligue des champions" de la #SOFOOTLIGUE vendredi 20 octobre Un U17 suspendu trente ans pour avoir frappé un arbitre 51 vendredi 20 octobre Bastian Schweinsteiger : « Je suis ouvert à toutes propositions » 25 vendredi 20 octobre OFFRE SPÉCIALE : 10€ offerts sans dépôt pour parier chez Winamax !!! 10 vendredi 20 octobre Ils ont joué à Marseille ET au PSG (via Brut Sport) vendredi 20 octobre Luiz Felipe Scolari va quitter Guangzhou Evergrande 20 jeudi 19 octobre Le très joli but d'Olivier Giroud 37 jeudi 19 octobre Une sauce barbecue géante se frite avec les supporters adverses 27 jeudi 19 octobre Il parcourt 6 000 km pour son club sur Football Manager 30 mercredi 18 octobre Lyon-Duchère : Enzo Reale suspendu 7 matchs 11 mercredi 18 octobre Un club de D3 va construire une tribune debout grâce à un crowdfunding 8 mercredi 18 octobre La roulette insolente de JK Augustin 34 mercredi 18 octobre À Coventry, un fan descend sur la pelouse pour engueuler les joueurs 12 mardi 17 octobre 345€ à gagner avec PSG, Bayern & Juventus mardi 17 octobre 300€ offerts en CASH pour parier le cœur léger ! mardi 17 octobre Zebina condamné à deux ans de prison avec sursis 13 mardi 17 octobre Le fils de Giovinco ambiance les fans de Toronto 3 mardi 17 octobre Troisième commotion cérébrale en six mois pour Birnbaum 10 mardi 17 octobre Une chèvre s'invite sur un terrain de foot en Grèce 12 mardi 17 octobre Arbitre agressé et baston générale dans un match de U19 32 mardi 17 octobre Un maillot pour Halloween créé à Hawaï 6 lundi 16 octobre 216€ à gagner avec Dortmund, Man City - Naples & Real - Tottenham lundi 16 octobre Taarabt met fin à trois ans de disette 16 lundi 16 octobre C1/C3 : 100€ offerts pour miser chez BetStars ! 1 lundi 16 octobre Un joueur de Xanthi (Grèce) sanctionné à cause de la mousse 6 lundi 16 octobre Kaká a joué son dernier match à Orlando 12 lundi 16 octobre Un match retardé à cause des confettis 3 lundi 16 octobre Une équipe de D3 argentine déguisée en Lionel Messi 6 lundi 16 octobre Le missile de Guedes avec Valence 21 dimanche 15 octobre Alessandrini nommé pour le trophée du meilleur nouveau venu en MLS 14 dimanche 15 octobre Un match de foot suivi d'un match de rugby sur le même terrain 11 dimanche 15 octobre Pronostic Inter - Milan AC : 431€ à gagner sur le derby ! samedi 14 octobre L'incroyable raté de Mateta 5 samedi 14 octobre Martin Palermo est champion du monde ! (via Brut Sport) samedi 14 octobre Un club de migrants en Andalousie 4 vendredi 13 octobre Découvrez le mini-foot ! (via Brut Sport) vendredi 13 octobre Derby County clashe Nottingham avec un freestyle de rap 4 vendredi 13 octobre Billericay Town FC (D7 Anglaise) recrute deux SDF 4 vendredi 13 octobre À Brescia, les joueurs interrompent l'entraînement pour éviter un PV 1 jeudi 12 octobre Éric Cantona va chanter du Disney 28 jeudi 12 octobre Le Récap "Semaine Internationale" de la #SOFOOTLIGUE 1 jeudi 12 octobre Villarreal s’attaque aux pigeons 20 jeudi 12 octobre Une équipe éliminée sur tapis vert à cause de ses numéros de maillots 16 jeudi 12 octobre Une séance de tirs au but jouée trois semaines après la prolongation 5 mercredi 11 octobre Le Dynamo Dresde ressort son maillot anti-raciste 22 mercredi 11 octobre La voisine avait planqué 186 ballons 47 mercredi 11 octobre L'improbable dégagement en touche d'un remplaçant du Panama 12 mercredi 11 octobre Le feu d'artifice des supporters bosniens 3 mardi 10 octobre George Weah, président du Liberia ? (via Brut Sport) lundi 9 octobre Mondial 2018 : La folie dans les rues du Caire (via Brut Sport) lundi 9 octobre Ballon d'or : la liste des 30 nommés 84 lundi 9 octobre 245€ à gagner avec France-Bélarus & Lettonie-Andorre lundi 9 octobre Quand le pays de Galles foire sa photo d’avant-match 13 lundi 9 octobre Le caramel de quarante mètres d'une joueuse de l'OL 19 lundi 9 octobre Raté incroyable en D4 néerlandaise 6 lundi 9 octobre Ballon d’or : Kane et Lewandowski sont bien là 15 lundi 9 octobre Pronostic France Bélarus : 670€ à gagner sur le match des Bleus ! 1 lundi 9 octobre Ballon d’or : Suárez, Coutinho et Mertens y sont aussi 24 lundi 9 octobre Paraguay : match interrompu pour violences après huit minutes 3 lundi 9 octobre 12 matchs de suspension pour avoir critiqué le district de Moselle 8 dimanche 8 octobre 35 Hollandais font le déplacement pour voir un match de D6 anglaise 6 dimanche 8 octobre La FIFA veut reformer les trêves internationales 20 samedi 7 octobre Une blessure affreuse en Argentine 9 samedi 7 octobre U17 : des IRM pour contrôler l'âge des joueurs 13 samedi 7 octobre QPR a créé un groupe de supporters LGBT 117 vendredi 6 octobre Un nouveau rapport accable l'organisation du mondial au Qatar 42 vendredi 6 octobre Quand des supporters anglais marquent avec un avion en papier 8 jeudi 5 octobre 267€ à gagner avec Bulgarie-France, la Suisse & Iles Féroé-Lettonie jeudi 5 octobre 545€ à gagner sur Bulgarie France ! jeudi 5 octobre 190 Millions d'€ à gagner ce vendredi à l'Euro Millions !!! jeudi 5 octobre Mondial 2018 : la mise en place de la VAR remise en cause 6 mercredi 4 octobre Ivre, Alex Morgan se fait virer de Disney World 39 mercredi 4 octobre Le gardien prend un but gag, les supporters envahissent le terrain 6 mercredi 4 octobre Une équipe espagnole intégralement formée de Sud-Coréens 15 mardi 3 octobre Un triplé dont deux ciseaux en D2 Suisse 3 mardi 3 octobre Emmanuel Eboué fait taire la rumeur VIH 9 mardi 3 octobre Victime d’un malaise cardiaque, il prolonge son contrat 3 mardi 3 octobre Ribéry a payé le salaire de son frère à Bayonne 29 mardi 3 octobre Des fans en colère parce que leur équipe gagne 10 mardi 3 octobre La terrible faute sur Renato Civelli 2 lundi 2 octobre Rocket League dans la vraie vie (via Brut Sport) lundi 2 octobre Emmanuel Eboué atteint de graves problèmes sanguins 21 lundi 2 octobre Les funérailles du club de Modène organisées par ses supporters 12 lundi 2 octobre 190 Millions d'€ à gagner ce mardi à l'Euro Millions !!! 1 lundi 2 octobre Gignac collecte 241 000 euros pour une fillette atteinte d'une tumeur 4 dimanche 1er octobre Le tifo « Dikkenek » des ultras d'Anderlecht 32