Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options
  1. // Euro 2012
  2. // Groupe D
  3. // Ukraine/Suède (2-1)

Chevtchenko n'est pas mort

Grâce à un doublé de son capitaine, l'Ukraine remporte son premier match, dans cet Euro qu'elle co-organise, et prend la tête de ce groupe D. Une rencontre qui a surtout valu par son intensité et qui s'est résumée à un duel entre Chevtchenko et Ibrahimović.

Modififié
Ukraine - Suède : 2-1
Buts : Chevtchenko pour l'Ukraine. Ibrahimović pour la Suède

Il ne faut jamais se fier aux quinze premières minutes d'une rencontre. Sinon, qu'est-ce qu'on aurait pu dire ? Une Ukraine qui évoluait telle une caricature de sélection hôte, quand l'équipe du pays organisateur se laisse aspirer par l'enjeu et le devoir de bien figurer pour éviter le ridicule de la honte nationale, surtout quand vous avez un Viktor Yanukovitch, votre président, qui n'a pas l'habitude de rigoler, dans la tribune officielle : une sélection scolaire, appliquée, volontaire, engagée, prévisible mais sans talent.

Au bout de son 4-4-2 d'un autre âge, un Andrei Chevtchenko, ses 35 ans, son brassard de capitaine, dont on pensait que l'espérance de vie dans cet Euro n'allait pas dépasser les 60 minutes tant il paraissait hors du coup et largué. Lui aussi, un mec d'un autre âge. Et puis, une première occasion sur un une-deux avec Yarmolenko, une vraie révélation, à la 23e minute, pour se dire qu'on n'est pas encore totalement mort. Un mouvement qui va permettre à l'Ukraine d'oublier le contexte de ce match pour le jouer. D'autant qu'en face, les Suédois, eux aussi au taquet, mais sans grande imagination, se contentaient de compter sur Ibrahimović, en position de neuf et demi, pour se créer des occasions, comme à la 39e minute, quand il place une tête d'un centre de la droite sur le poteau gauche de Pyatov. Sauf que la Suède a cru que ce que serait suffisant pour remporter cette deuxième rencontre du groupe D, puisque à la 52e minute, Zlatan récupérait un centre de Kallström, très bon ce soir, suite à un mauvais dégagement de la défense ukrainienne, du bout du pied pour ouvrir le score et donner l'avantage à sa sélection.

Sauf que Cheva ne pouvait pas mourir comme ça, perdre son duel personnel avec celui qui avait déclaré, la veille, que « l'Ukraine n'(avait) aucun joueur clef » . Et trois minutes plus tard, il trouvait le moyen d'être à la réception d'un centre de Yarmolenko pour égaliser d'une tête piquée au milieu de sept défenseurs suédois. Cinq minutes plus tard, il s'offrait même un doublé, de la même manière, à l'instinct et au métier, en plaçant une tête au premier poteau suite à une corner de Konoplianka, lui aussi très bon ce soir à Kiev. La suite se résumera à ce duel entre l'ex et l'actuel buteur du Milan AC. À la 76e minute, Zlatan sollicite un une-deux avec Källström, mais sa reprise est repoussée par Pyatov. 80e minute, Cheva s'offre une sortie rêvée. Elmander, l'ex-Toulousain, est entré. Deux minutes avant la fin du match, le joueur de Galatasaray s'offre l'occasion d'égaliser, suite à un double une-deux avec Zlatan, mais son tir frôle la transversale. Au coup de sifflet final, l'Ukraine fête cette première victoire comme si elle avait remporté son Euro. C'est déjà ça de gagné.

Par Joachim Barbier
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Hier à 15:57 Quand Bryan Mélisse plante ses pieds dans un adversaire 20
Partenaires
MAILLOTS FOOT VINTAGE Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom Podcast Football Recall Tsugi Un autre t-shirt de foot est possible
À lire ensuite
L'outsider russe