Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // GR.E
  3. // Chelsea/FC Valence

Chelsea, une peur bleue

C’est un Chelsea convalescent qui joue son avenir européen contre un Valence en grande forme. Pour la première fois depuis 8 ans, l’élimination au terme de la phase de poule est une option envisageable.

Modififié
Les Blues n’avaient plus connu telle pression depuis décembre 2008. A cette époque, après un départ canon en Premier League, le Chelsea de Scolari avait connu une étrange période de creux, Liverpool ayant commencé par mettre un terme à l’impressionnante série d’invincibilité à Stamford Bridge fin octobre (4 ans et 8 mois sans défaite at home) et Arsenal faisant de même un mois plus tard. Même Burnley en Carling Cup s’était payé les Blues entre temps. En Champions League, Chelsea avait même dû pour la première fois attendre la dernière journée de la phase de poules pour obtenir sa qualification en huitièmes, en disposant très difficilement du petit Cluj (2-1).

Trois ans plus tard, Chelsea semble traverser la même période de turbulences tant en championnat - malgré une large victoire en trompe-l’œil sur le terrain de Newcastle (3-0) - qu’en C1. Les signaux semblent même être un peu plus alarmants. A chaque fois battus dans les grands rendez-vous (défaite à Old Trafford, défaites à domicile contre Arsenal et Liverpool , défaite à Leverkusen sans parler de l’élimination en League Cup contre les Reds, toujours à Stamford Bridge), les Londoniens vont jouer leur qualification européenne, leur crédibilité européenne et leur budget aussi contre un adversaire bien plus dangereux que ne l’était l’équipe roumaine, Valence. L’enjeu est simple, symbolique même. Largement critiqué outre-Manche, Villas-Boas, en cas de défaite, serait le premier entraîneur de Chelsea à manquer les rendez-vous de C1 en février. Une option qui ferait vraiment mauvais genre pour un type débauché 15 millions d’euros à Porto cet été.


Dans le jeu, la sauce collective n’a pour l’instant pas pris. Défensivement - leur force de ces dernières années - les Blues sont méconnaissables. John Terry est à la traîne et le très cher David Luiz, qui faisait un temps illusion par ses buts et ses bouclettes, a sans doute oublié la case « remise en question » . Devant, Villas-Boas, qui a perdu un temps précieux en confiant - et à 60 millions de patates le joueur c’est compréhensible - les clés offensives à Torres, peut aujourd’hui se targuer d’avoir réussi à trouver un trio sexy. Drogba, le seul cadre à assumer son statut, se régale en appui des jambes de feu de Sturridge et des fulgurances techniques de Mata, aka « Johnny Kills » dans le vestiaire. Au milieu de tout ça, Ramires donne tout et mieux que l’année dernière mais se retrouve un peu seul, lâché par un Lampard de plus en plus inquiétant (et clairement fâché après son remplacement à Newcastle), ou plus récemment par Obi Mikel, sacrifié au profit de Romeu, après une terrible erreur contre Liverpool. Avec une défense aux abois, un milieu inégal et une attaque convaincante, la mue offensive opérée par Villas-Boas a pour l’instant accouché d’une équipe coupée en deux, plutôt fâchée avec ses vieux (les lofteurs Anelka et Alex sont dans les starting-blocks pour un départ au mercato d’hiver), et moins rigoureuse derrière que devant. Il faudra pourtant trouver un remède provisoire ce soir. Car deux uniques solutions offriraient la qualification aux Blues (et l’élimination de Valence) : une victoire ou un 0-0, un score sur lequel il semble bien difficile de parier aujourd’hui.

Par Ronan Boscher
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



il y a 7 heures Paulo Bento débarqué de son club chinois 5
il y a 8 heures Le nouveau coup d'éclat de René Higuita 9
Partenaires
Olive & Tom Tsugi Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Podcast Football Recall MAILLOTS FOOT VINTAGE Un autre t-shirt de foot est possible