1. //
  2. // 14ème journée

Chelsea soigne ses Bleus

Loin d’être impérial à Newcastle, Chelsea peut dire merci à la défense très lâche des Magpies et aux montants de Cech (3-0). Opposé à Norwich, City a de son côté déroulé sans broncher (5-1). Toujours bon à prendre en vue du duel à distance.

Modififié
0 5
Newcastle / Chelsea : 0-3
Buteurs : Drogba (39’), Kalou (89’) et Sturridge (92’) pour les Blues

Sans un Sturridge, un Mata et l’instinct de Drogba, Chelsea ne serait pas sorti vivant du Sports Direct Arena (du nom de la boîte du patron Mike Ashley, saleté de naming). Les Blues ont surtout profité des contres-attaques et des trous béants laissés par une étrange et sans doute surestimée meilleure défense de Premier League, certainement dépendante des interventions de pompier du capitaine Coloccini et de son bon lieutenant, le gardien Tim Krul. Le portier hollandais a longtemps permis aux siens de rester dans le coup, écoeurant dans les un-contre-un face à un Sturridge qui faisait de Ryan Taylor sa chose et faisant l'albatros sur le pénalty manqué de Lampard au quart d’heure de jeu. Newcastle a pourtant la fausse impression de contrôler la partie, cadenassant l’entrejeu par la doublette Cabaye-Guthrie, percutant avec Ben Arfa, et menaçant le fébrile axe central Terry-Luiz, le Brésilien étant tout heureux de ne pas récolter un rouge dès la 4ème minute. Mais, pour être honnête peu de situations atteignent les gants du grand Petr. Seul Demba Ba assure, calant un coup de talon aérien claqué par le Tchèque ou touchant le poteau sur une tête. Les Magpies sont à la merci de chaque fulgurance de Mata, royal sur un grand pont avant de servir Drogba. L’Espagnol remet le couvert peu de temps après pour déposer une nouvelle galette sur l’Ivoirien, enfin délesté de Coloccini (sorti sur blessure et remplacé par Perch), qui ouvre le score. Didier la Grande Classe.

En deuxième période, Pardew garde Ben Arfa près de lui pour mettre plus de présence dans la surface, en lançant Shola Ameobi et les maigres jambes du frérot Sami. Newcastle a une nouvelle fois la mainmise sur le jeu, écarte au maximum via les transversales impeccables de Cabaye, mais sur les côtés, Obertan, en particulier, peu de duels sont remportés et les centres ne trouvent pas preneurs. Alors Drogba aide un peu, écrasant sur corner une tête sur sa propre transversale. L’action devient folle, Sturridge est déjà en footing dans les 40 mètres des Magpies, et pour une fois, la tête levée, offre à Ramires un énième face-à-face contre Krul, encore impérial. Les Ameobi s’y mettent aussi. A 25 mètres, Shola lance ses compas aux 25 mètres, tente les frappes mais la transversale s’en mêle. Le cadet Sami voit quant à lui une volée sauvée sur la ligne par Terry. Sans réussite, les joueurs de Pardew ne marqueront pas aujourd’hui. Chelsea, en revanche, déjà content de l’hospitalité de la défense locale en première période, a encore plus de place pour définitivement creuser le trou des Magpies, même si Krul retarde une nouvelle fois l’échéance. Il s’inclinera en fin de rencontre sur une frappe de Kalou et s’avouera enfin battu sur une 50ème frappe de Sturridge, un homme visiblement têtu. Le score de 3-0 est sévère au regard de la relative domination de Newcastle, pas au regard des occasions. Chelsea paraît étrangement toujours aussi fébrile, Lampard et David Luiz en tête, mais possède au moins une force de frappe offensive très talentueuse, même si peu tueuse. Cela lui aurait rendu le match plus simple bien plus tôt.

Manchester City / Norwich : 5-1
Buteurs : Agüero (31’), Nasri (50’), Y. Touré (68’), Balotelli (88’) et A. Johnson (92’) pour les Citizens. Morison (80’) pour les Canaries

Match maîtrisé de bout en bout pour City même si Kolo Touré a connu un début de match aux jambes tremblantes (une remise en retrait ratée, une protection de balle qui part en touche et un télescopage avec Clichy, qui laisse filer Morison et sa conduite de balle de nase vers le but, sans dégât). Comme un match de handball, les Citizens ont tourné autour du mur défensif à la fissure facile de Norwich. Suffisait d’être patient. Silva et Nasri, eux, se baladent entre les lignes, laissant la craie à gauche à Clichy et à droite à Richards, pas franchement emmerdés défensivement par leur vis-à-vis. City étouffe chaque relance adverse, récupère haut, et Nasri peut lancer Richards, encore en mission débordement. Agüero, au milieu d’une forêt de jambes, fait son passe-partout, régale un crochet et finit par un pointu de fouine. La question est désormais combien les Canaries vont-ils en prendre ? D’entrée de seconde période, Ruddy apporte un premier élément de réponse, sortant une intervention-boulette sur un coup-franc involontairement direct de Nasri. Ça ne sent pas bon. Ça sent la toile, surtout que les Canaries souffrent physiquement. Touré cale un troisième cageot, Mancini fait sortir Agüero et Nasri pour Balotelli et A. Johnson. L’ailier anglais, comme lors de chacune de ses entrées, se fait remarquer, déposant un caviar à Mario à cinq mètres des cages (but de la poitrine, toujours ce regard noir) avant d’ajuster d’une frappe de poussin dans le petit filet le pauvre Ruddy. Facile, tranquille malgré une clean sheet encore ratée, City peut se tourner vers le match le plus difficile de sa première moitié de saison, contre le Bayern.

Wigan / Arsenal : 0-4
Buteurs : Arteta (28’), Vermaelen (29’), Gervinho (61’), Van Persie (78’) pour les Gunners.
Du très bon Arsenal face à un très faible Wigan, notamment son portier, d’habitude pas si vilain que ça, sur l’ouverture du score d’Arteta et la tête de Vermaelen. Jamais inquiétés, les Gunners se sont passés la chique à faire tourner les Latics en bourrique. Le troisième but de Gervinho vient d’ailleurs sanctionner une action collective, une action de conservation à 33 passes. Arsenal, 5ème, est maintenant devant Newcastle, au goal-average.

Tottenham / Bolton : 3-0
Buteurs : Bale (7’), Lennon (50’) et Defoe (61’) pour les Spurs
Onzième match sans défaite pour la bande de Redknapp. Record du club. Bien aidés il est vrai par une décision stupide de l’arbitre (expulsion de Cahill à la 17’), les Spurs ont joué facile et Bale a pu rendre son hommage à son ancien sélectionneur Gary Speed. Côté Bolton, Jaaskelainen, habituellement mauvais, a sorti le match de sa vie permettant on ne sait comment à maintenir ses Vagabonds sur la bonne route à la mi-temps. Seulement, compter sur le seul Jaaskelainen est loin d’être suffisant face à ces Spurs en pleine bourre.

QPR / West Bromwich : 1-1
Buteurs : Helguson (20') pour les Rangers. Long (81’) pour les Baggies
Comment les rockeurs ont pu sortir de cette rencontre sans les trois points ? Avec un Joey Barton des grands jours, de retour de suspension, et un Wright-Phillips de feu sur son aile droite, QPR a enfilé les occasions, n’en convertissant malheureusement pour eux qu’une seule, grâce à Helguson, qui du haut de ses 34 ans, plante depuis les quatre dernières rencontres. Mais à force de vouloir pousser absolument pour se mettre à l’abri, les Rangers se sont découverts et laissent filer Odemwingie dont le centre nickel touche le striker maison, l’inévitable Shane Long, un sacré renard.

Blackburn / Swansea : 4-2
Buteurs : Yakubu (20’, 45+2’, 57’, 82’ sp) pour les Rovers. Lita (35’) et Moore (66’) pour les Swans
Voilà, quadruplé du gros Yakubu, sa dixième prune en douze apparitions. L’addition est sévère pour les Swans, qui ont toujours cherché à jouer, revenus à 3-2 à l’heure de jeu, mais toujours aussi friables derrière. Blackburn tient en tout cas sa première victoire en PL depuis le 17 octobre contre Arsenal. Cela ne suffit pas encore aux fans des Rovers qui se sont encore farcis le coach Steve Kean, après le quatrième but : « Levez-vous si vous voulez voir Kean viré » .

Aston Villa / Man United : 0-1
Buteur : Jones (20’) pour les Red Devils
Manchester aurait dû plier des Villans très médiocres aujourd’hui. Même Emile Heskey a joué sa chèvre à 3 mètres des cages, en faisant une Darcheville dans les tribunes. Les Mancuniens étaient au petit trot pendant toute la rencontre, arrivant pourtant à prendre de vitesse une équipe de Villa apathique. Deux mauvaises nouvelles pour Sir Alex : la meilleure des mauvaises, c’est que Lindegaard, qui avait l’occasion de montrer ce qu’il avait dans le ventre, s’est ennuyé sec. Ce match ne lui a pas servi à grand chose, si ce n’est gagner une prime de match et quelques minutes supplémentaires. La vraie mauvaise nouvelle, c’est la blessure de Javier Hernandez, touché à la cheville et sorti en première période. Une bonne nouvelle cependant pour le coach écossais : Phil Jones en milieu de terrain, impeccable et buteur, c’est bien plus qu’une solution de dépanne.


Par Ronan Boscher
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

monsieur Boscher a du prendre le compime du soir pendant la journee. David Luiz est bresilien, et non portugais
clemölösö Niveau : DHR
pourquoi parler de saleté de naming si c'est pour s'y conformer? Ils n'ont pas déménagé, continuons donc de parler de St James Park. A moins que vous touchiez une commission, je ne comprends pas pourquoi les media et par suite amateurs de foot ne conservent pas les vrais noms. Et si c'était tout simplement ça la solution?
+5 clemoloso

auletta, tu deviens ridicule
obertan est une arnaque, c'est dingue qu'il joue encore à haut niveau
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
0 5