Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options

Chelsea se paye une Villas

33 ans. L'âge du Christ paraît-il. C'est aussi l'âge d'André Villas-Boas, virtuose du banc de touche, qui s'est engagé aujourd'hui avec Chelsea, pour y suivre les pas de son mentor José Mourinho. Entraîneur à la mode, début d'un règne sans partage sur l'Europe du football, les spéculations vont bon train mais la réalité sera celle du terrain. Après celle du chéquier.

Modififié
C'est devenu une habitude. Ce que Roman Abramovitch veut, Roman Abramovitch l'a. En quête perpétuelle de la gloire passée, le milliardaire russe, qui se cherchait un virtuose du banc de touche, a fait d'André Villas-Boas sa priorité, son élu. Entre la pilule bleue et la pilule rouge, le “Special Two” a vite fait son choix. Néo a appris ce qu'était la matrice, le “Special Two” va découvrir le métier d'entraîneur à très, très haut niveau.

André 2000, dans l'ombre du Mou

Comme toute histoire d'amour qui se respecte, celle qui lie aujourd'hui l'ancien coach de Porto et le Chelsea FC a un passé. Pas le genre de passif sur lequel on veut tirer un trait, comme pour oublier le souvenir douloureux d'une ex-conquête, mais plutôt le genre d'aventure étrange sur le mode du donnant-donnant, où le jeune Villas-Boas, alors âgé de 27 ans, a appris consciencieusement le métier de manager sous la tutelle de José Mourinho. La comparaison entre les deux entraîneurs portugais est aussi facile qu'inévitable. Le sobriquet de “Special Two” n'est pas le seul cadeau auquel l'héritier de l'actuel entraîneur du Real Madrid a eu droit. Charisme, bonne gueule, relation fusionnelle avec les joueurs et culture de la gagne, autant de caractéristiques estampillés « Mou » , que Villas-Boas assume sans jamais les revendiquer. Comme tout disciple, s'il ne renie jamais l'influence qu'à eu Mourinho dans son apprentissage précoce du métier, il souligne toujours avec humilité et confiance qu'il souhaitait sortir des sentiers battus et de l'ombre du boss. Pourtant, mardi dernier en rendant sa démission au président du FC Porto avec pour idée derrière la tête de s'engager avec les Blues, l'élève a épousé la trajectoire du maître.

Des Îles Vierges à Chelsea

Roman Abramovitch ne fait que rarement dans l'original. Quand il fait des pieds et des mains pour accueillir un joueur ou un entraîneur, c'est que celui-ci, peu importe sa valeur, est bankable. Si la stratégie du Russe est devenue discutable et discutée après le flop Fernando Torres, gageons qu'aucun supporter des Blues ne bronchera après l'arrivée de celui qui a fait du FC Porto une équipe invincible cette année. Un triplé Coupe du Portugal, Europa League, championnat, un bilan de 49 victoires en 58 matches et surtout une culture de la gagne. Une seule saison sur le banc de Porto a suffi à faire de Villas-Boas l'entraîneur le plus cher de l'histoire. Sa clause libératoire avoisine les 15 millions d'euros, soit sept de plus que José Mourinho. Une somme astronomique pour un entraîneur de 33 ans qui ne vole de ses propres ailes que depuis la saison 2009 (malgré une courte expérience à la tête des Îles Vierges britanniques en 2000-2001). L'ascension est fulgurante et les sceptiques aussi nombreux que les interrogations.

Falcao et Hulk dans la valise ?


Au vu du calvaire qu'a été le début de saison d'un entraîneur expérimenté comme Carlo Ancelotti, l'ultime palier de l'apprentissage d'André Villas-Boas s'annonce comme le plus difficile. Bon communiquant et familier de la culture footballistico-médiatique anglaise, le technicien se sait attendu. Il sait également que chez les Blues plus qu'ailleurs, les ego sont nombreux. S'il n'est pas encore fixé sur l'avenir de certains joueurs (Drogba, Essien...) il sait que ses capacités de gestion de groupe seront mises à rude épreuve. André a toutefois plus d'un tour dans son sac. Bien décidé à poursuivre sa spirale de victoires et à justifier la confiance que Roman Abramovitch a placée en lui, le plus jeune entraîneur vainqueur d'une Coupe d'Europe pourrait débarquer avec quelques surprises. Falcao et Hulk, pour ne citer qu'eux, étant déjà annoncés à Stamford Bridge. Le Real Madrid de maître Mourinho n'a qu'à bien se tenir.

Swann Borsellino

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Partenaires
MAILLOTS FOOT VINTAGE Olive & Tom Un autre t-shirt de foot est possible Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Tsugi Podcast Football Recall
jeudi 19 juillet Quand Bryan Mélisse plante ses pieds dans un adversaire 25