Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 3 Résultats Classements Options

Chelsea s'incline, Southampton régale

Un peu de ventre mou, un peu de matchs aux doux parfums de Championship, mais surtout un non-match total de Chelsea. Cette 32e journée de Premier League risque d’influer grandement sur la suite d’une saison bien indécise à tous les étages.

Modififié
Quand Torres fait du Torres

Torres qui gâche lamentablement une action de but en tentant un vilain lob d’une autre époque. L’action se produit à la 87e minute du match, ne résume pas forcément le déroulement d’une partie globalement dominée par Crystal Palace, mais est symptomatique du nouveau coup au moral pris par l’Espagnol dans sa lutte avec Samuel Eto’o. Avec Torres, les absents n’ont pas toujours tort, et ça, Mourinho s’en serait bien passé. Mais tout n’est bien entendu pas de la faute de l’ancien buteur de Liverpool. Une heure et demie plus tôt, tout avait déjà bien mal commencé. Une touche longue à la Rory Delap signée Ivanović, un attentat de Bolasie sur David Luiz, il fallait chercher pour trouver de quoi s’enthousiasmer en début de match. La meilleure preuve, c’est qu’il faut attendre un débordement suivi d’un bon centre d’Azpilicueta pour s’émoustiller quelque peu. Pas franchement le début des hostilités pour autant. Peut-être parce que Paris mercredi, peut-être parce que Torres en pointe, peut-être parce que Chelsea ne séduit jamais à l’extérieur, peut-être parce que le soleil. Les raisons du non-match de Chelsea sont sans doute multiples, mais pas pour autant rassurantes. Toujours est-il que comme souvent cette saison, Chelsea a attendu d’être contraint et forcé à s’activer pour s’y mettre vraiment. Sans doute que John Terry le savait au moment de détourner malencontreusement et dans son propre but un ballon qui allait offrir à Crystal Palace une minute de bonheur et 35 autres de fausses souffrances. Car oui, Hazard a tenté de loin puis de près, mais jamais Chelsea n’a réellement semblé en mesure de revenir. Les plus belles occasions de la fin de match sont donc logiquement à mettre au profit des hommes de Tony Pulis. Jerome, O’Keefe, Puncheon, les avants de Crystal Palace auraient pu tuer tout suspense plus tôt, mais avaient sans doute envie de voir Fernando Torres se ridiculiser jusqu’au bout. Les Eagles n’ont rien volé, mais Chelsea a peut-être perdu le titre cet après-midi.

Tranquillement à base de tranquilade

Quand Southampton a du mal à trouver l’ouverture ces derniers temps, la solution est souvent la même et répond au doux nom de Jay Rodriguez. Juste avant la mi-temps, l’international anglais est une nouvelle fois fidèle au poste pour donner une avance méritée aux Saints. Un quatrième but, le cinquième suivra, ses treizièmes et quatorzièmes de la saison, Jay est un ouvre-boîte utile. Le genre de mec avec lequel on va à la guerre ou au Mondial, c’est selon. Jay Rodriguez, Rickie Lambert ou Adam Lallana, Roy Hodgson devra faire un choix que Mauricio Pochetinno peut se réjouir de n’avoir pas effectué ce jour. Au retour des vestiaires, le deuxième plante aussi sa rose avant que Lallana n’en fasse autant. Pas franchement inspirés, les Magpies de Newcastle - qui pouvaient compter sur le retour dans l’équipe type d’Hatem Ben Arfa - n’ont jamais réussi à réellement bousculer leur adversaire du jour qui leur passe donc logiquement devant au classement. Bien plus au nord, du côté de Stoke City exactement, il aura fallu attendre un cadeau d’Elmohamady et l’opportunisme d’Odemwingie pour voir enfin quelque chose au Britannia Stadium. Comme souvent, ce n’est évidemment pas à Stoke qu’il fallait être pour voir du beau football. Comme parfois, la bande à Peter Crouch repart avec trois points et la satisfaction d’une fin de saison en toute tranquillité.


Ça sent la peur

On pensait que voir Morgan Amalfitano se transformer en Wayne Rooney allait être suffisant pour faciliter le travail de WBA cet après-midi. Après deux minutes, l’ancien Lorientais régalait déjà l’assistance et lançait dix minutes de feu. Et quand WBA accepte de se lâcher, on vibre presque à Hawthorns. Confirmation à la 9e quand Dorrans pense tirer le rideau sur une partie qui n’aurait jamais dû basculer (2-0). Plus fort, WBA est en démonstration et est parti pour s’offrir une fin de saison presque tranquille. Oui, mais un match de fin de saison entre deux sérieux prétendants à la descente, c’est surtout un match dédié aux amoureux de sensations fortes. Et si WBA a par moment offert un spectacle digne de ses élans offensifs de l’an dernier, les hommes de Pepe Mel ont aussi connu des moments vus et revus cette saison. Ou quand le laxisme prend le dessus sur le réalisme, c’est bien souvent le même scénario. But de Mutch avant le repos, et égalisation de Caulker à dix minutes du terme (2-2). On se dirige vers un nul qui n’arrange personne quand Thievy pense faire exploser une ultime fois Hawthorns à la 94e (3-2). Faux, 120 secondes plus tard, le Norvégien Møller Dæhl vient sérieusement calmer tout le monde. WBA ne connaîtra pas cette saison le luxe d’un maintien avancé (3-3). Tout l’inverse de Swansea. Malmenés, mais jamais menés, les Gallois pourront dire merci à la finesse de Jonathan de Guzmán. En huit minutes, le Hollandais mettra fin aux velléités offensives de Norwich grâce à un doublé plein de sang-froid. La seconde période sera seulement l’occasion pour Routledge d’enfoncer encore un petit peu le clou. Swansea qui gagne en plantant trois, sans un but de Wilfried Bony, il est peut-être là l’événement majeur de cette 32e journée de Premier League ?

Par Martin Grimberghs
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Hier à 21:36 Le CSC malheureux d'Etebo 1 Hier à 19:20 Poulsen ouvre le score pour le Danemark 3
Hier à 18:47 Le penalty dégoûtant de Cueva 10 Hier à 16:24 Messi rate son penalty ! 17 Hier à 15:34 Finnbogason relance l'Islande ! 3 Hier à 15:22 Le premier but en Coupe du monde d'Agüero Hier à 15:15 Van Marwijk : « On méritait le nul » 14
Partenaires
Tsugi Olive & Tom MAILLOTS FOOT VINTAGE Podcast Football Recall Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur
Hier à 13:38 Pogba délivre les Bleus 8 Hier à 13:28 La main de Samuel Umtiti et le penalty de Jedinak 4 Hier à 13:12 L'ouverture du score de Griezmann grâce à la VAR 1 Hier à 11:46 Le rap de Benjamin Pavard (via Facebook SO FOOT) Podcast Football Recall Épisode 25 : Les Bleus vus d'Australie, Espagne-Portugal et le Danois daltonien vendredi 15 juin Le but libérateur de Giménez 2 vendredi 15 juin Un couple de Français gays brutalisé en Russie 126 vendredi 15 juin Da Fonseca s'ambiance avec des supporters argentins 6 vendredi 15 juin La réponse de la France à la vidéo du Pérou 49 vendredi 15 juin La chanson de Benzema et Rabiot (via Facebook SO FOOT) vendredi 15 juin Bielsa à Leeds, c'est officiel ! 64 Podcast Football Recall Épisode 24 : les Bleus à Kazan, Mo Salah et le bide saoudien