Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 0 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Ce qu'il faut retenir de la 20e journée

Chelsea revit, Leicester à l’arrêt et Arsenal en leader

La première victoire de Chelsea sauce Hiddink, le nouveau bijou de Delle Alli, mais aussi celui de Wayne Rooney. Les colères de Jürgen Klopp et Ronald Koeman, le retour de Dimitri Payet. Voila ce qu’il faut retenir de cette vingtième journée de Premier League.

L’équipe de la journée : Chelsea


Il ne manquait donc pas grand-chose pour retrouver le vrai Chelsea. Celui qui ne prend pas de but et qui en marque, beaucoup. Une grosse cuillère de solidité et un zeste d’efficacité, voilà la recette. Face à un petit Crystal Palace, Chelsea s’est offert un match référence, la première victoire du cycle Guus Hiddink. Invaincus depuis quatre rencontres et désormais à bonne distance du premier relégable, Newcastle, les Blues ont stoppé l’hémorragie de la première partie de saison. À tel point que l’entraîneur batave se prend à rêver d’une place en Ligue des champions en mai prochain. D’autant que Chelsea a retrouvé ses deux principaux artisans du titre de l’an dernier : Cesc Fàbregas et Diego Costa. Le premier a rayonné au cœur du jeu, le second s’est démené à la pointe de l’attaque, auteur d’une passe décisive pour Oscar et du dernier but de son équipe. Seule fausse note, la blessure d’Eden Hazard qui vit franchement une saison de merde.

Le joueur de la journée : Wayne Rooney


« Regardez, je vis encore » semblait-il dire, le sourire aux lèvres. On joue la 77e minute d’un Manchester United-Swansea ronronnant lorsqu’Anthony Martial et Wayne Rooney sortent Old Trafford de la sieste. Le Français enrhume la défense des Swans avant de servir sur un plateau son aîné. Et là, le coup de génie. Le genre de gestes auxquels il nous avait habitués, mais qui se font de plus en plus rares. Une Madjer délicatement effectuée, qui termine tranquillement sa course au fond des filets. Et qui permet surtout à Louis van Gaal de sauver sa tête après huit matchs sans victoire. Un 188e but en Premier League pour un Wayne Rooney revigoré. Lui qui n’avait plus marqué depuis deux mois et qui devient seul le deuxième meilleur buteur de l’histoire du championnat. Un rayon de soleil au cœur d’une saison bien terne. Attention à l’insolation tout de même.

Le but de la journée : Delle Alli


Prince Alli, oui c’est encore lui. La révélation de la première partie de saison entame la nouvelle année avec toujours autant de classe et de talent. La preuve sur le but égalisateur de Tottenham face à Everton. Certes, l’ouverture millimétrée d’Alderweireld est un modèle du genre. Mais alors que dire de la suite. Contrôle de la poitrine en pleine course et reprise de volée instantanée. Un but qui permet aux Spurs de rester accrochés au pied du podium.

La décla de la journée


« Je ne suis pas déçu, je suis en colère. » Et un Jürgen Klopp tout rouge, ce n’est pas beau à voir. Vraiment pas content de la prestation de ses joueurs après la défaite de Liverpool face à West Ham (2-0), le coach allemand n’a pas caché sa rage en conférence de presse d’après-match. « Si vous vous battez dans ces moments-là, il faut le faire à 100%. 95%, c'est insuffisant. Qui veut voir une équipe jouer à 95% ? » s’est-il interrogé. Le tout accompagné d’une bonne dose d’autocritique pour faire passer la pilule : « Je connais le football, et aujourd'hui, c'est clairement de notre faute (si Liverpool n'a pas gagné). Mon anglais n'est pas assez bon pour traiter les informations qui m'arrivent et ce qu'il se passe autour de moi. »

Vous avez manqué Sunderland-Aston Villa et vous n’auriez pas dû


Sam Allardyce avait parlé du plus gros match de la saison. Et malgré une entame de match quelque peu nerveuse, ses joueurs ont finalement répondu à l’appel. Dans ce duel de fin fond du classement, les Black Cats ont creusé encore un peu plus la tombe de Rémi Garde et ses Villans, plus que jamais bons derniers. Une victoire 3-1 de Sunderland grâce notamment à son vétéran Jermain Defoe. À 33 balais, le buteur anglais court et marque encore, oui oui. Sur le pré du Stadium of Lights, il s’est offert un joli doublé pour repousser Aston Villa à sept points et recoller aux basques de Newcastle, premier relégable. Côté Aston Villa, la seule consolation vient du pied droit de Carles Gil. Une superbe volée égalisatrice à l’heure de jeu. Avant le début du show Defoe donc. Voilà 18 rencontres qu’Aston Villa n’a plus connu le goût de la victoire.

L’analyse définitive : Quand Arsenal fait de l’anti-Arsenal (et gagne)


Dans un passé encore proche, Arsenal jouait souvent très bien sans forcément gagner. La donne semble avoir désormais changé. Car ces derniers temps, le jeu des Gunners n’a franchement rien de flamboyant. Pourtant, la victoire est souvent au bout. Comme samedi après-midi sous la pluie de l’Emirates Stadium. Bien embêtés par une vaillante équipe de Newcastle, les joueurs d’Arsène Wenger n’auraient pas dû remporter le match, ni conforter leur place de leader de Premier League. Seulement voilà, quelque chose à changer. Dans les buts notamment. Si Arsenal a mis une grosse dizaine de millions de livres sur la table pour s’offrir Petr Čech cet été, c’est justement pour gagner ce genre de rencontres. Le Tchèque a dégoûté Georginio Wijnaldum, remportant ses trois duels face au meilleur joueur du dernier championnat néerlandais. Suffisants, pas inspirés, fatigués, les Londoniens s’en sortent sans la manière. Un but de Laurent Koscielny sur un corner. Pas sexy mais efficace.

La polémique autour de la théière : du rififi chez les Saints


« On doit respecter ses coéquipiers, les supporters et le club. Ils dépensent beaucoup d’argent pour les joueurs. » À l’instar de Jürgen Klopp, Ronald Koeman lui aussi est tout colère. Pas à cause de la nouvelle défaite de Southampton face à Norwich, mais plutôt du comportement de son attaquant Sadio Mané. Le Sénégalais a en effet séché le rassemblement prévu peut avant cette vingtième journée. Ce qui a rendu fou son entraîneur. « C’est inacceptable, a lâché Koeman au micro de la BBC. C’est la deuxième fois que cela arrive. La première fois, c’était l’an dernier. Il était arrivé en retard au stade. Je ne peux pas comprendre que l’on fasse des fautes comme cela. » Une histoire qui pourrait pousser Mané, dans le viseur de Manchester United, vers la sortie.

La stat inutile


7 sur 22. Comme le nombre de buts inscrits de la tête lors de cette vingtième journée de championnat. Et dire que Peter Crouch, cloué sur le banc de Stoke City depuis le début de la saison, n’est même pas entré en jeu.

What else ?


- Leicester marque le pas. Tenus en échec (0-0) face à Bournemouth pourtant en infériorité numérique, les Foxes enchaînent un troisième match sans victoire et perdent deux points sur Arsenal. Riyad Mahrez a manqué un penalty, Jamie Vardy, blessé, sera absent une à deux semaines. La poisse.

- Ce qui arrange bien Manchester City. Bousculés par Watford et menés au score, les Citizens ont attendu la fin de match pour refaire leur retard et s’imposer sur le fil (1-2) grâce à vous savez qui, Yaya Touré et Sergio Agüero.

- Deux mois après sa blessure à la cheville, Dimitri Payet est entré en jeu face à Liverpool pour le plus grand plaisir des fans de West Ham et des amateurs de roulettes. Pas forcément pour celui de Didier Deschamps.

- Aucune équipe n’a récolté autant de cartons rouges que Stoke City cette saison (quatre). Cette fois-ci, c’est Geoff Cameron qui a quitté ses partenaires avant le terme. Avant le but victorieux de Jonny Evans en toute fin de match pour West Bromwich (victoire 2-1 des Baggies).


Par Thomas Porlon
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.

Dans cet article


Hier à 10:19 Le drôle de penalty pour le Real Madrid en finale de Ligue des champions 1960 83
Partenaires
Podcast Football Recall Tsugi MAILLOTS FOOT VINTAGE Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom
samedi 19 mai Joueurs et supporters de l'Atlético demandent à Griezmann de rester 20 samedi 19 mai Parme est de retour en Serie A ! 48