1. //
  2. // Chelsea/ Man City (2-0)

Chelsea remercie Benfica

Rencontre fermée, rencontre débloquée sur coups de pied arrêtés par le désormais indispensable David Luiz. Chelsea passe devant City au classement, et sera sans doute l'équipe à battre au printemps.

Modififié
0 8
Voici donc la tactique de Manchester City pour accrocher les places qualificatives à la Champions League cette saison : ne jamais se disperser, bétonner et ennuyer. En même temps, dans ce canevas, avec Hart dans les buts, un Vincent Kompany toujours aussi impecc' derrière et De Jong en videur au milieu, difficile de reprocher cette approche pragmatique de Mancini. Même David Silva et Milner sur les côtés se plient à ce schéma, passant la plupart de cette rencontre plus concentrés sur leurs replacements défensifs que sur l'alimentation en ballons pour Dzeko, suppléant de Tevez, forfait cet après-midi.

Le 442 des Blues aura invariablement, ou presque, buté sur le bloc citizen. Pourtant, Ancelotti, au coup d'envoi, avait joué la surprise. Kalou et Torres sont alignés en pointe, laissant Drogba et Anelka sur le banc. Kalou a plutôt bien répondu à la confiance de son entraîneur, percutant, mobile et le seul à avoir réussi à déséquilibrer l'arrière-garde de Manchester. Seulement Ramires, définitivement l'erreur de casting du recrutement des Blues cette saison, réussit à faire trébucher Salomon, seul face à Hart à dix mètres (13'), De Jong sauve la baraque par un tacle propre sur Torres, bien servi par Kalou (34') et Joe Hart fait le boulot sur une frappe en pivot de l'Ivoirien (42'). Fernando Torres, lui, n'a pas pesé, muselé comme jamais dans la profondeur, dans les airs et dans son jeu dos au but. Chelsea n'aura été efficace que dans le combat physique, deux tacles du frêle Ramires allongeant dans les dix premières minutes Kolarov et Barry, Essien mettant une belle boîte à Dzeko et Ashley Cole calant une petite politesse dans les tibias de Milner, déjà au sol. Mais dans le jeu, RAS. Les Blues manquent de spontanéité, de vitesse et Lampard s'obstine dans les tentatives lointaines incertaines.

En deuxième période, Chelsea met un peu plus d'allant dans son jeu et la fatigue ouvre un peu plus d'espaces, à l'image d'un Micah Richards crampé avant l'heure de jeu. Mais, mis à part une nouvelle situation dangereuse de Kalou (52', frappe captée par Hart), les Blues pêchent dans la dernière passe pour ouvrir le score. Ancelotti décide alors de changer son fusil d'épaule, en faisant rentrer simultanément Anelka et Drogba contre Torres et Malouda, pas dans son assiette cet après-midi. Les Blues passent à trois attaquants et Drogba se charge désormais des coups de pied arrêtés, jusque-là gâchés par un Lampard très emprunté. Et dans ce genre de match fermé, ces coups de pied arrêtés sont d'une grande aide. Drogba, proche du poteau de corner, dépose un coup-franc sur David Luiz, qui met un coup de casque hors de portée de Joe Hart. Le transfuge de Benfica, comme contre Manchester United début mars, débloque la situation et conforte son statut de nouveau chouchou des supporters de Chelsea. Désormais, l'attraction n'est plus seulement capillaire. City est KO et sans surprise, ce n'est pas l'entrée de Balotelli, dont la combattivité et l'esprit de révolte ne sont pas ses principales qualités, qui pourra changer la donne.

Chelsea tient sa précieuse victoire et Ramires s'offre une fulgurance technique dans le temps additionnel pour corser un peu la note (crochets en pagaille avant d'ajuster de près Joe Hart). Les Blues, proches d'être enterrés il y a trois mois, reviennent bien, comptent encore un match en retard sur ses principaux concurrents et nous poussent même à dire qu'ils deviennent les challengers les plus crédibles de Man Utd. City, qui n'a eu qu'une seule occasion en tout début de rencontre (frappe de Touré détournée par Cech, 5'), rentre une nouvelle fois tête basse d'un déplacement (dernière victoire le 26 décembre dernier, à Newcastle), puni par et pour sa frilosité.

Ronan Boscher

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

ecoute ronan boscher ramires si c'est une erreur de casting a chelsea toi tu dois etre une erreur de casting chez sofoot...apparament tu dois pas regarder beaucoup de match de chelsea pcq ramires il a pas encore fait LE grand match de référence mais il s adapte très très bien a chelsea et au foot anglais et en tant que milieu de terrain de la a dire que cest une erreur de casting tu vas bcp trop loin alors intéresse toi un peu plus au match de chelsea avant de sortir des foutaises moi je regarde TOUS les matchs de chelsea et je te le répète c'est de loin pas une erreur de casting il faait son taf...j espère avoir des commentaires un peu plus réel de ta part.peace
Trop !

Autant au début de la saison il a mis du temps à s'adapter, autant maintenat il est plutôt convaincant... D'ailleurs votre live so foot le dit lui meme... Tu n'aurais donc pas vu le match peut etre ?
Ramires tres bon aujourd'hui, en milieu droit le 'Quenian' fait tres bien le boulot et possede trois poumons, d'ou son surnom. C'est de loin le meilleur milieu de Chelsea. Sinon David Luiz, que dire encore de lui??? Qu'il s'est adapte a la PL en un temps record, qu'il est hallucinant d'aisance, de classe et de talent! Dans la droite ligne du David Luiz de l'annee derniere a Benfica. Il est deja le meilleur full back du monde, dans 10 ans il deviendra le meilleur arriere central de tous les temps. Terry a cote apparait comme un joueur banal et pataud. En plus il a ete brade a 25 millions alors que sa clause valait le double, n'est pas Pinto da Costa (le president du FC Porto) qui veut...

On comprend pourquoi Benfica traine des pieds cette annee sans David Luiz, Ramires et Di Maria. Et bientot Coentrao, meilleur left back du monde, qui suivra en fin de saison. A Chelsea, au Real, Barça ou Milan?

Les clubs français devraient prendre de la graine sur les deux meilleurs clubs recruteurs au monde, Porto et Benfica. Je veux dire par la, acheter de jeunes joueurs sud-americains inconnus (ou presque) en Europe et en faire des cadors en 3 ans. Le championnat portugais est ideal pour cela. Achetes quelques millions, revendus plusieurs dizaines de millions.
Oups, on dit 'Kenyan' evidemment...
Je n'ai pas vu le match d'hier malheureusement, mais dire que Ramires est une erreur de casting ... Depuis qu'il a été replacé milieu droit, il est énorme !!! Ce gars là est infatigable, technique et explosif ! D'ailleurs j'aime beaucoup la contradiction made in Sofoot : votre dernier article portant sur joueurs tops et flops du 1/8 de finale retour de LDC porte des éloges à Ramires ! Une semaine plus tard, il devient une erreur de casting ... Passons !

Je suis d'accord avec Ronaldo, le meilleur club en terme de recrutement ces dernieres années est de loin (et même de très loin) le FC Porto : le club achete des joueurs pour une bouchée de pain, les revend des dizaines de millions en ayant déjà prévu leurs successions avec des joueurs eux aussi recrutés une misère ...
Ramires en train de confirmer, David Luiz un futur Grand.
ah merci donc j suis pas le seul a trouver la critique contre ramires débile alors!!!mais pour les jeunes sud américains sils réussissent autant bien au portugal cest que le jeu portugais est très ressemblant qu'en amérique latine a la différence quil y a la rigueur tactique en + quil faut en europe.. pour un latino débarquer directement en france,allemagne,angleterre ou autre serait beaucoup trop difficile physiquement et le style de vie est radicalement différent alors que le portugal cest un style très latin..donc pour les clubs français y aurait plus de chances quil y ait un flop que un top a part si le mec est vraiment talentueux(ronaldinho)
c'est sympa de se focaliser sur le big four.

quelqu'un a des nouvelles des 16 autres équipes engagées dans la compet ?
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
Article suivant
Totti sauve la Roma
0 8