1. //
  2. // 11e journée
  3. // Chelsea/Liverpool (1-1)

Chelsea a dominé, a mené, puis a tranquillement géré. Trop tranquillement même puisqu'au final, Chelsea paye sa nonchalance et doit partager les points avec Liverpool (1-1). Une mauvaise nouvelle n'arrivant jamais seule, les Blues ont aussi perdu leur capitaine John Terry pour un bon moment. Sale après-midi.

Modififié
0 10
Chelsea – Liverpool : 1-1
Buts : Terry (20e) pour Chelsea. Suárez (73e) pour Liverpool.

John Terry, c'est simple, soit on l'aime, soit on le déteste. Mais ce qui est sûr, c'est qu'il ne laisse personne indifférent. De retour après avoir purgé ses quatre matchs de bagne, le capitaine emblématique des Blues est passé par toutes les émotions cet après-midi sur sa pelouse de Stamford Bridge. La joie d'abord. Celle qui a suivi son cinquantième but en Premier League et l'ouverture du score des siens sur un corner de Mata. La douleur ensuite. Lancé tête baissée comme un bœuf, Suárez ne prend pas la peine de s'arrêter devant l'Anglais et écrase son genou. Terry se tord de douleur au sol et le stade comprend alors qu'il ne reverra pas son chouchou avant un bon moment. La jolie kiné des Blues n'y change rien. La civière sort sous une standing ovation. Les supporters auraient au moins pu se consoler avec la victoire si seulement leur équipe n'avait pas manqué autant d'occasions.

Quand Suárez rencontre le genou de Terry

Si Di Matteo fait dans le classique, Brendan Rodgers, lui, innove et aligne une défense à cinq avec deux latéraux – José Enrique et Wisdom – reconvertis en ailiers. Bien entrés dans le match, les Reds se mettent pourtant en danger tout seuls. Sous la pression d'Oscar, Allen bafouille et perd un ballon dans l'axe. Hazard le récupère et lance parfaitement le Brésilien, qui dévisse et envoie le ballon dans les tribunes. Ce sera le premier et le dernier avertissement pour Liverpool. Quelques minutes plus tard, sur un corner de Mata, Captain Terry, seul au six mètres, envoie un coup de boule imparable au fond des filets (20e) et signe son retour de la meilleure des manières. Côté Reds, rien de bien sexy à se mettre sous la dent. Le trident Şahin-Allen- Gerrard est à la peine face au pressing et à la vivacité des Blues, et Suárez, seul devant, est condamné à l'exploit pour exister. Toujours dans les bons coups, l'Uruguayen envoie Terry à l'infirmerie pour un bon bout de temps. Le karma, doivent se dire les frères Ferdinand. Les longs arrêts de jeu endorment un peu plus la rencontre. Les supporters se dirigent déjà vers la buvette quand Mata, parti en contre, claque un petit pont sur Wisdom mais frappe au-dessus.

La nonchalance de Chelsea

Treizièmes avant le match, les hommes de Brendan Rodgers ont dû entendre parler du pays dans les vestiaires. De retour un peu plus conquérants après la pause, les Reds perdent encore trop de ballons au milieu. Notamment l'ancien cygne de Swansea Joe Allen, décidément pas dans un bon jour. Chelsea domine tranquillement. Sur un coup franc excentré, Torres caresse le cuir de la tête mais Jones maintient les siens en vie dans cette partie. Rodgers a beau se creuser la tête dans tous les sens, son équipe n'y arrive pas. L'entrée de Suso et le repositionnement en 4-4-2 ne change la pas vraiment donne. A force de se la jouer trop cool, les hommes de Di Matteo vont le payer. Le bourreau ? Luis Suárez bien sûr. Bizarrement seul au deuxième poteau, l'Uruguayen profite d'une déviation de Gerrard pour pousser le cuir au fond du but de Čech (73e). Liverpool est même tout près du hold-up mais Suso foire complètement sa reprise et Suárez est repris in extremis par Čech. Plus rien ne sera marqué. Chelsea abandonne deux points pourtant à sa portée.

Par Thomas Porlon
Modifié

Merci Luis

Pat Evra
Partenaires
Vietnam Label Le kit du supporter Trash Talk basket
0 10